Le trouble psychique de la boulimie et ses causes

la boulimie, femme boulimique

La boulimie est un trouble psychique caractérisé par un appétit excessif et l’ingestion de grande quantité de nourriture (avec ou sans vomissements).
C’est une maladie avec une répartition de 83% de femmes et 17% d’hommes et l’age moyen est entre 18 et 20 ans.

Les statistiques de la boulimie en France :
En 1990, seulement 0,9 % de la population féminine était boulimique.
Aujourd’hui environ 2 % de la population féminine

On compte environ 225 000 femmes boulimiques en France et le nombre augmente avec les années.

La boulimie est 10 fois plus fréquente que l’anorexie mentale chez les adolescents.

La différence entre la boulimie et l’hyperphagie :
Il ne faut pas confondre la boulimie et l’hyperphagie.
Une personne hyperphagique n’adopte pas après la suralimentation de vomissements.
Ainsi, une personne boulimique conserve en général un poids normal, alors qu’une personne avec de l’hyperphagique se dirige le plus souvent vers l’obésité.

Les causes de la boulimie :
Les causes sont multiples, il y a des causes inductrices et des circonstances déclenchantes ou facilitatrices.

La présence ou l’absence d’une mère (figure nourricière) aimante ou non, le type de nourriture donné à l’enfant, l’apprentissage ou non à de bonnes habitudes alimentaires sont autant de facteurs déterminants dans les causes de boulimie chez un jeune enfant.

Le stress, les traumatismes divers et autres difficultés de la vie sont également des causes importantes de boulimie.
Un divorce chez les parents d’un ou d’une adolescent(e), des problèmes scolaires, un sentiment d’être mal aimé, un sentiment de rejet, etc.

Les symptômes de la boulimie :
La personne mange tout et n’importe quoi.
Pour obéir à des pulsions, la personne ingurgite des quantités importantes de nourriture.
La personne se fait vomir.
Acte qui s’exerce seul, à l’abris du regard des autres.
La personne avale souvent sans trop mâcher, ne déguste pas la nourriture et mange très vite.

Les trois types de crises chez une personne boulimique :
La pré-crise
Un sentiment de tension pénible.
Une excitation préalable teintée d’angoisse et d’irritabilité.
Un état de manque, de recherche de nourriture.

La crise en elle-même
Une perte de contrôle.
Une absorption de milliers de calories en un temps très court. (aliments sucrés et salés)
Une sensation de malaises corporels. (notamment abdominaux)
Des vomissements provoqués ou automatiques.
Après les vomissements, soulagements mais teinté de honte.

La post-crise
De la honte, culpabilité, et des regrets.
Une volonté de stopper, mais une réelle difficulté d’arrêter car les crises sont devenues habituelles.

Comment savoir si on est boulimique ?
Un médecin doit déterminer s’il s’agit d’un épisode provisoire, d’ordre réactionnel ou d’un problème de fond qui touche la personnalité du patient.
Selon son diagnostic, il prescrira un traitement associant de façon variable tranquillisants, antidépresseurs et coupe-faim ou prescrira une psychothérapie comme solution pour un problème de la personnalité.

Partager cette page ! On compte sur vous :

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez..
Vous pouvez faire une recherche :  
 
Navigation
Danger Santé > Boulimie > Le trouble psychique de la boulimie et ses causes
 
Pour citer l'article sur votre site, votre blog ou sur un forum
Vous pouvez copier/coller le code suivant :



150 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre :

  1. stéphanie :
    11 juillet 2015

    Cela fais depuis le mois de novembre que je suis boulimique non vomitive. c’est tout simplement de ma faute. Je ne veux plus être. Et pour cela il faut que j’arrête mon travail car il m’ennuie et m’apporte pas satisfaction. J’ai 25 ans et je suis vierge car je n’arrive pas a avoir confiance et j’ai surtout peur de rester célibataire toute ma vie et d’avoir le regard de ma famille et de mon entourage peser un peu plus chaque jour. Je veux être libre et ne plus avoir peur .JE peux plus du regard des gens. regard, regard, regard, regard des clients; des collègues; de mes frères. Besoin de voyager

  2. nelly :
    26 janvier 2014

    bonjour à tous,voila j’ai 19 ans et depuit plusieurs semaines déja quand je me sans mal,angoisser,et inquiéte je ne sais méme pas pourquoi je mange,mange et je me fait vomir,c’est systématique depuit plusieurs semaines déja,je ne garde rien,le faite de pensé pouvoir garder ne serais_ce qu’un repat,m’engoisse et m’est insuportable,suis_je boulimique?

  3. ebtisseme :
    27 juillet 2013

    bonjour

    j’étais anorexique depuis deux ans et mintenant je suis devenu boulimique. cela est arriver depuis que j’ai perdu la vu. je n’ai plus le regard de mon corps. j’ai besoin qu’on m’aide pour arrêter de manger en quantité et de le vommir. sa devien umiliant. je suis une jeune femme de 21 ans.

    j’en n’ai mare de ne plus me voir dans miroir.
    aider moi!

  4. Catou :
    28 novembre 2012

    Je ne sais comment guérir depuis ce terrible malheur je suis boulimique vomitive cela fait 4ans maintenant depuis la perte de mon époux je me détruit à petit feux je me dit pk lui et pas moi je me sent pas le droit de manger et maintenant il y a des signe corporel , cardiaque ,épilepsie ,mental ,gastrique , mai la force de cette maladie est plus forte que tout ça .je sais aussi que ça entraîne la mort mai je n ai plus le besoin de rester je sais ces dure mai réel et bien la

  5. chahrazade :
    28 novembre 2012

    bonjours, je suis une dame agée de 48 ans et pour la première fois j’avoue que je suis une personne boulimique j’ai essayé d’arrêter mais rien a faire, je suis une personne qui a beaucoup de problème avoir le sentiment d’être rejeté par la société, mon mari ma abondonne , mes enfants ont honte de moi, disant que je suis une femme raté dans tout les domaines, et je n’arrive pas a mon sortir de se gouffre, je suis devenue très obèse je mange beaucoup et par la suite de me fait vomir
    merci pour m’ecouter cordialement

  6. Catherine :
    28 novembre 2012

    Il m est arrivé quelque chose de terrible dans ma vie cela m’a déclenché une boulimie je ne peut plus me stopper je suis de ce fait malade et je ne sais comment guérir Merci d avance

  7. Anonyme :
    9 novembre 2012

    Bonjour , J’ai 15 ans , et je me pose beaucoup de question sur moi même . Je mange beaucoup , trop a mon goût . Pourtant je mesure 1m70 pour à peine 50 kg . J’ai tous le temps cette envie de manger , ce besoin de manger , nimporte quoi a n’importe quelle heure . J’ai parfois des douleur dans le ventre et des nausées tous les jours. Mais je ne vomis jamais , et ne me fais jamais vomir , je me trouve beaucoup trop mince , et malgré tous ce que je peux manger , je ne grossis pas.
    J’aimerai savoir si je dois m’inquiétier , ou si tous cela est normal .
    Merci .

  8. Maxime :
    1 septembre 2012

    @Naimacubeo
    C’est surement un peu tard mais c’est on jamais…
    tu es boulimique comme l’article te le confirme, mais on peut s’en sortir. Tu dois tout d’abord le vouloir car sans la volonté on n accomplie rien, mais aussi de soutien. On sort difficilement seul de cette période. Trouve des amis de confiances qui t’acceptent comme tu es et qui t’apprécie réellement, parmis ta famille aussi, n’ais pas peut d’en parler c’est peut-être dur mais fait le car ils seront un soutien précieux. Ca ne se fera pas en une semaine bien sûr, il faut du temps, mais tu verras petit à petit tu reprendras confiance en toi, tu ne sentiras plus le besoin d’aller de faire vomir. Tu mangeras plus sainement aussi.

    Enfin je ne suis pas expert en la matière, alors mes conseils ont peu de valeur…
    Bon courage à toi.

  9. leonie :
    29 juin 2012

    Tres bon article !! Je suis atteinte de tca depuis plus de 9 ans .. et je sais plus quoi faire pour m’en sortir avant qu’il ne soit trop tard j’en peux plus. Si quelqu’un peut m’aider svp !!

  10. Cynthia :
    28 mai 2012

    Lorsque j’avais 15 ans je mesurais +/-1m70 et je pesais plus de 75 kilos. Je restais avec des gens vraiment méprisables, ils me rabaissaient toujours à cause de mon poids et de mon physique… Un jour j’en ai eu assez et j’ai fondu en larmes, je me suis mutilée et ensuite j’ai attrapé ma bosse à dents, l’ai retournée et ensuite je me suis faite vomir jusqu’à ce que je sente que je n’ai plus rien dans l’estomac. J’ai continué environs 6 mois jusqu’à ce que ma mère s’inquiète et n’emmène chez mon médecin, je pesais 50 kilos et des poussières… J’ai dis que je me sentais pas bien tout simplement et il voulait que j’aille chez un psychologue, je n’ai jamais été. J’ai rencontré un mec qui m’a redonné confiance en moi jusqu’au jour où il aille voir ailleurs, vie de merde mais j’ai recommencé à manger « normalement », environs trois repas par jour. Aujourd’hui j’ai 21 ans, je mesure 1m78 pour 58 kilos, je sais que ce n’ai pas assez, à cause de ça j’ai mal mes os, lorsque je reste plus de quatre heures debout, j’ai mes chevilles et mes poignets qui gonflent… J’ai également des problèmes aux reins. Je pesais encore 65 kilos il y a un an d’ici mais de là… Je suis tombée dans une dépression, je restais mes journées et mes soirées dans mon lit sans mangé, sans boire, ma maman m’a même forcée à manger plusieurs fois, elle me mettait la nourriture dans la bouche (c’est humiliant !). Bref, tout ça pour dire qu’aujourd’hui je vais mieux, je me rend compte qu’à cause de ça j’ai des problèmes physiques… Je déteste mon corps mais je vis avec car je ne veux plus avoir cette sensation d’avoir peur de manger, de vomir et tout. Donc voilà, les filles, comme les gars, faites attention et surtout, restez comme vous êtes. Merci à ceux qui ont lus ce témoignages et de m’avoir respecté. Bonne soirée :-)

  11. Sirene :
    23 mai 2012

    Je teste en ce moment le baclofene pour cause de boulimie (80 mg/jour à l’heure actuelle) car mon mari a gueri de sa dependance alcool grâce à ce medicament. Je recherche des personnes ayant essayé avec réussite ou echec, ou voulant essayer. Me retrouver aussi sur le forum baclofene.fr pour plus d’explications

  12. naimacubeo :
    19 mai 2012

    C est en lisant cette article que j ai compris que j etait boulimique et depui 4 ans maintenant et j ai 15 ans et sa fait vraiment bizarre ; j ai pleurer pendant un moment. Je veux vraiment arreter mais je n y arrive. Sa fait depuis 1 ans que j ai commencer a me faire vomir mais pas tout le temps , en fait jme dit qu il faut que j arrete mais apres je recommence. Quand je fini de me faire vomir, je m en veux tellemt que j en ai les larmes aux yeux. Je veux vraiment qu on m aide mais j ai peur d en parler. Je dois faire quoi, je n en ai parler a personne et je ne sais pas quoi faire, dite moi quoi faire. Je vous remercie d avance.

  13. naimacuneo :
    19 mai 2012

    J’aimerai savoir si je suis boulimique, je n’y ai en generale jamais
    penser a la boulimie et je suis tomber sur ce site. Donc j’ai 15 ans et depuis que j ai 14 ans je me fait vomir mais pas execivement je mange trop, je n arrive a m arreter. Je ne sais si je doit en parler et si je doit le faire je n ai personne a qui me confier. Je fait 1m60 et moi je ne sais pas trop il varie assez. On m a toujours traiter de grosse. S il vous plait dites moi si je suis boulimique ou non merci d avance.

  14. Abz :
    18 avril 2012

    Bonsoir , j’ai 2o ans & je suis boulimique depuis 7ans . Au debut j’arivais a me controler & sans que jmen apercoi ojourdui je suis capable de faire plus de 1o crises par jour . Jen ai parler a ma mere cette annee qui fait tout pour maider mais rien ni fai . Jai vu des psy sans succes .. je sais plus quoi faire . Jen peux plus .. qd jessai de ne pas faire de crise , jangoisse je menerve je pleure .. pourtant comme c ecri ds certain dvos msg on ne se sent pas mieu apres . Keske jdoi fr …

  15. Anonyme :
    17 avril 2012

    quand j’avais 14 ans j’ai été anorexique, puis boulimique. j’ai réussi je ne sais comment à arrêter. aujourd’hui je recommence a etre boulimique. tout ce qui est sucré (en particulier le chocolat) me fait vomir, alors j’ai commencé a en manger des que je voulais me vider.
    seulement maintenant, quoi que je mange, je n’ai plus besoin de rien faire pour tout vomir d’un seul coup. j’ai 15 ans, je ne bois plus rien de sucré, que de l’eau, à certains moment je me prive de manger parce que je me trouve grosse, et en fait je remarque que je suis en train de retomber dans l’annorexie… j’ai personne a qui je peux en parler. des amis? meme pas en reve, la famille? pff
    manger me dégoute, mais a certains moments je ne fais que ça puis apres je vomis tout.
    je suis extremement portée sur mon poids. je fais 51 kilos pour 1 metre 78
    je pense savoir pourquoi ça se reproduit. avant c’etait parce que je me faisais tabasser. et pendant 8 ans j’ai fermé ma bouche. et puis je me suis vengée sur la nourriture. je la refuse, ou alors je ne fais que de manger.
    aujourd’hui j’ose en parler parce que ça me tape sur le systeme.
    si il m’arrive le moindre probleme, je m’enfonce un peu plus.
    hier j’ai retrouvée ma soeur a moitié paralysée dans la baignoire. j’etais seule, ça a provoqué un grand stress. maintenant j’ai l’impression que quelqu’un m’appui sur la gorge et j’ai envi de vider mon estomac mais etant vide, rien ne peut en sortir
    … j’ose pas en parler a ma mere. j’dois faire quoi ?

  16. Nanou :
    15 mars 2012

    Bonjour,
    voila 7 ans que je suis boulimique vomisseuse! mon corps mais surtout mon esprit ont mal! on se tue de l intérieur à petit feu … on se plait à faire ses crises mais après c’est la chute aux enfers … regret, culpabilité… arrêtons de nous faire mal comme ça , la vie est trop courter

  17. Anonyme :
    8 mars 2012

    bonjour,

    Je suis boulimique non vomisseuse; mauis aujourd’hui j’ai envie de taper du poing sur la table !!!
    Je connais tellement cette maladie que c’est mon quotidien. Puis j’achète mes courses pour tout ingurgiter. Pire est que je me retrouve au chômage alors je me dis que mes journées vont se remplir de boulimie.. Voilà ou j’en suis .
    Ma famille ne veut ^plus me voir depuis kk mois.
    Je suis suivie par une psy mais rien n’y fait c’est trop dur ; ça soulage un peu puis le soir même s’un rdv je crise. Et j’en ai eu plusieurs thérapeutes ,; rien y fait ; c’est très dur//
    Je connais un morceau du problème mais ça ne m’aide pas à l’arrêt des crises… Depuis longtemps j’ai le point x ; qui m’a fait sombrer dans la boulimie …
    Et après ??
    C’est mon quotidien la boulimie; et je ne vois plus que ça. J’achète mes gâteaux; pot de nutella ; tablettes et j ingurgite tout.
    Parfois, j’y crois et d’autre fois ; plus du tout …

  18. katie :
    2 mars 2012

    bonjour, je suis boulimique depuis 1 ans et demi, j’ai 24 ans.
    tout a commencé apres mes 2 grossesse j’ai fait 1 regime car ma mere me disait que j’etait grosse je pesait 72 kilo apres accouchement maintenant j’en fait 51.
    j’avait telement peur de reprendre du poid que je me fesait vomir.mon mari n’est pas au courant en plus il et parti pour une plusieur mois alors mes crise s’intensifi.
    quand je savait qu’il aller rentré le soir je fesait ma crise le midi jattendai que mes enfant ai fini de mangé et c’etait reparti pour une crise.la je fait une crise le midi, a 16 h et le soir j’evite de mangé le matin car je sais que j’aurais une crise le midi.j’ai mal a la gorge a chaque fois et quand mon mari ma au telephone il me demande si je suis malade.j’essaye de me dire  » aller aujourdhui tu fera pas de crise soi forte pour toi et tes enfants « mais rien a faire, j’en ai marre et j’ose pas aller voir un medecin j’ai pas envie qu’on me juge.je veux juste etre normal!!

  19. Lara (encore!) :
    25 février 2012

    Un truc m’est revenu!
    La boulimie est une maladie complexe impliquant le corps et la tête! Et malheureusement encore trop peu connue alors en général les psy s’acharnent sur la tête. L’aspect mental… sauf que la boulimie n’est pas que mentale sinon il suffirait d’avoir de la volonté pour en guérir et ce n’est pas ce qui manque en général (les personnes boulimiques que j’ai rencontrées m’ont toujours semblé avoir beaucoup de volonté justement). Je pense qu’il est important de trouver une thérapie non exclusivement mentale car les méthodes psychanalytiques bien qu’intéressantes ne sont pas complètes donc la guérison non plus.

    Une autre chose qui m’est revenue c’est que la boulimie est très liée à notre histoire familiale (présente ou passée) et à l’histoire de notre famille ainsi que notre relation avec notre mère tout particulièrement. Et aussi je pense que dans de nombreux cas il y a une histoire d’inceste ou d’abus sexuel, viol, dans l’histoire de la famille (consciente ou non d’où l’importance d’un travail sur soi profond pour découvrir la vérité et comprendre pour dissoudre ce putain de nœud).

    Aussi je voudrais dire (en réponse à certains témoignages) que compter sur son ou sa partenaire pour « ne plus être boulimique » est à mon sens un vrai leurre. Tant que le problème de fond perdure, la boulimie perdure avec lui ce qui semble assez logique! Bien sûr un partenaire peut aider à avancer sur de multiples points mais pour guérir vraiment, il faut faire le travail soi même. Accompagné(e) bien sûr, mais ne pas chercher à masquer une évidence par un mec ou une nana. On ne guérit pas parce qu’on décide de se comporter différemment au quotidien (« à partir d’aujourd’hui, je ne ferai plus de crises » par exemple), mais on se comporte différemment au quotidien quand on commence à guérir.

    La guérison c’est comme les activia: ça agit à l’intérieur, et ça se voit à l’extérieur!!!

  20. Lara :
    24 février 2012

    Bonjour,

    Séverine: et si tu parlais à la petite? En lui disant que tu es là pour elle sans la cafter à sa mère ou quelqu’un d’autre, qu’elle parlera à sa famille de son trouble lorsqu’elle le souhaitera, mais qu’en attendant elle peut compter sur toi?

    J’ai été anorexique (d’abord) puis anorexique boulimique (ensuite) et enfin boulimique (la cerise sur la gâteau haha) et je crois sincèrement que pour s’en sortir il faut faire un travail sur soi. Ceci commence par trouver son psychothérapeute (quelqu’un avec qui on se sente capable d’entreprendre un travail profond et bouleversant, quitte à en rencontrer plusieurs, vraiment choisir son thérapeute). Pour la petite tu pourrais lui proposer de l’aider dans la démarche de trouver un professionnel qui lui convient et la soutenir comme tu peux le temps de sa thérapie…? Le fait que tu t’inquiètes pour elle et en même temps veuilles la respecter dans l’épreuve qu’elle traverse fait de toi une personne de confiance pour elle!!! Peut être pourras tu l’aider en te montrant à la fois consciente de sa souffrance et présente pour elle.

    Je voudrais aussi dire après avoir lu quelques témoignages (tous je n’ai pas eu le courage!!!) qu’il ne faut pas baisser les bras: on en sort. Oui il y a des rechutes, des hauts des bas, mais ce qui importe comme dans tout c’est la dynamique, le processus de vie que l’on veut mettre en œuvre, et les moyens que l’on se donne pour y arriver.

    Un des souci de la boulimie est que lorsqu’on la vit on se sent si seul qu’il est difficile de faire confiance (je crois hein, c’est pas une parole d’Évangile) mais je pense quand même qu’apprendre à exprimer sa souffrance (chacun à sa façon, mais cela implique de se connaître d’où l’importance du travail sur soi), faire confiance aux autres (à commencer par son thérapeute car combattre seul la boulimie me semble impossible -bon ça n’engage que moi ce que je dis hein-) et oser remuer la merde familiale (malgré les apparences remuer la merde familiale est bénéfique pour tout le monde à plus ou moins long terme pour ceux qui veulent être honnêtes!!!) sont des choses importantes pour guérir.

    Oula beaucoup trop de parenthèses je ne sais pas si c’est clair ce que je dis :-/

    Et puis facile à dire mais apprendre à s’aimer comme on est… me semble la clé de la guérison et ce pour bien des maladies!

    En tous cas bon courage à toutes celles et tous ceux qui sont concernés par le sujet.

  21. Severine :
    20 février 2012

    Je suis une maman de deux ados, ils sont actuellement en vacances avec moi et nos avons accueilli pour quelques jours une amie de ma fille de 13 ans. Le contexte: La petite est précoce, à sauté une classe mais ses résultats ont chuté cette année, elle ne voit plus son père depuis des années et est en conflit permanent avec sa mère.
    Elle est en demande d’écoute et de tendresse, son comportement alimentaire est très inquiétant. Elle parle de la nourriture avec un reel desequilibre, Elle ne se nourrit très peu à table et se gave de sucre et chocolat entre les repas, ou au contraire dévore lorsque le plat lui plaît … Elle se fait vomir en cachette, tousse avec une toux rauque et tremble de froid… Je ne connais pas bien la mère qui m’a cependant fait part des soupçons d’anorexie dont le collège lui a fait part au sujet de sa fille. j’ai le sentiment qu’elle fait une boulimie vomitive. Que puis je faire concrètement sans faire voler en éclat la confiançe que cette petite puce me porte et sas braquer la mère par des propos qui pourraient la culpabiliser?

  22. Lucie :
    9 février 2012

    Rachel. Le mieux serait d’en parler avec ta maman et lui faire prendre contact avec un psy spécialisé dans cette maladie. Elle va peut être te dire qu’elle n’en a pas besoin et qu’elle va arrêter toute seule mais ça c’est toujours ce qu’on croit. En réalité, mieux vaut se faire aider le plus rapidement possible pour éviter les dégâts que causent cette maladie.
    Ayant moi-même attendu 12ans avant d’ouvrir la porte d’un psy, j’ai l’impression qu’on n’est pas toujours prêts à se faire aider parce que dans un sens la maladie « nous fait du bien ». Je m’explique: Si on se comporte comme ça c’est parce qu’on veut palier à autre chose et on comble cet autre chose par ce comportement boulimique. Dans un sens on essaie de se faire du bien mais en réalité on se fait beaucoup de mal.
    Will. Effectivement on peut être boulimique non vomitif. De nouveau, le mieux c’est de recourir à une personne à ton écoute. Courage à tous.

  23. M :
    1 février 2012

    Will, la boulimie peut être vomitive ou non. Je suis boulimique vomitive depuis trois ans et crois moi même si vomir est la solution de base qui te fera « plus acceptée » le fait que tu te goinfres, c’est aussi la clé de la maladie. J’ai envie de te dire, et j’aimerais te dire: ne te fais jamais vomir. Nan commence pas! Après tu peux plus t’en passer, tu continues encore et encore. Tu sais que quoi que tu manges, tu pourras toujours vomir après. J’ai eu des périodes où ca allait mieux, figure toi que je maigrissais. Parce que c’est pas parce que tu vomis que tu maigris. T’as tellement avalé que tout ne peut pas s’éliminer.
    En effet c’est toujours honteux de faire des crises, autant te dre que je ne me dis jamais « je suis boulimique ». Personne le sait dans mon entourage, sauf mes parents qui me croient maintenant guérie. C’est pas la bonne solution. Entoure toi, trouve du soutien, des épaules solides sur lesquelles tu peux t’appuyer et tu peux dévoiler cette maladie. tu dois pas en avoir honte.

    Rachel, je suis pas sure de pouvoir t’aider. C’est une question qui n’a surment pas de réponses. Sois là pour elle, soutiens là et essaies de comprendre que cette maladie est un calvaire et un combat de la vie quotidienne. Peut ètre que ta maman sait comment tu pourrais l’aider, tu lui en as déjà parlé?

  24. Mary :
    28 janvier 2012

    Je suis moi-même dans cette spirale infernale.
    C’est pourquoi j’ai crée un blog : (url)
    Pour rencontrer des personnes dans le même cas que moi & en parler.
    N’hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez de l’aide.

  25. rachel :
    19 janvier 2012

    bonjour en fait ma maman est boulimique et je m’inquiète un peu je sais pas comment l’aider comment peut s’arrêter cette maladie aidez s’il vous plait merci.

  26. will :
    17 janvier 2012

    Peut-on se considérer boulimique si l’on n’est pas vomisseuse. Cette question peut sembler dérisoire, mais le chaos alimentaire a pris une telle place dans ma vie que même un mot, même un diagnostic contribuerait peut-être à me redonner une identité et m’enlèverait un peu de culpabilité. Car je m’en veux terriblement, après chaque crise, de ne pas être capable de me faire vomir. Je me dis que je cache ma goinfrerie et mon manque de volonté derrière ce mot de boulimie, mais que je ne le mérite même pas. Je commence à être assez lasse… Qu’en pensez-vous?

  27. Lucie :
    17 janvier 2012

    Noémie et Bernadette, ce que je peux vous conseiller c’est de prendre contact avec un psy adapté rapidement. Moi j’ai attendu 12 ans avant de le faire en me disant que ce n’était pas si grave et que j’arriverais à arrêter toute seule. C’est vrai qu’il y a eu des périodes même longues où j’ai réussi à arrêter les crises et les vomissements mais c’est toujours revenu par la suite. Un jour je me suis dit que j’en avais marre de tout, de ma vie, que je voulais crever et je me suis dit en même temps, ta dernière chance c’est d’aller voir quelqu’un. J’ai regardé sur internet les mots « psy – boulimie – trouble du comportement alimentaire » pour trouver qq’un dans ma région et j’ai démarré une psycho-thérapie avec une jeune fille très bien. J’avais vraiment dur à m’ouvrir. Même face à elle je n’arrivais pas à me révéler mais ça m’a aidé. Elle y allait petit à petit. Aujourd’hui je ne fais plus de crise et me sens bien et j’espère que ça durera. Si jamais je me sentais faillir j’y retournerais le plus vite possible. Les médecins ne sont pas formés sur ce sujet, il faut consulter vraiment un psy qui travaille dans ce domaîne. Je pense que le plus tôt est le mieux pour éviter les dégâts, les souffrances et l’isolement qui se créé petit à petit. Si vous sentez que le psy ne vous convient pas n’hésitez pas à changer. Le choix d’un psy c’est subjectif. L’important c’est de le sentir. Courage les filles.

  28. Noémie :
    16 janvier 2012

    Bonjour j’ai 20ans et j’ai des problèmes avec la nourriture ! Sa fait un an que cela a commencé.
    Je ne sais pas si c’est de la boulimie ou autre et j’aimerai de l’aide !
    Je suis capable d’ingurgiter des quantités astronomiques de nourriture en peu de temps en mélangeant sucré salé et plusieurs fois par jours mais je ne me fait pas vomir ! Je sais que cela n’est pas de la faim mais je ne peux pas m’en empêcher ! J’en ai parlé a mon médecin mais sans succès .

  29. bernadette :
    8 janvier 2012

    Je suis boulimique depuis 2 ans. Je ne sais pas comment m’arrêter. Je fais une crise par semaine. C’est frustrant j’ai ce sentiment de manque avant la crise. J’ai l’impression d’être comme une droguée, il faut absolument que je mange énormément. Que me conseillée’vous? J’ai déjà consulté une psychologie et un psychiatre.

  30. L :
    30 décembre 2011

    Bonsoir à tous,

    Je n’ai jamais voulu écrire sur ma maladie sur un forum, mais les questions de M m’ont touchées car ce sont les mêmes questions que mon copain me pose. Donc je veux te répondre en priorité.

    Déjà, la boulimie est un maladie, c’est certain. Invisible aux premiers abords, parce qu’on le cache, on ment. Mais les conséquences sont bien visibles : dents déchaussées, fissures au coin des lèvres, la peau qui change, ulcères, des marques sur les mains pour celles qui se font vomir. Donc c’est une maladie, il y a des médecins spécialisés, c’est indiscutable.

    Maintenant, pour le compagnon, sa place est très difficile à tenir. Pour ma part je lui explique tout: toutes mes sensations avant/pendant/après la crise, mes humeurs, les facteurs pouvant influencer mes crises, que cela vienne de lui ou de l’entourage, ou encore de moi etc. Le dialogue tient une grande place et c’est nécessaire pour que tu puisses la comprendre et pour qu’elle se sente comprise.
    C’est une maladie psychologique donc les tiers ne peuvent pas tout comprendre, mais leur expliquer permet pour eux d’analyser notre comportement et qu’il n’y ait pas d’incompréhension (et donc de sentiment de solitude).

    Pour ma part, enfin par rapport à mon vécu, j’ai essayé plein d’astuces et lui aussi, plus ou moins concluante: au début je l’empêchai de rentrer dans l’appartement qd je faisais mes crises, puis j’ai compris que j’allais trop loin, alors je l’ai harcelé de messages pour CONTROLER sa présence dans l’appartement et les moments ou je savais que je pouvais faire mes crises, seule, à l’abris de son regard. Ca l’a rendu fou mais il a tenu plusieurs mois comme ca, pour moi, par amour. Ensuite, sa réaction a été de ne plus répondre à mes messages, du coup je ne pouvais plus MAITRISER ses allées et venues donc je ne le faisais pas… par crainte qu’il n’arrive en pleine crise. J’ai pas tenu plus d’une semaine. Après ca, j’ai raréfié mes crises… tout simplement parce que je ne savais plus quand les faire car je n’étais jamais certaine d’être seule, tranquille. C’est pas plus mal, sauf que je lui en veux beaucoup d’être cet obstacle à mes crises, là est la contradiction.

    Aujourd’hui, son emploi du temps s’est simplifié et il ne change pas d’horaires tous les jours, donc je reviens à mon bon système d’analyse et sais quand je peux faire une crise et quand je ne peux pas.

    Le schéma est le suivant: la boulimique est plus parano que la normale, elle a peur du regard et a honte de faire ca, du coup elle est très dépendante de son environnement pour faire ses crises. Tu peux agir là dessus. La différence est que moi je ne le fais jamais en présence de quelqun, je ne sais pas ce qu’il en est pour ta copine. Mais si c’est son cas, essaie d’agir sur son besoin de contrôle, et surtout parle avec elle. Prends là par la main, amène là chez un psy pour qu’elle comprenne ce qui ne va pas, puis discutez en quand elle sera prête à t’en parler.

    Moi, j’ai bcp appris de mon psy : je ne sais pas gérer mes émotions, ainsi, quand une émotion arrive, je ne sais pas quoi en faire et l’étouffe littéralement avec une crise (joies, peines, frustration, c’est pareil). J’ai tout pour réussir, j’ai fait des études brillantes, j’ai un travail à faire palir d’envie… et pourtant que je suis toujours insatisfaite. Je brille en société, je fais semblant que tout va bien, pourtant quand je rentre chez moi, la dépression revient, suivie rapidement de crises. Et le lendemain tout recommence. Le psy va aider ta copine à comprendre son malaise: elle va revisiter son enfance et son adolescence (tout vient de là) et analysant point par point, puis elle va régler ses démons intérieurs en résolvant ses problèmes avec son entourage, elle sollicitera ton aide peut être, peut être pas.

    J’espère avoir répondu à tes questions, n’hésite pas à en poser davantage!

    L. 28 ans, 15 ans de maladie : il va falloir souffler les bougies!

  31. Jacques :
    22 décembre 2011

    Je suis effaré – mais le comprends – par l’absence quasi-totale dans les innombrables pages sur la boulimie, boulimie vomitive, l’hyperphagie, l’anorexie, etc… des moindres orientations sur la prise en charge de la personne concernée et de son entourage. Cette dernière aboutira presque toujours chez un (des) médecin(s), qui nagent autant que les protagonistes.
    C’est un peu comme s’étonner de l’absence d’orientation sur la prise en charge de la crise économico-financière par les politiciens, qui en sont eux-mêmes largement les protagonistes. Ce qui prédomine, c’est l’involution issue du laisser-faire. Remuer le monde est difficile et dangereux, la mort lente (à tant de niveaux) est moins insupportable, surtout dans une société où le beau mot de solidarité sert de gargarisme à toutes les bonnes âmes décidées à ne rien faire avec leurs tripes.

  32. Nathis :
    21 décembre 2011

    Bonsoir a toutes et à tous,

    Je trouve cet article très bien fait (pour le coté concret de la chose)

    Je rajoute mon histoire à la pile de toutes celles des autres :
    je suis boulimique /anorexique depuis bientôt 4 ans et je suis passée par différentes phases :
    mes périodes anorexiques étaient non vomitives et bien que mon poids au plus bas était anormal 42 kg pour 1m69 j’etait en bonne santé. Ma boulimie m’a menée à 70 kg.
    Depuis 9 mois j’ai quitté l’homme que j’aimai et l’île de la réunion du jour au lendemain et je me suis réfugiée dans la boulimie mais en conscience c’est à dire que je me suis re-gavée pour me « protéger » des gens car j’ai un problème avec la société qui convoite la beauté et ne voie rien d’autre et j’ai voulu être aimée pour autre chose et j’ai fait exprès de grossir mais je suis retombée dedans et c’est comme si je m’en foutait de moi je suis devenue hideuse mais je m’en fout, mais cette fois ci mon organisme ne récupère plus aussi bien et j’ai déclenché des problèmes graves alors que à la base j’ai une super santé : j’ai les dents dévitalisées, un ulcère de l’œsophage, de l’eczéma partout sur les mains et autour de la bouche, ma peau est distendue à cause des variations de poids mais surtout j’ai perdu ma lumière je n’ai plus aucune vitalité j’ai l’impression d’avoir 50 ans alors que j’en ai 24, je ne supporte plus les gens, je renonce à l’amour et j’ai développé de la violence envers moi même psy et physique, j’ai souvent envie de me suicider alors que mes proches croient que je vais mieux, j’ai du mal à leur expliquer mes actes et le calvaire du mensonge….je suis prisonnière.
    Tous les précédents témoignages rejoignent ce que j’ai vécu et vis au quotidien mais je suis particulièrement désespérée car je me suis faite hospitalisée librement pendant 3 mois dans une structure spécialisée très bien et passé des test de bipolarité (négatifs),qui m’a fait arrêté pendant 3mois et aussitôt ressortie j’ai recommencé, objectivement j’ai tout pour être heureuse mais les gens ne comprennent pas que c’est plus profond que sa ce que j’ai à dire, cette société de consommation et d’apparence me rend malade je pense que cette « maladie » vient du fait que ont à quelque-chose à dire qui ne sort pas et tant qu’on à pas réussi sa reste, les gens ne comprennent pas autant qu’il nous aiment sa n’empêche pas , c’est comme si ont étés inachevés et en plus ont est rejetés car la sacro-sainte nourriture tient une place importante dans notre société ont est comme des ingrats alors que d’autres crèvent de faim c’est horrible la culpabilité que l’on porte, j’ai vu la misère et parlé avec des toxicos et des mourants mais sa n’a rien changé alors les gens qui nous critiquent je vous donne mon mal être sans problème et voyez ce que vous en feriez…. mes proches sont au courant, j’en ai parlé à ma famille en leur disant ce que je leur reprochait , mes amis me soutiennent, j’ai eu deux hommes formidables qui m’ont vécu au quotidien et même des colocataires , je suis très consciente de ce que je suis, ai vécu et vis, et je trouve super des témoignages de gens qui s’en sont sortis (merci pour nous autres) mais tout sa recèle un problème plus profond qui n’est pas entendu, moi je vous dis une chose, j’ai aujourd’hui un super boulot, des gens adorables qui m’aident sincèrement mais je ne voie plus d’avenir ,j’ignore pourquoi je me lève tous les jours et moi qui avant était la fille la plus optimiste du monde je sais que j’arrêterai le jour ou je pourrais exprimer ce que j’ai en moi autrement. Mais il sera peut-être trop tard je suis déjà bien bousillée; alors ceux qui ont sa depuis pas longtemps ne vous réfugiez pas dans votre solitude!!!! bougez, vivez vos rêves le plus vite possible, aimez, parlez, chantez, bref exprimez vous avant d’incruster ce fardeau sur votre dos et vous tuer à petit feu.

    Bonne nuit à vous.

  33. virginie :
    20 décembre 2011

    Coucou …
    je ne pense pas qu’on en guérisse ..
    J’ai commencé vers 15 ans et j’en ai 37 …
    il y a des périodes ou ca va mieux que d’autres mais ça finit par tjs revenir
    alors j’ai fini par l’accepter en essayant au mieux de me dire que ça ira mieux dans quelques temps
    et heureusement il y a des périodes ou ca va un peu mieux ..
    il faut vivre avec et l’accepter je crois ..
    qu’en pensez vous ?

  34. Cecilia :
    15 décembre 2011

    M.; jai l’impression d’entendre parlé mon homme, il pense exactement la meme chose que toi, pour lui ce nes pas une maladie, mais ces une VERITABLE maladie.
    Ce que tu dis sa blaisse, fais attention a comment tu ty prend avec celle que tu aimes car si tu ne la soutien pas, sa l’enfoncera plus qu’autre chose croix moi je ces de quoi je parle.
    Moi je suis sorti aujourd hui de lhopital  » normal » car suite au vomissement j’ai attraper un ulcere a l’estomac mais Samedi jai rdv chez un medecin specialiser dans les trouble alimentaire et je vais etre denouvo hospitaliser.

    Les risque:
    Ulcere
    trouble cardio-vasculaire
    Vertige
    carence
    etc….

    Moi sa fais 6ans que je suis boulimique.
    oui il faut avoir envi de guerir, mais seule ces impossible, dsl

  35. Lylas :
    6 décembre 2011

    Bonjour, l article est assez complet.pour ma part,je suis boulimique depuis l âge de 15ans et j en ai 33 aujourd hui .je me fais vomir 2 a 6 fois par jour et je me demande combien de temps je vais tenir.sachant que j ai un métier physique et personne de mon entourage n est au courant.c est très dur et j aimerai vraiment me soigner mais j ai essaye les pshy en boulimie mais pas marché et je ne sais plus quoi faire .je voudrai être aidé car j ai une ostéoporose et d autre souci

  36. M. :
    16 novembre 2011

    La personne que j’aime souffre de ceci .
    Je ne vis pas se que vous vivez mais j’essaie de vous comprendre. Elle ne veux pas que je le dise a qui que se soit. Et j’aurai besoin de savoir se qui peux arriver par la suite si elle continue de le faire tout les jour . Elle se sent complexer jour et jour .. Mais es ce que cela est autant efficace que tout simplement faire attention a son alimentations ? Pourquoi si vous avez la volonté de vous arrêter vous n’y arriver pas ? Je sais que je suis pas la pour juger mais j’essaie juste de trouver des réponse . Car je ne veux pas l’abandonner mais j’ai besoin de comprendre ceci car j’ai toujours été se genre de personne qui trouve sa ridicule de faire des chose comme sa. Et voila que la femme que j’aime se met a faire ceci. Moi qui est tjs critiquer se genre de personne je me sent maintenant assez mal a l’aise. J’ai essayer de lui expliquer que ce n’était pas une maladie comme on peux le dire réellement . Car pour moi une maladie ses une chose qu’on obtient a cause d’un virus ou de lien parenté. Ici c’est plutôt psychologique c’est un appel a l’aide si je peux en comprendre vos commentaire mais qui devient une maladie par la suite car c’est le corps qui vous dirige . En gros si vous prenez conscience des chose plus vite vous aurez plus de faciliter n’est ce pas ?
    Ce sont les habitude de vos acte qui ont fait que vous n’arriver plus a vous contrôler . Donc pour stopper ceci un médecin et il vrmt obligatoire ? ou un amis suffit ?
    Ce que je fait pour elle ses d’abord d’essayer de la raisonner , après que sa soit n’importe qui, qqn qui est un diplôme ou pas ses a vous de faire les effort nécessaire et de travailler a fond votre mental pour que vous puissiez réussir a vous en sortir car il n’y a que vous qui pouvez vous libérer de cela . Après ses se que je pense les gens qui vous aiderons ne pourront que vous apporter des conseil et vous mettre en face de la réalité et de la gravité de vos acte. Après c’est a vous de faire la démarche de dire Oui j’en suis capable et je vais arrêter . Arrêter d’un coup je pense que ses impossible c’est comme qqn qui fume il ne peux pas s’arrêter tout de suite si il le veux (sauf les exception). Mais la meilleurs solution ses déjà de réduire vos dose de « rejet ».
    Après comme je dit je suis pas médecin ni spécialiste. Mais j’ai vrmt besoin de savoir
    « si vous pensez a ne pas « le faire quand vous êtes devant les toilette ou autre » et
    « si vous avez trouver des moyen de le faire moins »
     » et qu’elles sont vos complexe » .
    En essayant de comprendre j’arriverai peut être a l’aider elle même .
    Merci de votre compréhension et j’espère que je n’ai pas trop été agaçante sur mes réflexions.
    Bonne chance a tous.

  37. Cecilia :
    1 novembre 2011

    Moi , je suis boulimique dpui mtn 6ans, et ds 3 semaines je rentre en hopital psychiatrique
    Je me sens prete a guerir , mais ce nes pas facile je sait que sa va etre tres compliké mais j’y arriverai , je men sen capable, mais pas toute seule.
    On ne peux pas guerir seule, il fo l’aide de medecins specialisé, jsp vrm que mon hopistalisation maidera car j’ai bcp d’espoire en allant a l’hopital si suite a sa je narrive pas a guerir, j’aurais perdu tout espoir en la guerison

  38. virginie :
    27 octobre 2011

    bonjour à tous, moi c’est ma grande fille de 21 ans qui l’est, boulimique…
    elle m’en a parlé et se fait suivre par une équipe de prof.

    je ne cesse de lui dire que je l’aime et que j’ai besoin d’elle….. elle souffre et ça me fait mal !

    ma question : que puis-je faire pour elle, pour la réconforter et virer cet horrible diable qui la hante lors de ses crises.

    merci à tous et courage

  39. Ju :
    6 octobre 2011

    cette maladie est tellement complexe
    incomprehensible pour nos proches…
    je veux guerir

  40. Maxime :
    29 septembre 2011

    Bonjour , je pense qu’il serait d’actualité de parler de cette maladie dite « féminine » mai qui atteins aussi des garçons et homme , j’ai 19 ans je suis anorexique boulimique depuis deja quelques années je ne mange pas en très grande quantité mai quand je mange ( parfois forcé pour protéger mon « secret ») je me sens dans l’obligation d’aller me faire vomir, je ne supporte pas le fait de devoir conserver toutes ces calories en moi …. j’ai deja eu des améliorations dans ma maladie mai avec des rechutes plus importantes , il faut vraiment se faire aider pour s’en sortir, c’est très difficile de l’accepter et de l’admettre, personnellement je ne suis pas suivit ( c’est bête mai je ne me sens pas capable d’en parler encore ) mai je connais quelque mec dans mon cas qui s’en sont sortis … alors il ne faut pas perdre espoirs.

  41. aurelie :
    23 septembre 2011

    moi je suis boulimique, et quand j’en parle a mes proche, il ne me prene pas au sérieux, alors je me dit que le probleme vient de moi et je me renferme dans cette maladie encore plus.Mais avec une grande envi de perdre du poids, car je mange ts le tempos et en grande quantitée

  42. sara :
    20 septembre 2011

    Bjr moi sa doit faire 8ans ke je suis boulimie ,je le suis devenu après ma ornière grossese ou j ai pris 37il maintenant j ai 4super enfant je fai un poid nomal mais j arrive pas à contrôler mes crises j aimerai tan arrete car sa m epuise.

  43. juliette :
    11 septembre 2011

    Oui j’aimerai beaucoup ! mais je ne sais pas si les gens qui tiennent ce site me laisseront donner mon nom de famille qui est **et en plus de ça il y en a pleins sur Facebook ! En tout cas ma photo de profil est dans les tonts orangés et je suis avec une fille blonde aux yeux bleu dessus. J’espère que ça marchera

  44. catherine :
    6 septembre 2011

    salue moi aussi jaimerais bien parler de sa avec sertain dentre vous … moi personellement je suis reelement tanner de se problème emplus de tca je mautomutile alors que je n’est que 14 ans … on pourais se parler sur facebook si sa tinterrese ( juliette )

  45. Juliette :
    28 août 2011

    j’aimerai parler de tout ça, de cette maladie, de cette souffrance aves certaines d’entre vous car j’ai l’impression qu’autour de moi personnes ne peut rellement me comprendre et je me sens vraiment très seule. Mais le problème c’est que sur ce site on ne peut pas laisser notre adresse e-mail, alors si quelqu’un à une idée…

  46. nessa :
    20 août 2011

    cette article ma fait penser que je ne suis pas seul ca me rassure parceque personne le sait autour de moi que je suis boulimique et c’est tres dur de en parler a personne.

  47. Cecilia :
    18 août 2011

    Joz

    Il faut te rendre a l’évidance tu es malade, moi ossi j’avai du mal a l’acepté mais ces bien le cas.
    La premiere etape ces de reconnaitre la maladie et ce faire suivire.
    Moi sa fai mtn 6ans ke je suis suivi pour la boulimie
    J’ai été hospitalisé pdt 15j en octobre 2008.
    Je te compren car je vis la meme choze ke toi .

    Soi forte

  48. Joz :
    8 août 2011

    Sensation bizarre en lisant vos messages.
    Tombée dessus par hasard parce que mon copain, avec qui je vis, trouve quand même étranges mes « régurgitations » automatiques apres chaque repas comme il les appelle lui même. Me suis donc décidée a faire quelques petites recherches.. Et forcément fini par tomber sur cet article…
    Me pensais pas boulimique non… Juste peut être un peu gourmande sur lebpain, les yaourts, la confiture… Bref les fins de repas qui s’éternisent parce que bon non, la, je peux encore manger, la, je le sens… Impression de ne pas avoir mangé mon quota de pain ou de sucre…
    Et puis apres hop pendant une heure, sans rien demander, mon corps rejette.

    Mon cher et tendre a bien fini par s’en rendre compte, mais bon, je le rassure en lui disant que c pas grave et il ne s’inquiète pas plus que ça… Sauf que l’autre jour il m’a fait une remarque qui n’est pas totalement fausse: « ça va t’embeter au boulot t collègues vont se rendre compte de qqc »… Ah bah oui maintenant que tu le dis on me demande souvent ce que je suis en train de manger alors que mon assiette est vide…

    Ah oui parce que moi, quand je n’ai rien pour cracher, et bien je ravale :-( beurk!!! En l’écrivant je me rends compte a quel point c degueu!

    Bizarre donc.

    Des remontees automatiques qui le sont devenus petit a petit lorsqu’avec les doigts ça ne marchait pas, et que j’ai du forger une pure ceinture abdominale pour éjecter toute seule…

    Je ne sais pas quoi faire maintenant. C devenu tellement naturel /pratique qd g trop mange, que je ne suis même pas sûre d’être malade…
    Même si ça fait euh… Entre 6 et 8 ans que ça dure je crois!!!!

    Mais trop honte s’en parler a qui que ce soit, personne ne doit savoir sauf mon copain (pas le choix il m’entend et se doute que si je vais aux toilettes apres chaque repas c pas juste parce que g bu trop de the vert)…

    Pffft… Au final, je ne sais pas quoi faire je ne me sens capable s’en parler a personne et même pas a un médecin (puisque de routes façon je ne suis pas malade…)

  49. Juliette :
    5 août 2011

    Moi aussi j’aimerai garder contacte avec toi, car je ne sais vraiment pas vers qui me tourner pour parler de ça ! Je n’ose même pas en parler à ma meilleure amie que je connais depuis douze ans ! Moi je ne sais pas encore la raison de ma maladie, et c’est horrible ! je suis comme dans le flou ! je ne sais pas d’où je dois partir, sur quoi je dis travailler… un mon psycholgue ne m’aide pas frocément plus… J’en suis arrivée à un stade où l’hospitalisation serai un soulagement !
    envois un e-mail quand tu veux j’en serai ravie !
    Bisous

  50. Cecilia :
    22 juillet 2011

    Juliette, de voir ton article ma fait réalisé que je ne suis pas seule , jen ai meme les larmes qui coulent tellement j’en peux plus.
    Moi jessaye de canalisé mes crise sur la clopes. Je me bousille jour apres jours, meme avec les vomissement je pren du poid, je pete un cables.
    Mon medecin me dit boulimique et dépressive.
    je ne ces pas du tout comment m’en sortir, j’aimerais y arriver un jour mais parfois je n’y crois plus, la maladie a pris place sur l’espoir de guerir.
    Il y a grande chance pour que le 22 aout je sois a nouveau placée a l’hosto, j’espere que cela maidera, mais j’en ai des doute, car ma premiere hospitalisation ces voué a l’echec, sa n’a rien changé.
    La psychotéraphie ma aidé a comprendre le fin fond de la maladie, et je ces enfin pourquoi je suis malade, tout ce jou sur le passer de chacune.
    Dans ma tete tout mon avenir est remi en question , car jai peur chaque jour d’y resté vu les nombreux malaise que je fais en ce moment, tout le monde essaye de m’aider mais enfaite je me rend compte , que personne ne peux vraiment m’aider, je me sens affreusement seule, j’aimerais parfois etre pres des gens qui souffre de la boulimie pour etre enfin comprise et me sentir moin seule , Mon copain n’arrive pas a acepté le faite que je sois malade, et sa me fais affreusement mal.
    Il me dit que tout ce jou dans la tete, mais il ne ces pas que cette maladie nous bouffe jour apres jour, tel un accro a l’héroïne.
    Merci à toi juliette de m’avoir repondu jaimerais bien gardé contacte avec toi, pour qu’on puisse ce confié , ce tenir au courant sur l’anvancement de la maladie.
    Encore merci

  51. Lucie :
    20 juillet 2011

    Voici un bouquin pour nous aider à sortir de la boulimie : Dr Alain Perroud, « Faire face à la boulimie. Une démarche efficace pour guérir », éditions Reyz. Prix 25 €.
    Je suis entrain de le lire et ça me fait du bien de voir que tout ce que je vis est connu des psychothérapeutes et qu’ils ont des solutions pour m’aider à m’en sortir. En ce moment je vais chez ma psychothérapeute toutes les semaines. Elle m’a fait un schéma de ce qui peut me conduire à la crise et à la purge comme ils appellent ça. Le but est d’interagir sur les causes. Ca me fait du bien. Je recommence à avoir un rythme d’alimentation normal. Même si je sens que tout ça est encore fragile. Avant je ne savais plus distinguer ce qu’une personne normale devait ingurgiter sur un repas. Moi je me remplissais jusqu’au dégoût.
    Sinon dans un autre registre j’ai découvert un livre super pour toutes celles qui ne savent pas du tout gérer leur ménage et leur désordre et qui sentent que ce manque d’ordre est le reflet de leur vie et qui en souffrent : Alice Le Guiffrant et Laurence Paré, « l’art du désencombrement. Se libérer de l’inutile pour vivre plus léger », éditions Jouvence.

  52. Juliette :
    17 juillet 2011

    Cecilia,
    en lisant ton article j’ai pensais que ça aurait très bien pu être moi qui l’avait écrit, tellement je me reconnait dans ce que tu dis. Sache que tu n’es absolument pas seule. Le problème de la boulimie, c’est que ce n’est pas comme arrêter de fumer, il y a un moment où on est obliger de manger…
    Au début je ne voulais le dire à personne et je pensais que j’allais m’en sortir toute seule… Finalement, ma mère s’en est rendue compte et heureusement car maintenant elle ESSAYE de faire attention à mon alimentation (sans tomber dans l’espionage) et je vais voir un psychiatre (même si au début les premières scéances ne m’ont pas beaucoup aidé). Maintenant, quand une crise de boulimie commence, j’essaye de canaliser mon énergie et mon attention sur autre chose (je vais courir, je sors, j’appel quelqu’un…). Je ne te cache pas que ce n’est pas une réussite à chaque fois car tu es bien placée pour savoir que c’est loin d’être facile et qu’il y a des moments où l’on préfère être tranquille et saider à nos pulsions. Mais en pratiquant une acivité physique, j’apprend à repousser mes limites, à avoir de la volonter et à me surpasser. J’espère un jour m’en sortir, je ne sais pas si j’y arriverais mais en tout cas je ne baisserais jamais les bras (même s’il y a des moments où l’on a plus de volonter que d’autres) car je suis vraiment fatiguée et à bout, je veux sortir de cette bulle qui m’enferme et m’isole du monde exterieur.

  53. Cecilia :
    6 juillet 2011

    J’ai 16ans et depuis l’age de 12ans je suis boulimique vomitive
    Je n’en peux plus de cette maladie, sa me ronge de l’interieur.
    C’est devenu comme une drogue, juste le fait de manger quelque chose me rend mal et les vomissement sont quazi iminant, j’aimerais m’en sortir mais je ces que j’amais je n’y arriverais , car la peur des kilo est la en permanance, juste a l’idée de me voir prendre 1kilo me rend folle, je ne peux pas ne plus manger donc la seule solution que jai trouver pour  »bouffer » sen grossir ces les vomissement. J’emplois le mot  »bouffer » car ce n’est meme plus manger que je fais mais bouffer, c’est une honte d’etre comme sa, je n’arrive meme pas a acepté les repas avec mes ami, ces un vrai calvers
    JE VEUX SORTIR DE TOUT SA JE N EN PEUX PLUS!!!!!

  54. Anonyme :
    5 juillet 2011

    Chère Sandrine. TU PEUX Y ARRIVER. Il faut que tu t’entoures des bonnes personnes. As-tu déjà fait une psycho-thérapie? Moi je me suis lancée aps 12 ans de boulimie. ET crois moi même quand tu penses que la maladie est partie en fait elle est toujours là qq part et quand elle en a l’occasion elle reprend ses droits. C’est pour ça que j’ai décidé de me faire aider par les personnes compétentes. Actuellement je suis à ma troisième séance. Je ne sais pas vers quoi je vais mais ce qui est sûr c’est que j’ai beaucoup à apprendre de cette maladie autour de laquelle je me suis construite. Tu peux également acheter un bouquin sur ce thème. Il y en a avec des petits exercices à faire pour s’en sortir.
    Tu as raison quand tu dis que les gens ne comprennent pas. Ils se disent simplement qu’on devrait avoir plus de volonté et manger moins. Ils ne peuvent comprendre ce que nous nous ressentons. J’aimerais bien rencontrer une fille boulimique et parler avec elle de tout ce que je ressens. Ce qui est dur pour moi c’est de me sentir différente des autres et très seule enfermée dans mes secrets.

  55. Moi :
    30 juin 2011

    J’ai 28 ans, et c’est dur à écrire, mais je suis boulimique depuis maintenant 14ans. J’arrive à peine à le réaliser. C’est comme un ‘état passager ou temporaire’, qui ne finit plus, et qui se prolonge encore et encore. Quand j’ai commencé à me faire vomir, je me disais que j’allais faire ça juste le temps de perdre quelques livres, et ensuite j’arrêterais. Jamais je n’aurais imaginé que ca pouvais devenir une addiction, et que j’allais totalement perdre le contrôle. Les pulsions sont fortes, trop fortes. J’ai bcp de volonté et de force, mais l’ampleur des pulsions est immense. Je crois bien que c’est la seule chose que je n’arrive pas à controler dans vie. Ca me rends malade. Psychologiquement et physiquement.
    Je vais emmenager avec mon nouveau copain bientôt, et j’ai peur pcq qu’il ne sait rien de ma boulimie. Mais il va bien finir par s’en apercevoir… P-t que l’amour et la vie à deux me sauvera… se sont les seuls remèdes que je n’ai pas encore essayé…

  56. Anonyme :
    26 juin 2011

    Lucie, Dis toi qu’elle a l’habitude, et surtout qu’elle ne te jugera pas. Les professionnels de santé n’ont pas cette démarche, ils essaient juste de diminuer les crises et de comprendre ton schéma de pensée !
    Plus tu lui parleras librement plus elle pourra t’aider, chaque malade de tca a son cheminement de pensées, alors parle lui librement !
    Félicitations, ce 1er pas est important ! :)
    Bon courage pour la suite !
    Signé, Une future ex BNV

  57. lucie :
    19 juin 2011

    Merci pour ces encouragements!!! Ca fait chaud au coeur. J’ai commencé une psycho-thérapie. J’ai eu mon premier rendez-vous. Je dois noter tout ce que je mange et lui montrer pour la prochaine fois. C’est assez difficile car j’ai l’impression qu’elle va me juger. Je sais bien que c’est son métier mais j’ai toujours peur qu’on me juge.

  58. sandrine :
    13 juin 2011

    j ai 23ans, j ai des troubles alimentaires depuis mon enfance, mais je suis devenu boulimique il ya 3ans… Jour après jour cette maladie rythme ma vie, je fais des crises tout les jours, et suis tellement faible par la suite, que je ne sors plus, je me cloître chez moi et me complait dans cette putain de maladie!!!! elle me détruit jour après jour, je vois mes dents s abimer, j ai constemment mauvaise mine, et j ai de reelles envies de suicide! Et oui, pour celle et ceux qui ne le savent pas, la boulimie provoque des carrances, qui favorise la dépression. J ai parlé de ma maladie à plusieurs personnes très proche de moi, mais personne ne comprend mon mal être, ma solitude!!!
    Tout les jours, je me jure qu’il sera sans crise! Tu parles! C est impulsif, je ne résiste pas à cette pulsion, et un rien peut emmener une crise: une pub de bouffe a la télé, une odeur, … Tout quoi!!! Je vous assure que j en peut plus, je me sens seule et incomprise, en plus les gens ne voient pas ca comme une maladie, alors qu elle est bien réelle!
    Vous savez la chose pour laquelle je culpabilise le plus??? c est MOI qui est choisis ma maladie, c est MOI qui me suis mis deux doigts au fond de la gorge… Et tout ca par facilité, pouvoir se goinfrer sans grossir! Le rêve de toutes femmes nn?
    Sauf que le rêve est devenu un cauchemard!!!
    Pour toutes celles et ceux qui sont sur ce site par ce qu ils songe à la boulimie, je vous en supplie,ne franchissez pas le pas! Allez voir un psy pour essayer de regler vos pulsion, mais ne commencez JAMAIS à vous faire vomir! C est comme une drogue, au début on pense tout contrôler, mais il n en est rien! En un rien de temps vous vous retrouvez comme moi, à la merci de cette maladie, je suis devenu moche, mes dents pourissent, la peau de mon visage est bouffi, mes yeux sont gonflé et des vaisseaux ont éclatés et sans parler des innombrables problèmes de santé que je risque de rencontrer si je n arrête pas… problèmes cardiaques, de rhein… et que sais je encore???
    Je rêve d ‘arreter, mais comment?

  59. Julie :
    11 juin 2011

    Bonjour à tous,
    Un petit message d’espoir, parce que j’ai été boulimique pendant des années et je pense m’en etre « sortie », ca fait maintenant à peu près 6 ans que je n’ai plus de crise. Ouf!! Mon rapport à la nourriture à changé, je mange maintenant sans me restreindre, spontanément mon corps sait ce dont il a besoin, je m’arrête lorsque je n’ai plus faim (sauf si c’est par gourmandise, mais là non plus, pas d’excès cataclysmiques, de manière spontanée). Mon poids est correct, entre 54 et 58 kg pour 1m69, je m’accepte comme je suis meme si je prefere etre du coté des 54 ;-) Je me méfie des régimes comme de la peste, je préfère avoir quelques kilos en trop que de risquer retomber dans la boulimie!!! Et c’est mauvais pour le corps, j’ai abimé toutes mes dents, surtout celles du fond qui sont « mortes » par brulures chimique, pour les autres caries à gogo (un petit conseil: ne vous brossez pas fort les dents après avoir vomi, avec l’acide ca les abimes, rincez vous la bouche avec une solution qui neutralise l’acide comme le bicarbonate de soude…).
    Je voudrais vous dire que je comprends votre souffrance, votre isolement, votre terrible image de vous meme….. J’ai été très seule dans cette « maladie », je n’en ai jamais parlé à personne, je me dégoutais trop moi meme, à part une fois à un psy qui ‘a répondu que je ne guérirais jamais, et meme que je transmettrais mes problèmes à mes enfants le jour ou j’en aurais!! Vraiment NUL!
    Ce qui m’a sortie de là, c’est l’amour…..j’ai rencontré quelqu’un qui m’a aimée de manière inconditionnelle, comme j’étais, avec beaucoup de douceur et de tendresse. J’ai eu de la chance. Et mes crises ce sont arretées spontanément dès le début de notre relation. Il n’en a jamais rien su, meme à lui je n’ai pas osé en parler. Nous nous sommes séparés il y a deux ans et ce n’est pas revenu. Je ne veux pas, j’ai trop souffert!
    A posteriori je pense que ma boulimie venait d’un manque d’affection, de reconnaissance, d’amour COMME JE SUIS! J’avais une mauvaise image de moi, je ne m’acceptais pas, et je suis quelqu’un qui CONTROLE beaucoup ce que je suis, pour me rendre acceptable à mes yeux et aux yeux des autres.
    Maintenant j’essaie de lacher prise, d’accepter, de ne plus vouloir controler qui je suis, mes émotions et mes désirs à un niveau plus global. Faire comme pour le coté nourriture, laisser faire mon corps et mon esprit, ca a bien marché, je peux me faire confiance bien plus que je ne l’imagine!!
    La route est longue….mais le but n’est pas tant d’arriver que d’avancer, de continuer à avancer, survivre, garder une etincelle de vie et d’amour en nous.
    Bon courage à toutes et à tous, je vous souhaite beaucoup de bonheur, et gardez espoir, toujours, vous avez beaucoup plus de ressources et de valeur que vous ne l’imaginez!

  60. Livia :
    10 juin 2011

    j’ai lu presque tous les témoignages, j’ai vecu l’anorexie de ma soeur et ça a été une épreuve TERRIBLE , mais la seule chose qui l’a SAUVE’ à part l’amour de toute sa famille: c’est la PSYCHOTHERAPIE!
    je vous prie toutes et tous: POUR S’EN SORTIR IL FAUT SUIVRE UNE PSYCHOTHERAPIE en premiere personne et avec votre famille; il y a que l’experience d’un professionnel qui pourra vous aider a vous en sortir! A la place que gaspiller votre argent en aliment en surplus ou pour cacher vos « faiblesses », à la place de getter les « sous » en diurétiques et « faux amencissants » en diètes folles: utilisez l’argent pour vous aider vraiment, suivez une psychotérapie et vous verrez que vous pourrez vous en sortir et vous aurez les armes pour ne plus y tomber!Ma soeur aujourd’hui est heureuse, a acquis un bonne estime d’elle , est marié et vient d’avoir un bébé et les kilos de la grosses la font sourire et en plus son organisme à repris tellement bien qu’elle les a tous perdus en peu de temps! CROYEZ MOI chercherz un bon psychotherapeute et vous reviendrez à votre vie !

  61. lucie :
    4 juin 2011

    Bonjour, je suis boulimique depuis 12 ans. J’ai commencé à 17 ans. Je me trouvais trop grosse et surtout je ne me sentais pas bien dans ma peau limite suicidaire. J’ai commencé à manger énormément puis j’ai essayé de me faire vomir pour voir. Ca a marché et j’ai trouvé ça facile de pouvoir me goinfrer et de ne pas en subir les conséquences. C’est ce que je croyais car au fil des semaines, malgré les vomissements, j’ai commencé à grossir. J’ai rencontré un garçon, l’homme de ma vie avec qui je suis toujours aujourd’hui, et pour lui j’ai voulu changer. J’ai alors décidé de me confier à lui (personne d’autre n’était au courant) et suite à ça j’ai pris la décision de tout stopper. Ca a marché et en réalité j’ai perdu du poids tout naturellement. Seulement après qq années ça a recommencé. Je fais de la danse et je me sens grosse par rapport aux autres alors je décide de faire des régimes hyper strictes et résultat, je craque complètement et m’empiffre et me fait vomir. Aujourd’hui j’essaie de ne pas me faire vomir même si je fais une crise mais c’est difficile. Quand je me sens vraiment pas bien d’avoir trop mangé je vais me faire vomir et je me sens soulagée mais coupable d’avoir recommencé. Dans mon agenda je marque chaque jour où j’ai réussi à ne pas me faire vomir. Ca ne dure jamais plus d’un mois. Je pensais pouvoir m’en sortir toute seule par ma volonté mais je me rends compte maintenant après 12 ans que ce ne sera peut être pas possible. J’ai vraiment envie d’en finir totalement avec cette maladie. Quelqu’un connaitrait-il une personne qui pourrait m’aider sur Liège? (Belgique)

  62. Anonyme :
    29 mai 2011

    Bonjour,

    Je lis toutes ces histoires et je me reconnais dans plusieurs d’entre elles. J’ai commencé par être anorexique à 17 ans et après 2 ans de contrôle excessif et une perte de pois d’environ 40 livres je n’étais plus capable de me contrôler donc la boulimie est entrée dans ma vie et ce pendant environ deux ans aussi. J’ai passer par toute sorte d’événements, vomir plusieurs fois par jours, pleurer après les vomissements, mais pourtant toujours recommencer, me cacher pour vomir, vomir dans des sacs de plastiques ou poubelles que je dissimulais pour être certaines de pouvoir tromper tout le monde de ma famille, gaspiller beaucoup d’Argent pour remplacer toute la nourriture que je consommais pour ne pas que les membres de ma famille s’en rendre compte ou me supsconne….on se rend même à voir du sang dans nos vomissements, on sait qu’on se « mutile » mais c’est étrange on a peur sur le coup, mais cela ne nous empêche de rien par la suite….

    Bref, j’étais une de celle qui croyait que je ne m’en sortirais jamais car j’ai été 4 ans à penser seulement qu’à la nourriture soit pour m’en priver et éviiter toutes les occasions de devoir manger un grande quantité (anorexie) et ensuite penser à la nourriture au point de toujours vouloir manger (anorexie). Tout ca a été un calvers….malgré tout j’ai su bien cacher mon jeux, j’ai quand même réussi à finir mes études pendant ce temps, fréquenter des garcons (en gardant mes distances), travailler à temps partiel comme toutes adolescentes. Mais, un jour, ma mère et ma soeur qui commencait à me supçonner, m’ont surprises….si vous saviez la honte que j’ai eu…moi qui a toujours été fière…qui avait l’Aire d’être au-dessus de mes affaires…..j’était prise dans cet état vulnérable…..

    Par contre, on a tellement la volonté puissante de tout cacher pour pouvoir continuer à vivre dans notre calvers (c’est plus fort que nous) que j’ai réussi à leur faire croire que j’avais arrêté tout ça et que c’était la dernière fois quand elles m,ont surprises….mais en réalité j’étais simplement beaucoup plus prudente par rapport aux endroits et circonstances choisis pour me faire vomir.

    Par contre, plusieurs mois après cet événement, j’ai tellement pleurée lors de vomissements, de tristesse profonde que je me suist dit CA SUFFIT…bien sur ca n’a pas été final après, mais de plsu en plus j’Ai réduit mes fréquences de vosmissements…évdient j’ai eu quelques rechutes, mais ca allait dans le bon sens. Le plus important pour se guérir ce que j’Ai compris et que je retiens…IL NE FAUT PAS SE DEMANDER DE TOUT ARRÊTER DU JOUR AU LENDEMAIN ET ACCEPTER QUI NOUS SOMMES, NE PAS EN AVOIR HONTE ET SURTOUT ÊTRE CONSCIENTE QU’ON NE PEUT PAS GUÉRIR À 100% ET JE CROIS QUE C’EST NORMAL….je m’expliuqe….en guérissantj ,ai compris quelque chose: la boulimie c’ est comme l’Alcoolisme ou la toxicomanie….c’est une façon un signe de découragement de fuir ce qu’on ne contrôle pas…j’aurais pu être toxicomane, mais mais chemin a été autrement. PAr contre, IL NE FAUT PAS OUBLIER CECI: un alcoolique ou toxicomane ne guérissent pas à 100%, ils savent qu’ils auront toujours une faiblesse à ce niveau, que ce sera un combat à chaque jour, ils y penseront de temps en temps….voilà comment je me sens aujourd’hui….après envrion 2 ans et presque 3, je peux dire que je suis guérit, mais à chaque jour je me parle, je garde en tête que je ne veux pas vivre ma vie dans l’ombre….ce qui m’a aidé à passer à travers de tout ca, j’ai appris à vivre avec le petit 5 kilo qui me rendait malade autre fois, maintenant j’ai même appris à me trouver plus belles que j’étais quand j’étais anorexique..et très mince….je prends soins de moi, je me gaspille (je fais du jogging 5 fois semaine), mais quand j’ai le goût d’un bon dessert j’en prends un et je suis capable de me limiter à une pointe de gâteau…même si parfois j’aurais encore envie de tout le manger….mais je me dis sa va me servir à quoi hein? Serais-je plus rassasié après? non

    J’ai eu la chance de connaître un homme exeptionnelle vers la fin de ma maladie, je lui en ai parlé ,c’est important de parler de ça au moins à une personne, c’est une étape dans l’Acceptation d’en parler, mais il faut choisir la personne, parfois nos parents ne sont pas les meilleures personnes à qui en parler, car par soucis de notre santé elles vont penser plus à sauver notre santé physique que mentale, parce que quelqu’un qui n’a jamais eu ces problèmes alimentaire ne peut même pas s,Imaginer à quel point on souffre mentalement et il pense que la meilleure façon est de nous forcer à manger…ou arrêter de se faire vomir…mais plus difficile à faire qu’à dire..bref, j’étais une de ces femmes qui jugeaient les anorexiques avant de l’être…mais je n’avais AUCUNE idée pour où ces femmes passaient. Bref, je peux vous dire que si j’y suis arrivée, TOUT le monde peut….donnez-vous du temps et surtout, ne demander pas de changer la personne que vous êtes, mais simplement vous améliorer en étant moins exigeante envers vous-mêmes et en acceptant que cette maladie fait partie de vous, mais que vous pouvez la contrôler….

    Je suis avec vous tous et toutes…

  63. Ophélie :
    25 mai 2011

    Bonjour à toutes !

    J’ai 23 ans et comme vous je suis boulimique non vomitive car mon corps refuse également de rejeter. Je fais des crises à chaque fois que je manges, donc c’est surtout le midi et le soir.

    Je peux avoir des périodes comme vous, où je vais me priver de manger pour essayer de rattraper mes dérapages mais le lendemain ça recommence…

    Tout a commencé par une période ou je mangeais presque rien, j’avais perdu beaucoup de poids et je me sentais bien comme j’étais. Sauf mon entourage et mon ex copain.

    Suite à notre rupture, j’ai commencé à remanger en grande quantité et surtout du pain !

    Je ne mange rien de gras car pour moi gras = gros, c’est ridicule car du coup j’ai des carences que je combles avec des fruits, des légumes, des yaourts 0% et comme cela ne me remplie pas assez, souvent je finis avec du pain, des pâtes ou du riz cuits nature ! Car temps que je n’ai pas mal au ventre pour moi ce n’est pas fini.

    Sans parler aussi des séances de sport que j’inflige à mon corps pour essayer de brûler les plus de calories possible !

    J’ai commencé depuis peu une thérapie avec un psy spécialisé dans les troubles du comportement, donc pour la partie psychologique mais il m’a expliqué aussi qu’une prise en charge médicale était également très importante.

    Cette maladie est très dure et surtout elle nous détruit mentalement et physiquement !!! Alors si je peux vous donner un conseil, faite vous aider dès que vous vous sentez prête et n’ayez pas peur d’en parler. Je soyez pas honteuse, vous n’êtes pas toute seules à vivre cette maladie !!!!

    Courage à toute !!!

  64. kza :
    24 mai 2011

    je souffre aussi de ce type de malaise

  65. anonyme :
    19 mai 2011

    je mange peu par example en un jour je vai mangé un petit dejeuné ( cereal nature lait et compote) 1 pomme & 1 tranche de dinde mais je culpabilise a chaque foi que javale la moindre nourriture je me fai vomir depui peu mai je n’arrive deja pas a arreter pas assez de volonté sans doute … je pese 60 kg pour 1m60 mon alimentation n’a jamais étai simple sois je jeune duran des semaine ( avec le droit a bocoup d’eau et 2 tomate par jour ou j’ai deja passer 5 jour sans avaler la moindre miette de nouriture ) sois le contraire je mange bocoup trop sans me depencer la cela fait 4 ou 5 jour que je ne mange plus gran chose et je me fait vomir en plus j’ai perdu 4 kg ( j’etait a 64) je veu atteindre un poid de 52kg ou au maximum 55 kg je me sens vraimen mal dans mapeau malgrés que l’on a lair d’aprecier mon corp moi je ne le suporte pas. j’ai un réel problem d’alimentation mais je n’arrive pas a le definir boulimie ? anorexie ? autre ?

  66. sarah :
    17 mai 2011

    cet article m’a énormément plu. il est très bien fait. Sa m’a appris beaucoup de choses.

  67. Farah :
    4 mai 2011

    Bonjours moi je fait un travaille en SVT et je trouve que se site et trés complet et trés detailler merci de votre aide . :)
    Bisous
    Farah

  68. salima :
    30 avril 2011

    bonjour a tout le monde. je pèse 70 kg pour 1.64m,
    je mange trop et sans controle et je me faits vomir exprés sans que mes parents se rend compte. je perd de poids. je crois que je vais vers un étape de boulimie mais je ne veux pas. que puis-je faire?

  69. anais :
    29 avril 2011

    pouvez me donnez des information sur la boulimie car j’ai un exposé à faire pour l’aide merci d »avance tu peux répondre marine et caro à l’aide

  70. Alexandra :
    23 avril 2011

    Parles en à tes proches s’ils ne sont pas moqueurs !!

  71. mélanie :
    12 avril 2011

    je faisia un travail pour le cours de svt et après avoir lu l’article ,je me suis demandé si je n’ étais pas boulimiques:
    -je mange beaucoup car j’ai toujours cette envie
    -je mange viteen secret (surtout du chocolat)
    -je ne me fait pas vomir
    -je n’ose pas en parlé a mes proches

  72. marine :
    3 avril 2011

    bonjours j’ était boulimique et je voulais répondre a caro:
    j’ai 22 ans et ma vie n’a pas toujours été facile, j’etait boulimique et de toute ma vie je n’en avais rien a faire jusqu’au jours ou j’ai eu un bute un rêve une
    embission je me suis dit qu’il fallait que j’arrête que je change définitivement ce jours là j’ai lu et consulter touts les sites qui en parlais j’ai lu les différent choix pour en sortir je me suis batu et j’en suis sorti sa ma pris 3 ans de ma vie mais maintenant j’ai attend mon bute!

  73. vicky :
    3 avril 2011

    je trouve se site tres interéssant j’avais un exposer a faire merci beaucoups

  74. lydia :
    29 mars 2011

    mon cas c le 5eme titre

  75. Caro :
    28 mars 2011

    Bonjour, j’ai ma meilleure amie qui est boulimique-anorexique.
    Je voudrais savoir si quelqu’un s’en est sorti est comment.
    Car sa devient de plus en plus grave et j’aimerais l’aider.
    merci

  76. Julie :
    7 mars 2011

    Salut, moi j’ai 22ans et je suis également boulimique.
    Je crois que ca a commencé à l’âge de 16ans. En faite je n’ai rien vue venir, je savais que j’étais gourmande, et que je mangeais plus que la normale mais je ne voulais pas me l’avouer. Et un jour j’ai décidé de voir la réalité en face et de commencer à en parler. Ma mère l’a très mal pris au départ, elle ne me croyait pas. Mais ensuite elle a décidé de m’aider. C’est important d’être entouré, même si, à part des boulimiques, personne ne peut comprendre ce que l’on ressent…
    Contrairement à d’autre je ne me fais pas vomir. J’ai déja essayer mais mon corps refuse de tout rejeter. A la place je me lance dans des séances de sports interminables, jusqu’à épuisement pour essayer de brûler au moins le quart de ce que j’ai pu ingurgiter…. Grâce à ca je garde un poids correct même si je peux faire le yoyo de 5-6kg.
    J’avais commencé une thérapie et ca m’a aider à trouver la source de mon problème. La maladie vient souvent du coter de la mère. Je suis née prématurée, et ma mère n’a pas pu me sevrer, j’ai été trop rapidement séparé d’elle. J’essayerai de combler un manque… Et puis étant danseuse plus jeune, il fallait absolument que je garde un poids idéal, et j’ai été mise au « régime » beaucoup trop tôt…
    J’ai même essayé de me faire hypnotiser pour vaincre mes pulsions…
    Mais bon j’ai toujours des crises, c’est par période et quand je suis dans une période de boulimie c’est très dur de s’en sortir. C’est un combat quotidien. Je ne sais pas s’il existe une guérison parce que j’ai l’impression que cela fait parti de moi, mais j’espère un jours pouvoir manger un bout de gâteau, m’arrêter à une seule part et ne pas culpabiliser après…
    Cela me bouffe la vie, tout tourne autour de mon poids et de mes crises. Mais j’y crois ! Il faut arriver à se sevrer…et maîtriser cette grande angoisse qui nous prend avant une crise, et la surmonter!

  77. Raphaëlla :
    23 février 2011

    Bonsoir tout le monde.
    Je suis tombée sur ce forum, et à vrai dire, cela me « réconforte » de lire toutes les histoires que l’on a pu poster ici.
    Voilà, j’ai 16ans, et je souffre de boulimie depuis quelques mois. Comme beaucoup d’adolescentes, je suis très mal dans ma peau, et je cherchais essentiellement à voir ce qui a pu déclencher ce comportement. Et je remarque que je souffre de tous les symptômes décrits, la solitude, le rejet, mes parents se sont séparés, j’ai déménagé, et je suis de nature stressée, mais tout a pris une proportion sur-dimensionnée, et je suis prise dans un cercle vicieux.
    Je suis fille unique, et de ce fait je me retrouve souvent seule chez moi. J’en profite pour vider les placards, le frigo, et cela se termine généralement par des crises de vomissements. Malheureusement ma mère a tendance à fouiner un peu partout car elle est très protectrice. Elle s’est vite doutée que qqchose n’allait pas, surtout que je me suis bcp renfermée sur moi-même ces derniers tps je ne lui parle presque plus. Un jour alors qu’on ne se parlait plus elle me balance mon problème à la figure, et l’a très mal pris, elle ne comprend pas du tout ce que je vis et est très loin de capter mon « désespoir » .. Depuis nous n’en avons jamais reparlé, je lui ai promis de ne pas recommencer mais ça ne s’arrête pas comme ça…. Voilà aujourd’hui j’ai eu 3 crises successives, et bizarrement je ne ressens pas le besoin de m’arrêter, et c’est ça qui m’interpelle car toute personne normale doit se sentir malheureuse et totalement désorientée, honteuse après une crise, mais moi non, et je sais que je recommencerai certainement demain car je ne pourrais pas me contrôler et personne ne pourra m’en empêcher..
    Je n’en ai parlé à personne et je ne vois vraiment pas qui pourrait me comprendre, sachant que ma mère évite le sujet et ressens plus de dégout qu’autre chose….

  78. silvana :
    5 février 2011

    je suis hyperphagique depuis l age de 30 ans, j en ai 60 . je pese 90 kg, je mesure 1 m 66 je suis obese . les gens pensent ou disent que je suis seulement gourmande . c est vrai que j aime les bonnes choses a manger . mais voici 30 ans que je me prive de tout plaisir gustatif car je sais que les bouffes maladives suffisent pour me transformer en une grosse vache que je hais . il n y a pas que les jeunes qui ont des problemes avec la nourriture .

  79. marjorine :
    2 février 2011

    je suis boulimique et j’adore sa

  80. isoce :
    31 janvier 2011

    bonjour,
    je voudrais savoir si le fait de manger beaucoup et souvent, mais d’avoir quand meme des periodes où on se restreint, signifie qu’on est boulimique?
    car je fais cela mais je ne vomis pas, et pourtant je ne pense pas être hyperphage car je suis très loin d’être obèse.
    Quelqu’un pourrait m’éclairer sur ce sujet?
    merci =)

  81. Mallaury :
    19 janvier 2011

    Bonjour à tous et à toutes,
    J’ai un devoir à faire sur la Boulimie pour un CCF au lycée et je doit parler des ceuses, conséquences et des solutions qu’on peut trouver pour guérir. Pourriez vous m’aider en me donnant chacun votre causes de cette Boulimie ? Les conséquences que sa à pu engendrés sur votre corps et si ovus avez trouver des solutions ? Vous pouvais rester anonyme bien sur.
    Merci d’avance pour votre aide

  82. Une fille. :
    12 janvier 2011

    Bonjour, dans beaucoup de témoignages j’ai lu les effets de la boulimie mais je n’ai pas vraiment vu les causes de ce trouble alimentaire… Pouvez vous m’éclairer à ce sujet ?
    merci.

  83. sarah :
    24 novembre 2010

    j’ai 17 ans et ça a commencé il y a deux ans je pesé 68kg
    je suis partie en vacance et j’avais des remonté gastrique apres le repas, des rejets alors au lieu d’avaler a chaque fois je recraché parceque c’etais pas agreable, c’etais pas beaucoup, seulement c’est devenu de pire en pire et maintenant je vomi a chaque fois que je met un truc dans ma bouche, et sans le faire exprès, aujourd’hui je pese 46 Kg, j’aime le nouveau corps que j’ai, mais je deteste ce que je suis devenue, et je sais que c’est nephaste pour ma santé et cela m’inquiete beaucoup a tel point que je n’en dort plus, alors je suis en plus tres fatigué.

  84. thierry :
    22 novembre 2010

    Il est possible que de nouvelles decouvertes dans le domaine de la recherche medicale apportent de nouveaux traitements revolutionnaires pour soigner les TCA.

    Il existe un site web

    (modération)

    qui donne plus d’information sur cet aspect la.

  85. Pascale ZRIHEN :
    22 octobre 2010

    Bonjour,

    Psychologue spécialisée TCA, je souhaitais vous informer de la sortie de mon livre Anorexie Boulimie, explications et conseils pratiques pour mieux vivre le quotidien, aux éditions du Dauphin. Co-écrit par Corinne Dubel, diététicienne TCA, ce livre est recommandé sur le site RTL, sur France 2 Télématin, sur France Info, Amazon…

  86. steven :
    15 octobre 2010

    j’ai découvert ma maladie à 15ans , je suis anorexique mentale , c’est à dire méme si j’ai faim ,je m’interdis de manger à cause d’une remarque d’une personne ou quand je me léve et tous vas sauf quand une personne me dis bonjour et la tous bascule dans un état psychique , ensuite c’est foutus pour me parler et manger . j’ai perdus jusqu’a 15kl en quelque mois , ma famille suporter plus mon état agréssif, mon blocage et alimentaire, je pouvais étre deux a trois jours sans rien avaler , je suis aller voir un psy mais au contarire il m’a donner l’envie d’aller au contraire de se qu’il fallais faire , une cure qui n’a rien donner , la seul solution a été de me mettre au travaille comme un fou , sans compter les heures ni les jours , le seul probléme est la vie de couple, tous fus un échec et encor maintenant , j’ai 36 ans ,j’arrive plus ou moins à gérer les tendances anorexie , ya souvent des hauts et des bas , mais je garde le morale et je fais des efforts pour survivre dans un monde ou ils ne comprennent pas se que les anorexique en générale vivent dans leur quotidient. je souhaite bon courage à tous , juste une chose faite vous aider par vos amis et famille , parlez en entoure de vous , pour moi sa ma aider à me comprendre !! allez bon courage

  87. quelqu'un :
    26 septembre 2010

    bonjour à tous, je vois que cette maladie qu’est la boulimie touche beaucoup de personnes, tout comme moi. je me permets de raconter mon histoire…
    Depuis toute petite, ma vie a été difficile, un père alcoolique et violent, une vie dont aucune petite fille ne rêverait avoir. Cela fait 2ans et 9 mois je me suis fait agressée dans la rue par un de mes voisins qui a tenté de me violer. A cette époque je pesais 59kilos pour 1 mètre 69. Depuis ce jour, j’ai vu et revu plusieurs psy, j’ai déménagé mais rien n’y fait, cet évènement devait être un élément déclencheur, un ras le bol dans ma vie déjà pas mal mouvementée. Le mois de Juin qui a suivi mon agression, une confrontation avec mon agresseur a eu lieu, j’étais encore mineure, j’avais 17 ans alors bien sûr ces entretiens étaient tous filmés. C’est dès ce jour que toute ma vie a basculé dans un enfer dont je ne vois plus la fin. J’ai commencé par ne plus rien manger, je cachais ma nourriture dans du sopalin pour aller la jeter dans la poubelle, j’évitais de manger au maximum, jusqu’à ce que j’atteigne 51 kilo, poids que j’ai appris en allant chez le médecin début juillet parce que ma mère m’a retrouvé allongée sur le sol dans ma salle de bain, le visage proche d’une marre de vomi jaunatre, horrible je sais. J’ai tout nié en bloc, j’ai fais semblant de rien, comme si rien n’avait changé, refusant un suivi psychologique régulier comme il me l’était conseillé.
    C’est ensuite que les vomissements sont apparus. Je ne mangeais pas en grande quantité mais je vomissais tout, même un verre de jus d’orange suffisait pour que j’aille le recracher. C’est quelques mois après mon déménagement dans une autre région, du au fait que mon agresseur soit relaché avec seulement 2 ans avec sursi, mais toujours libre, que ma mère a découvert une chose dont jamais je n’aurais souhaité qu’elle voit. En effet après avoir deviné que j’étais surveillée lorsque j’allais aux toilettes, je vomissais là où je le pouvais, la douche, le lavabo… et les quantités de nourriture avalées augmentaient de jour en jour. C’est après des crises de boulimies allant jusqu’à 4 fois par jour que j’avais trouvé la solution qui était de vomir dans un sac poubelle que je descendais chaque matin… Honteux mais c’est ce que ma mère a découvert en dessous de mon lit… Je crois que j’ai fait chaque endroit, même les toilettes publiques dans lesquels j’avais peur d’être vue y entrant trop souvent, ce qui était le cas. A partir du moment où elle a trouvé ce sac, elle m’a emmenée dans un hopital psychiatrique, aux urgences plus exactement, de là ils m’ont conseillé d’aller 2 semaines dans un endroit où des ados en difficulté allaient, un centre hospitalier. Je tiens a preciser que ce n’était pas un hopital pour des malades mentaux à haut niveau, juste pour des gens en difficulté dans le sens où pour eux la vie est une chose difficile à comprendre et qui n’a pas vraiment de sens réel. J’y suis donc restée 2 semaines, inutile car il y avait des toilettes dans chaque chambre… Mais bon tout le monde a bien cru que j’allais mieux, et j’ai tout de même eu droit à ces séances avec une psy. Bien sur ce n’était pas fini pour moi, la boulimie m’a même ammené à manger puis vomir a tour de role et sans cesse tout un week end parce que mes parents n’étaient pas chez moi, une chose horrible mais comme si j’étais prisonnière dans un engrenage sans fin, dont la seule chose qui pouvait y mettre fin était la présence d’une personne qui puisse me regarder. Mon poids minimum a été de 41 kilos, poids qui a précédé une seconde hospitalisation en janvier de 3 semaines parce que la sensation de manque me faisait perdre mon controle jusqu’à avoir voulu me jeter de ma fenêtre de chambre située au 3ème étage… Après être sortie de l’hôpital, même histoire, tout était identique à part que mes parents croient que je vais mieux alors que c’est totalement faux. Je suis toujours boulimique, de plus j’ai travaillé en boulangerie, grosse erreur car je mangeais tout ce qui me passais sous la main, bonbons, patisseries, viennoiseries, et j’allais le vomir lorsqu’il n’y avait pas beaucoup de clients, parce qu’en plus de ça je travaillais dans une boulangerie seule, car les patrons et les patissiers faisaient venir tout le pain et autre par camionnette d’une autre boulangerie, que je pourrai appeler une sorte de Quartier Général ^^ Le problème est que à force de vomir, des vaisseaux en dessous de mon oeil gauche ont explosé et je me suis réveillée avec un bleu foncé en dessous de mon oeil, et le jour suivant le blanc de mon oeil gauche gauche était rouge sang, mais très foncé. J e ne suis pas sortie de chez moi pendant une semaine, je me suis mise en arrête maladie deux semaines avant la fin de mon contrat qui s’est terminé le premier septembre. Je suis quand même retournée travaillé la dernière semaine, avec l’oeil en sang et toujours ces migraines. Aujourd’hui j’ai trouvé un petit copain, une histoire qui semble sérieuse et déjà pleine de projets. Je suis toujours boulimiques, j’ai d’ailleurs encore vomi 3 fois aujourd’hui… Ma mère a des doutes depuis pas mal de temps mais bon je n’y fais plus vraiment attention. J’ai passé un an et demi à mentir à ma psy sur le fait que je me faisait encore vomir. J’ai mis fin à nos séances lundi il y a une semaine et elle n’a jamais su la vérité.

    Comme toutes ces personnes atteintes de la boulimie, je sais que j’ai parfois envie de m’en sortir, peut être deux minutes dans une journée l’idée me vient à l’esprit, mais c’est impossible je ne m’en sors pas. Aujourd’hui je pèse 47 kilo pour 1 m 70, une partie de ma vie est dissimulée, je pourrai même dire qu’elle est un mensonge. Il m’arrive de beaucoup dépenser dans de la nourriture pour la vomir ensuite, et quand mon copain m’invite au restaurant, je ne sors pas sans être passée par la case « toilette », et j’en ai honte, j’en ai marre de me gaver de chewing gum, très laxatifs, lorsque vomir ne suffit pas. Pour être sure de ne plus rien avoir dans l’estomac, je bois et je vomis 3 ou 4 fois a la suite jusqu’à ce que ce que je vomisse soit uniquement de l’eau, mais dans un restaurant ce n’est pas évident, d’où les chewing gum. Mon histoire est honteuse je vous l’accorde, mais malheureusement je n’ai pas demandé tout ça et je sais que je ne m’en sortirai pas… Je ne sais même pas si je pourrai fonder une famille car je ne suis plus réglée depuis plus de 6 mois, moment où le médecin me les a déclenché avec du duphaston suivi de la pilule. Je pourrai vous demander de m’aider mais je sais que personne ne le pourrait, mais qui sait un jour peut être je pourrai revivre normalement…

    Mon histoire est un peu longue, est similaire à beaucoup d’autres, mais je dois avouer que ce forum je l’ai découvert à l’instant en cherchant « les conséquences de la boulimies » et une solution à mon problème, aujourd’hui encore non résolu.

    Bonne nuit à vous.

  88. evelyne :
    14 septembre 2010

    probleme scolaire certainement pas ce sereit plutot la scolarite qui a des problemes et surtout les speudos professeurs qui occasionnent du stress et du mal etre car bien souvent ces jeunes sont beaucoup plus intelligents que la pluparts des professeurs qui sont sur de leur savoir et que l on ne remet jamais en question le milieu scolaire fait beaucoup de mal

  89. maya :s :
    4 septembre 2010

    svp je cherche un forom claire (comme celui là) mais pourhyperphagie. Ou si quelqu’un pourait me renségner sur les vrai simptome et comment savoir si on en souffre ou pas, je suis preneuse! Merci d’avance et bon courage a toute celle qui en sont atteinte!

  90. nathalie :
    4 septembre 2010

    je suis boulimique depuis 26ans ;sa a ruiné ma vie .toujours pas guerri mais j ai vraiment envie de croire que sa va s arreter un jour.faites vs aidez au plus vite et surtout arreter les regimes ;apprendre a s aimer et le reste suivra….

  91. perso :
    24 août 2010

    Trouver La personne de confiance à qui en parler le plus tot possible est qqch d’important.
    Bonne chance a toutes..

  92. valence :
    6 août 2010

    D’apres les commentaires, j’ai vrmt l’impression, qu’on peut en guerir?

  93. valence :
    6 août 2010

    J’ai 19 ans et je suis boulimique depuis 2 ans deja , j’ai commencer par faire un régime, draconnien, mais qui c’est révélé bien plus qu’efficace pdt environs un an, puisque je suis passée de 68kg à 53kg taille parfaite, j’étais bien plus que ravie. Ma vie etat comblée amour étude controle sur la nourriture, pt même un peu trop, puis lamour a battu de l’aile, et toput est parti en vrille…
    Reprise de poids 65kg aujourdhui je me sens grosse et me suis fait vomir au debut pour garder mon poids sauf que non ca n’a pas marché, aujourd’hui c comme une drogue je ne pense qu’a ca, pour moi aujourdhui il n’y a que 2 solutions avec la nourriture : ou ne rien manger ou manger jusqua le’eces pour me faire vomir…
    Mes parents s’en sont apercu et ont voulu maider je tente je passe des fois 1 ou 2 jours sans me faire vomir fiere de moi mais au final quand je vois cette foutu balance de pas baisser voir augmenter dun kg ou 2, les larmes sont présentes, la culpabilité, la honte et dautres idées … apparaissent!
    Heureusement j’ai un chéri depuis quelque mois et tout se passent a merveille on s’aime vrmt et tout ca maide, mais certes il n ‘est pas au courant, je pense que lui dire le dégouterai enfin je ne sais pas trop..
    Cette maladie est un cauchemard, et me fait , tout comme vous aussi, souffrir tous les jours, quand celà sarretera t il?
    En tout cas, je nous souhaite bonne chance a toute, vraiment!

  94. Will :
    29 juin 2010

    Bonjour,
    Je suis venue sur ce site pour voir et c’est dingue ça me fait peur car j’ai tout ces symptômes, lorsque je suis toute seule j’ai des crises alors qu’au tout début de mon problème il m’arrivé d’en avoir 1 fois par mois c’était déjà horrible mais maintenant il m’arrive d’en avoir 2 à 3 fois par semaine, j’ai honte car je pense à ma famille qui souffre en ne me voyant que je ne mange pas et à d’autre qui savent que je me fais vomir, j’ai honte parce que je les aimes mais je continue je n’arrive pas à trouvé ou lorsque je trouve une bonne pensée elle ne dure pas et c’est encore plus découragent parce qu’on ce dit  »c’est bien tu n »en a pas eu cette semaine c’est peut être le début d’une solution » et puis la semaine d’après tu en a de nouveau une……. désolé sincèrement bon courage à toutes les personnes qui ont ce problème mais faut pas baisser les bras des personne y arrive et trouve la solution et moi comme vous on trouvera aussi, faut y croire

  95. Delphy :
    11 juin 2010

    J’ai 35 ans et je suis boulimique depuis le début de la vingtaine. Le vomissage était surtout par période. Mais au mois de novembre dernier c’est ma santé qui en fut bouleversée. J’ai commencé à avoir des nausées, des palpitations, des bouffées de chaleur. Ensuite les brûlements d’estomac… Mais le pire c’est cette douleur à l’estomac qui commence à être constante. J’ai arrêté de me faire vomir bien sûr, mais j’ai encore des problèmes avec mes pulsions de vouloir constamment manger n’importe quoi. Je dois passer une endoscopie de l’estomac pour aller voir qu’elle est le problème au juste. Mais j’ai vraiment peur, je m’en veux tellement! S.V.P. arrêtez de vous faire vomir, ça peut être très dangereux!

  96. anonyme :
    28 mai 2010

    eh bien en gros, y a rien à faire. Si ce n’est lui montré ton amitié.

  97. AMONYME :
    27 mai 2010

    Bonjour, j’ai une amie qui vient de m’apprendre qu’elle est boulimique. J’écris ce commentaire car je voulais savoir si du statut d »AMIE » on pouvait faire quelque chose pour elle. J’ai vraiment besoin d’aide car c’est une personne adorable. Si quelqu’un avait une idée, merci …

  98. anonyme :
    22 mai 2010

    répondre comme ca n’est pas facile, mais étant concernée par les mêmes troubles, je pense qu’il y un trouble alimentaire de type boulimie, si cette situation se reproduit à plusieurs reprises. Le mieux est d en parler, il ne faut pas en avoir honte. Bon courage elodie.

  99. elodie :
    18 mai 2010

    ai ton boulimique quand on absorbe toute la nourriture quon trouve car on ai stresser et que apres on arrive pas a se faire vomir mais quon mange pas pendant des jour et des jour ?

  100. Barbara :
    27 avril 2010

    Bonjour les filles,
    J’ai 32 ans et jusqu’à 20 ans j’ai été boulimique pendant plus de 3 ans. J’engloutissais surtout après avoir commencé de manger des gâteaux, je culpabilisais d’avoir même commencé alors je me disais « foutu pour foutu », vu que j’ai craqué autant finir ce paquet pour ne plus le voir… ma mère ne m’a pas trop aidée car elle achetait tout le temps des biscuits et n’entendaient pas lorsque je lui demandait de ne pas en acheter. En fait elle ne m’entendait pas tout court. Je suis partie à la fac; je me suis retrouvée seule. Je continuais toujours le sport mais mes crises, malgré les vomissements, m’avaient fait prendre du poids. J’avais du mal à accepter mon corps qui avait été pourtant svelte jusque là. En fait, de 54 kg j’ai dû passer à 65 au plus haut entre 15 et 20 ans, avec des oscillements, baisses l’été, hausses l’hiver, etc…
    A 20 ans je suis partie très loin en Asie. Et là, la distance par rapport à la famille et à mes casseroles aux fesses m’a fait stopper complètement. Le regard et façons de penser des Asiatiques m’ont redonné confiance en moi. Ils me trouvaient jolie comme j’étais. Le regard d’un homme a ensuite contribué à m’aimer un peu plus.
    Ce qui m’a fait stopper radicalement c’est bien mon intérêt pour la santé et le respect de mon corps. Je ne voulais pas le détruire lui….

    Des années plus tard, je gère mieux mon alimentation, plus de pulsions… mais le pb s’est déplacé. J’ai tour à tour craqué en faisant du shopping, comme une frénésie de dépenses. Et plus récemment il s’agissait d’addictions aux voyants pour répondre également à des pulsions, des angoisses sur moi même, mon avenir.
    Ce que je veux vraiment vous dire c’est que le trouble premier n’est pas uniquement la nourriture, c’est un besoin d’amour inconditionnel, reprendre confiance en soi quand les parents ou un épisode de la vie vous ont marqués. Le souci avec la nourriture c’est qu’on y est confronté tous les jours et il faut arriver à se détacher d’une autre manière, agir, chanter, courir, tout ce qui fait qu’on déconnecte un certain temps.

    Je vous souhaite beaucoup de courage, ne restez surtout pas isolées. Le forum est un excellent moyen de dédramatiser. Soyez plus douces avec vous mêmes et n’hésitez pas à consulter un spécialiste pour oraliser tout ce qui peut vous passer par la tête. Réfléchissez à voix haute en associant vos idées si vous avez l’occasion.
    Je vous conseille une référence: Paul Mc Kenna, changez de vie en 7 jours (ses autres ouvrages ne sont disponibles qu’en anglais…). Les techniques contenues dans ce livre, ainsi que le CD qui l’accompagne pourront vous apporter un réel mieux être.
    Voilà, je voulais juste partager une tranche de ma vie (à défaut d’une tranche de cake! ) si cela peut vous donner à réfléchir ou à réagir je serai contente.
    Biz
    Barbara

  101. Anonyme :
    13 avril 2010

    Je vais aussi ajouter ma petite histoire qui ressemble fortement a la votre. Je susi boulimique depuis l’age de 17 ans et j’en ai 24. Cette maladie me gache la vie de jours en jours, j’ai toujours besoin d’etre avec quelqu’un pour ne pas faire mes crises mais quand je me retrouve seule je n’arrive pas a me controller. Je pense que ca s’est declenche a la suite d’un regime mais je n’arrive pas a savoir les causes car tout vas bien dans ma vie. Je suis déja parti consulter un medecin qui ma dit « c’est toi qui commande ton corps, c’est à toi de te dire d’areter ». Mais c’est plus facile a dire qu’a faire. Je n’ai aucun plaisir a manger mais je mange des quantites impressionantes pour me faire vomir c’est horible, je voudrais tellement trouver comment résoudre mon probleme. Et ca me pertube dans ma vie, je perd trop de temps a manger et a me faire vomir alors que je voudrai passer plus de temps a mes loisir mais mon loisir est devenu la nouriture et j’ai honte. Ca me fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule a etre comme ca, je ne l’ai pas demander mais c’est malheuresement tombee sur moi. Il doit y avoir une certaine part de genetique et surtout je pense que ca arrive qu’aux personne trop fragile, sensible et emotionelle. J’espere qu’il y aura plus de message récomfortant et de personne qui sont gueri et qui peuvent en temoigner.
    Courage a vous toute, je pense que l’on merite toute de s’en sortir apres tous les moments malheureux qu’on a passe toute seule a faire mal et se demander pourquoi ca nous arrive.

  102. karine :
    16 mars 2010

    Vous parlez souvent de la boulimie chez les jeunes filles. Moi la boulimie s’est déclenchée à l’age de 34 ans. Et ça fait bientot 5 ans que ça dure.

  103. Anonyme :
    3 mars 2010

    pauline

    bonjour a tous,
    j’ai 24 ans. je ne sais pas franchement si on peu caractérisait mon comportement de boulimie car je n’ai pas des troubles du comportement tous les jours. En fait cela se passe par période mais depuis très longtemps. Il m arrive de me faire vomir mais pas tout le tps. J ingurgite une grosse quantité de nourriture en très peu de tps. Il m arrive d allé en course juste pour acheter des sucreries et de commencé a les déballer dans la voiture car je ne tien plus il fau que je mange absolument. Puis j m enferme chez moi je ne répond meme pas au téléphone. J ai besoin de me retrouver seul qd c est com ca. Il y a meme des foi je fai le tour de toutes les boulangerie de ma ville le dimanche en espérant en trouvé une ouverte car j’ai un besoin incontrolable de mangé. Donc je mange jusqu à épuisement du stock de nourriture meme si je sens que je suis a bout je ne peu pas m arréter. J ai des douleur aux ventre, je me dégoute aprè tout ca. je me dit mai pourquoi tu fai ca c’est pas possible la prochaine fois tu résistera car ca fait tro de mal. et puis la foi d aprè ca recommence. Donc j ai tendance a prendre un peu de poids du fait que je ne me fasse pas vomir a chaque fois. ensuite j ai des période ou je me controle et donc je reperd le poids que j ai pu prendre. et ainsi de suite ca recommence. Je n ose pas en parler un médecin je ne sais pas vers qui me tourner!!! je suis un peu perdu et je me di que ca finira bien par passé tout ca!! Mais pour le momen ca ne cesse pas et ca dure depui des années.

  104. Joziace :
    27 février 2010

    Bonjour à tous,
    Pour 1.72 mètre je pèse 140 kilos,malgré les différents régimes mon obsession pour la nourriture augmente de jour en jour… et c’est en voyant
    mon sort s’empirer surtout physiquement,que j’ai décidée de faire connaissance et d’approcher mon mal à sa racine.Ce mal, est pour moi une faille que je désire transformer en
    atout…Et s’en plus tarder,je tiens à tirer un coup de chapeau à internet,car
    grâce à boulimie.fr; j’ai pu avoir un panel d’information sur mon mal-être,j’en déduis que je souffre d’hyperphagie. Là maintenant, je vais m’approcher de mon médecin traitant avec ces informations, en parfaite adéquation avec mon état intérieure et extérieur,pour qu’enssemble nous puissions traiter ce mal à vivre. Un bon courage aux victimes de cette pathologie. A mon humble avis, tant qu’on restera des étrangés
    pour nous même, nous risquons de ne jamais,en « GUERRIR »

    Cordialement,Joziace!

  105. Jilue :
    27 février 2010

    STOP!
    Je suis boulimique depuis 17 ans maintenant. Je ne mange PAS n’importe quoi, que ce que j’aime mais beaucoup. Je sais pourquoi je me fais vomir, c’est parce que l’on vit dans un monde où la beauté physique prédomine. EVIDEMMENT je ne m’accepte pas telle que je suis. Mais je préfère me faire plaisir en ingurgitant du sucre plutôt qu’en surveillant mon poids.
    En général c’est le manque d’amour ou la peur de l’abandon qui sont les causes de cette saloperie. Je sais que j’ai très peur d’être rejetée par les gens que j’aime, notament l’homme que j’aime. Tous dans mon entourage sont au courant de mes crises. Il parait que c’est le début du chemin (foutaises, ça fait 10 ans qu’ils le savent et rien n’a changé!).

    Quand la boulimie est déclenchée par la peur de ne pas être aimée, comment on gère? Parce que ça ne dépend pas de moi, mais justement des autres!!!
    Thérapie, thértapie, thérapie, je ne vois que ça mais je n’ai pas la force de retourner mon entourage et ma vie pour aller mieux.
    Voilà le soucis. Me soigner et finir seule ou ne pas me soigner mais être avec les gens que j’aime et ne pas leur infliger l’image réelle de moi-même!
    Aller ah, ce n’est pas grave au final, j’ai toutes les cartes en main, à moi de gérer ma vie!
    salut

  106. mésanges :
    25 février 2010

    je pense être boulimique par compensation occasionnelle à ma bipolarité mais qui s’aggrave. Je contrôle de moins en moins. Ne fais plus aucun sport et suis bien partie pour devenir obèse. cela me térrifie. Aidez-moi.

  107. personnel :
    14 février 2010

    Perso, suite à ton message c’est qqch de tres connu, le docteur perroud alain a d ailleurs fait une conférence sur ca, et ca se soigne, meme pour les sportifs de haut niveau qui , comme tu le dis sont tres exposés à cela.

  108. amelie :
    14 février 2010

    je m apele amélie je n ai que 10as et je suis boulimique sans vomisement je mange meme quand je na i pas faim je meure 1m60 alors sa cache ma boulimie je pese 49kg ma mere ne me comprend pas et personnne dans mon entourage je me referme sur moi meme et une fois que ja i mangée je suis dé gouté de moi meme je souffre des insulte ,des rejets a mon ecoole mes frere me disent qu e je suis une grosse vache depresivive qui mange beaucoup et sa me fait beaucoup de peine alors je mange je mange pour combler ma peine je me controle a l ecoole mais des que je suis chez mo je manges enfin sa depend car mes parent n a chetent pas beaucoup de bonbon ou gateau alors mon argent de poche vas dans des tabekette nde chcolat ,gateau ,bonboncomme je p

  109. Déborah :
    12 février 2010

    De mon côté, j’ai eu aussi une expérience face à ce problème mais d’un regard extérieur. Ma sœur a été atteinte d’anorexie et de boulimie mentale durant plusieurs années c’est pourquoi je comprend tout les appel au secours des personnes atteintes de ces maladies et de la souffrance qu’ils endurent ainsi que celles de leur proche. Je m’adresse à vous car cette situation est difficile à gérer et laisse énormément de traces au fond de soi. Mon conseil serai de ne pas garder tout ça au fond de soi même si cela est très dur et parfois incompris de la part de certaines personnes. Certaines personnes peuvent vous aider, même extérieur. C’est la première démarche à entreprendre afin de pouvoir vous en sortir. Un soutient permanent ne serai que positif pour vous et vous permettra de prendre un peu d’assurance et d’avoir confiance en vous. Sachez que vous n’êtes pas seul… N’ayez aucune honte, cela peut arriver à tout le monde. Courage à tous… et ne baisser pas les bras, il y a toujours des solutions même lorsque l’on n’y crois plus.

  110. PERSO :
    11 février 2010

    Bonjour’ je suis une fille bien dans sa tete cependant,je pratiques un sport ou on se doit d’etre au poids avant chaque compétition.Ma boulimie est légere mais dès que je sais que je vais en compétition et que je veux etr à un certains poids;mes repas deviennent légers mais si on me fait mangée,surtout le soir,je me sens mal et de ce fait me fait vomir.Cela est devenue une habitude .Pour m’en sortir je me dois e ne pas craquer malgrès ma trés grandes gourmandises.ON en parle pas asses ,mais beaucoup de sportifs se font vomir pour etre « au poid » le jour de la pesée

  111. giu :
    6 février 2010

    moi j avale tous les jours un paquet de barres chocolatées casiment en moins de dix minutes, je ne me fais pas vomir, et je mange très peu à côté, du coup je ne grossis pas trop. Les légumes sont absents de mon alimentation, et les fruits sont rares. Je sais que je suis dépréssive et que je fais ces crises pour obtenir quelques minutes de réconfort.

  112. Marc :
    1 février 2010

    La nécessité de prendre en charge de façon spécifique les adolescents s’est concrétisée dans les années récentes par la création de centre spécifiques pour des adolescents, l’enseignement des comportements à risque (troubles alimentaires, suicide …), le dépistage précoce des maladies mentales, les thérapies familiales…

  113. personnel :
    30 janvier 2010

    suite a un regime tres stricte, ma boulimie s’est sur developpe et je vis depuis un enfer. je suis obsédée par l idée de me remplir, puis que c’est horrible ce que je viens de faire, puis je me deteste parce que je vais reprendre du poids.voila ma vie….

  114. Caroline :
    27 janvier 2010

    J’ai été boulimique pendant près de six ans. Un enfer…épuisement, dégout de soi , peur d’en crever, agressivité , reproches , le cauchemar. La souffranceet puis un jour quand on est au fond du gouffre il faut se dire pourquoi je m’inflige ça? Il faut se le demander . Moi c’etait le manque d’amour de mes parents, un frère brillant, je ne savais pas quoi faire comme métier. Je fuis tombée si bas que je ne pouvais que remonter. Alors je me suis dit change ce qui ne va pas. J’ai repris mes études , passe le diplôme d’huissier de justice. J’ai enfin trouve ma voie. La dernière fois que j’ai vomi c’etait en 2004. Alors je pense être guérie. Mais il m’a fallu des années pour oublier partiellement la souffrance que j’ai endure. Alors courage changez ce qui ne va pas dans votre vie , apprenez a vous aimer, ne faite plus de mal a votre petit corps . Vous verrez la maladie partira aussi vite qu’elle est venue . Ce qu’il faut ce n’est pas combattre la maladie mais ses cause. Si on y arrive ? On est gueri . Le jour ou on est guéri c’est le jour ou on a compris que c’est a notre petit corps que l’on faisait du mal. Il faut s’aimer car quand on s’aime on a plus envie de se faire du mal , ni de faire du mal aux autres . Bon courage.

  115. Marie. (18ans) :
    27 janvier 2010

    C’est incroyable de voir tous ces commentaires.
    Je vais de même faire un petit témoignage: Petite prise de poids contrariante à 13 ans qui m’a fait adopter un mauvais comportement alimentaire, jusqu’aux crises de boulimies suivies par des périodes de jeune. Et enfin aujourd’hui où je suis devenue très mince avec une obsession constante de ma silhouette. Je mange énormément. Quand j’y repense hors contexte, je me trouve ridicule: Mon argent de poche passe dans des tablettes de chocolat, je dois dire à ma mère que j’ai invité des amis à manger pour expliquer pourquoi tout part si vite. Sans parler des cours après les repas que j’ai sauté pour avoir le temps de me faire vomir. Je ne comprends toujours pas comment mes parents ne peuvent pas voir tout ce qu’il se passe. J’ai l’impression d’être une toxicomane, ça me bouffe, je n’en ai jamais parlé à personne et j’ai vraiment peur quand je lis que certaines sont restées des années entières sans se soigner. Ça fait déjà plus d’un an que je suis intensément boulimique et je n’en peux plus. J’ai trouvé une solution pour me faire vomir autrement qu’avec mes doigts car mon système ne fonctionne plus.
    J’ai dit à mon médecin que je pensais avoir des troubles du comportement alimentaire et elle m’a dit qu’il fallait faire attention. Sans blague. On m’a dit qu’il y avait des médecins psychologues très bien (consultation gratuite) à la maison de Solenn. Petit conseil pour une première mise au point (pour les parisiens).
    Si vous avez d’autres conseils…
    Et pour les autres, bon courage!!!

  116. Anonyme :
    26 janvier 2010

    JE suis boulimique depuis que jai 12 ans. Mon corps me lahce peu à peu. J’ai tenté de consulter un médecin mais tous me répète le même idioties. Maintenant je n’ai plus que ma volonté à qui me fier.
    Vais-je réussir à combattre ma maladie ?

  117. sandra :
    26 janvier 2010

    moi je pence que sa ne doit pas être bien pour eux, car avec leur vomicement les pauvre

  118. meg :
    23 janvier 2010

    salut à toutes et tous,
    moi mon histoire avec la boulimie a commencer vers l’âge de 14 ans et maintenant je suis âgée de 25 ans cet enfer dur depuis déjà 11 ans.Ma grand mère est boulimique par laxatif et ma mère a connu l’anorexie mais pendant une courte duré.Ma grand mère a se problème depuis au moins 40 ans et plus et en la voyant j’ai décider de ne pas me rendre 40 ans plus tard aussi malheureuse,me détruire et toujours obsséder et encore de plus belle par cette maladie.J’ai suivie une thérapie pendant 1 ans et pendant cette année la boulimie était au ralentie et puis les rechutes ont commencer a revenir et être de plus en plus nombreuse…J’aimerais prendre un remède pour qu’elle sorte de ma tête a jamais!!!Mais c vraiment comme un cancer psycologique. Elle ne me controlera plus et je vais aller dans un centre intern pour me soignée car ce n’est pas une vie.Ne lâcher pas car je comprend ce que vous vivez bisousxx

  119. Anonyme :
    16 janvier 2010

    Je suis boulimique depuis mon entrée au lycée mais je n’en suis vraiment consciente que depuis un an (date à laquelle ont commencés les vomissements). J’ai essayé d’en parler à mon entourage mais beaucoup ne comprennent pas: ils pensent que les boulimiques sont, je cite « des grosses vaches dépressives sans volonté ». Alors j’avoue que quand on entend ça, on a tendance à répondre oui tu as raison plutôt que dire la vérité… Mais c’est très dure de traverser ça toute seule c’est un cercle vicieux: manger-vomir-triste-manger-…
    Bon courage à tous et à toutes, ne perdez pas espoir, c’est peut-être une des seules choses qu’il nous reste…

  120. brice :
    7 janvier 2010

    j’ai un exposé en s.v.t portant sur la suralimentation et ses conséquences dans 2 heures à partir de maintenant

  121. Anne :
    29 décembre 2009

    Je pense qu’en 1990, il y avait peu de boulimiques…car la maladie n’était pas connue et encore moins avouable. Internet est un réel progrès car il permet de se renseigner en toute discretion. J’ai moi-même souffert de boulimie de 1983 à 1994. Grave boulimie avec tous les symptomes caractéristiques. Il faut se faire soigner et ne pas avoir honte. C’est comme un cancer psychologique !

    Courage à vous

  122. Anonyme :
    23 décembre 2009

    bonjour a toutes et a tous .cela fait des annee que je souffre de la boulimie je ne sais plus comment m en sortir et le sentiment de culpabilite ne cesse d augmenter je suis devenue enorme mais je n ai pas le courage ni la volonte d arreter .a dire vrai la guerrison de la boulimie ne depond que de la volonte de le personne pour changer de mode de vie et de regime alimentaire mais pour qu elle y arrive il faut qu elle ai un petit coup de pouce de son entourage.

  123. sousou -93 :
    8 décembre 2009

    bonjour a tte et a tous <<tout vos temoignage me touche enormement!! je suis boulimique depuis 2 ans maintenant apres etre pratiquement tombé dns l'anorexxie suite a un regime dracognin!! je suis autant epuisée phisiquement que moralement!! mon visage gonfle sans cesse !! je vais un peu mieux maintenant << je tenais juste a vous dire que tout est dans la tete!! c'est comme un regime! le debut est difficile et ensuite ca ira mieux! n 'ayer pas peur de franchir le pas << car comme dans tte chose rien n'est aqui sans effort !! on ne devient pas avocat sans avoir fait d'etude ni medcin sans doctorat!! chercher la force qui est en vous pour se lever le matin et se dire c FINI!!! Courage !! se dire qu'il ya des personne qui ont vaincu des cancer mortel !! pourquoi pas nous !!

  124. dodo :
    5 décembre 2009

    bonsoir, j’ai 23 ans et ça fait deux ans que je suis boulimique. je suis étudiante alors je me contrôle a peut près devant les autres la journée… mes crises me rattrapent le soir et ce week end, je vis l’enfer… trois fois depuis ce matin… je suis épuisée….
    je lis beaucoup de chose et j’ai déja essayé de m’en sortir avec une psy…sans succès
    mais ce soir, j’ai mal aux machoirs et au ventre et je crois que beaucoup vous ètes comme moi…
    il faut qu’on agisse, qu’on reprenne en mains nos vies… par pitié, pourvu qu’un jour, on puisse vivre normalement et rire vraiment sans penser que quand on poussera la porte de l’appart, l’enfer recommencera…
    Bon courage à tout(e)s

  125. lilou :
    29 novembre 2009

    Bonjour à vous toutes.
    C’est à la fois rassurant et à la fois désolant de voir vos témoignages.On se sent moins isolée mais je comprend le calvaire que vous vivez, ce que je ne souhaites à personne…
    J’ai commencé mes crises de boulimie à l’age de 18ans, je vais maintenant en avoir 21.Elles se sont déclenchées à la suite d’un régime draconien, afin de ne pas reprendre de poids lors des craquages face à la nourriture.
    Ma mère est venue m’en parler qu’une seule fois en me demandant d’arrêter et ne m’en a plus jamais reparler car je me cachais beaucoup plus pour ne plus que mes parents entendent mes vomissements.
    Maintenant j’ai due partir à l’étranger pour mes études, achetter de le nourriture me reviens à très cher, je suis obligée de travailler pour éviter d’être trop à découvert tout ça à cause de cette maladie…
    Je suis complètement perdue, je me sens très seule, totalement incomprise car avant de partir j’ai téléphoné à un hopital pour leur demander de l’aide en leur disant que j’étais boulimique que j’avais besoin de leur aide.Ils m’ont demandé mon poids et ma taille et et m’ont répondu que comme je n’était ni anorexique ni obèse ils ne feraient rien pour moi.
    J’ai peur également d’en parler à ma famille, je ne comprend même pas comment ils peuvent ne pas s’en apperçevoir.
    J’ai besoin d’aide mais personne vers qui me tourner, je ne me vois pas du tout en parler à mon copain de peur qu’il ne m’aime plus.
    La seule personne qui est au courant est ma meilleure amie qui est partie en erasmus en amérique.
    J’ai très peur pour mon avenir et ne sais plus quoi faire…
    Bon courage à toutes j’espère que nous trouverons toutes la solution un jour.

  126. KIKI :
    28 novembre 2009

    Je fais des crises de boulimie depuis 5ans avec vomissements. Je n’ai jamais eu de problème de poids. Après une séparation je me suis sentie très seule donc les soirs pour soulager cette souffrance j’ingurgitais des litres de lait avec des tonnes de gateaux au chocolat. Association à l’enfance avec la maman et le biberon du soir m’a dit un psy. En effet ça me reconforte d’autant plus que ma maman n’est plus là. Alors aujourd’hui dès que je suis triste, seule, énervée je me refugis chez moi pour effectuer ce rituel. Se qui me fait peur c’est que je perds le contrôle et si je n’ai plus rien a manger je pars avec ma voiture à la recherche d »une épicerie encore ouverte. Le matin je me lève fatiguée et coupable. J’ai 35ans ça me gache la vie. Pourtant j’en ai parlé à mon medecin mais puisque qu’il ne s’agit pas d’un réel problème de poid on ne me prend pas serieux je ne sais plus quoi faire et je suis triste d’être comme cela. Bon courage a vous tous.

  127. mathieu :
    25 novembre 2009

    quand vient le moment de se coucher,c’est l’heure!! pour ma part,c’est le sucre et cette sensation de vouloir engranger….

  128. judith , belgique :
    25 novembre 2009

    je viens de voir le message de sabrina , je suis très affectuée par sa phrase . il faudrait qu’ elle voit un médecin pour se faire aider et aussi en parler sa famille ou faire une thérapie . j ‘aurais au moins essayer de lui donner des conseeils . j ‘espère qu’elle prendra courage à vaincre sa maladie . à bientot

  129. judith , belgique :
    25 novembre 2009

    je suis très contente qu’on est mis ce site pour sensibiliser les gens .

  130. sabrina :
    14 novembre 2009

    je suis boulimique depuis toujours est je suis tres malheure use

  131. matthieu :
    8 novembre 2009

    Bonjour a tous j’ai bien lu attentivement l’histoire de chaqu’ un et je constate que cette maladie est bien liée de diverses raisons . Je suis également dans le cas de certaines personnes . Le sur poids chez moi a toujours été très difficile depuis mon plus jeune âge. Suite au divorce de mes parent la nourriture a été une sorte de refuge et d’apaisement pour oublier un certain mal être. L’adolescence est très difficile pour une personne en sur poids car l’on change puis l’on découvre la sexualité. Difficile de plaire a cette âge la quand le physique est la première critère de séduction. Suite a un régime intense j’ai perdu 30 kilos en 4 moi je fais 1m85 pour 90kg. Je n’ai pas repris de poid mais les vomissement on pris place dans ma vie. Cela fais trois ans. Je me sens beaucoup plus faible que avant et mes dents on jaunis. Depuis quelque moi je fais du sport et c’est devenu un équilibre vitale pour mois. Je ne culpabilise plus car je brûle mes calories je suis plus tonique . Sa n’efface bien entendu pas certains traumatismes ou complexes que l’on a pu avoir mais je pense que le corps humain fonctionne pareil pour tous . Être bien dans sa tête rire, manger sainement, faire du sport,l’amour, boire de l’eau sont la clef pour une vie seine. Bon courage a tous

  132. kathryne :
    3 novembre 2009

    je suis desoler mais vous ne donner pas asser d’information moi je regarde ceci acause d’un devoir en francais et je n’est pas asser d’information pour en faire un texte sa n’est pas drole

    kathryne 12 ans

  133. AM :
    23 octobre 2009

    J’ai 15 ans et depuis mes 14 j’ai la boulimie, jai maigri 10kg dans un mois! j’essaye de ne pas le faire, mais c’est toujours plus fort que moi!
    Pendant les pauses de midi a l’ecole je ne mange rien, mais quand je rentre a la maison je mange n’importe quoi et beaucoup! apres avoir mangé je me met sur une balance et je vois les kilos qui ont augmentés!
    Ca me panique tellement que a chaque fois je me fais vomir. Apres je me sens mieu avec le resultat des kilos que je perds, mais de l’autre coté je me sens mal et j’ai honte! J’ai beaucoup de stress et de problemes je ne sais pas si ça peu venir de ça! je ne sais plus quoi faire! J’essaye de chercher de l’aide mais les personnes ne me comprennent pas. Ils pensent a chaque fois que c’est facile d’arreter!

  134. Dany 31 ans :
    21 octobre 2009

    Cel fait quatre bonnes années que j’ai des comportements boulimiques à se faire vomir quotidiennement,près bien évidement un régime et une très grande période d’activité physique; je continue tjs le sport à moins forte dose, j’ai essayé plusieurs thérapies certaines ont fonctionnées plus ou moins sur des courtes périodes mais ce vice revient à chaque fois , je pense qu’il faut se trouver en tant qu’être savoir pourquoi nous sommes sur terre et surtt se trouver des activités qui nous permettent de ns évader et de ne plus penser à cette addiction qui en fait n’est qu’une habitude comme tant d’autres dans nos vies respectives.
    Cette année je vais essayer de me trouver d’autres alternatives tels que la sophrologie ou le yoga qui est la recherche d’un bien être corporel et l’écoute de son corps ; qui sait peut être que cela marchera mieux que tt ce que j’ai entrepris auparavent.

  135. Abattue :
    13 octobre 2009

    Fatiguée , épuisée d’être boulimique! Les médecins et l’entourage ne nous comprennent pas!!!!!!

  136. Gael :
    8 août 2009

    On peut s’en sortir, il faut en parler et se motiver pour changer !

  137. alexandra :
    8 août 2009

    Bonsoir,
    pour ma part sa vat faire 5 ans que je suis boulimique, j’ai perdut plus de 25 kg, actuellement je pèse 41kg pour 1m63, dans mes proches personnes ne s’en doute, je leur dit que le stresse de mon travail me fait maigrir, je ne m’aime pas, je n’en peux plus,je souffre bocoup mais me faire vomir est devenut automatique, j’ai essayé d’arreter mais je pense etre condamnée.

  138. Anissa,16ans :
    6 août 2009

    Il m’arrive de faire des crises de Boulimie les stoper me sont impossible pourtant j’éssaye de réduire mon alimentation mais je n’y arrive pas c’est plus fort que moi!! J’attend de me retrouver toute seule a la maison pour me gavé! je mange plus de sucre lent et moin de sucre rapide, car je sais qu’au moment ou je passerait au toilette les aliments qui me serons réster seront les sucre lent. je ne souhaite a personne de tomber dans cette engrenage,je me suis tellement fait vomire que je suis arriver a un stade ou sa ne veux plus sortire.je reste bloquer donc je me force a vomire et j’y vais jusqu’au saignement pour m’éceurer du gout!!sa fait énormément mal, aujourd’hui je commence plus a tomber dans l’anoréxie, je me rend compte que de manger de trop ne sert a rien si c’est pour se faire vomire juste après!

  139. Gael :
    4 août 2009

    Je vous invite à en parler avec votre médecin ou une association local près de chez vous.
    Le mieux c’est d’en parler pour changer !

  140. Mélodie :
    4 août 2009

    Depuis quelques jours je me fais vomir après chaque repas. Je me trouve grosse et quand je vois des filles super minces et supers belles, je me dis que je peux être comme eux moi aussi. Les régimes ne marchent pas donc je mange ce qui me tente et je me fais vomir après.

  141. ml :
    24 juin 2009

    Je suis boulimique depuis plus de 25 ans ,je vais mieux aujourd’hui.J’ai suivi pendant longtemps des thérapies centrées sur la boulimie.Il faut se faire aider.Il y a des thérapeutes très compétents.Il faut pas hésiter à demander aux thérapeutes de vous faire un prix quand leur honoraire est trop élevé pour vous.Les bons vous feront une réduction pour vous soigner.Il y a aussi la sophrologie qui m’a beaucoup aidé ,car je suis une personne très stréssée et cela rejailli sur mon comportement alimentaire.
    Etre boulimique n’implique pas automatiquement le vomissement!Pour moi c’est avoir une relation anormale avec la nourriture:c’est dés que ça ne va pas je mange.
    Faites vous aider,on n’y arrive pas seule!!!!Bon courage les filles!!!

  142. virginie :
    8 juin 2009

    je m’appelle virginie et je voudrais savoir si mon poids est normal je fais 1m60 pour 47kg et j ‘ai 35ans .dés que je me regarde dans le miroir je me vois grosse et depuis l’ age de 16ans c’est comme ça et à16j ai à par un régime et calculer mes calories je diminuais et jetais mes aliments car je voulais etre maigre je me sentait bien mais mes parents se sont aperçu que j’avais beaucoup maigri je pesait 29kg je me disais que j’avais reussi a maigrir mes parents mon hospitalisé qui n a rien servi car je rechuté et je me faisait vomir .ma mére regrette de ne pas avoir mis dans un centre pour anorexique car méme si j’ ai repris du poids je fais attention et je mange toujours la méme chose c’est devenue un rituel des que je vais manger une part de gateau je me sale et j ‘y pense toute la journée je mange le matin et le soir et depuis 2 ANS JE NE MANGE PLUS LE MIDI ça me fait trés peur de remanger peur de grossir voila tout ça me gache la vie malgres l ‘aide de mon mari et je fais des thérapies 1par semaine
    mais voila je n ‘arrive pas à vivre normalement j ‘ai besoin aide et des réponse aidez-moi merci

  143. Emmanuelle :
    6 juin 2009

    bonjour,sa fait au moins 5 moins que je mange au moins 5 fois par jour;je ne vomie pas,mais si je mange pas,je me sens pas bien!!! esce que c’est de la boulimie?

  144. imane :
    22 mai 2009

    salut je suis boulimique non vomitive je me faisait vomir cela fait un bout e temps par ce que je vivais seule maintenant je vis avec mes parents et je ne peux plus le faire mais mon obsession ne fait que grandir le malheur c’est que je vis au maroc et la la boulimie n’est pas trop connu je ne sais plus à qui m’adresser j’ai tenter de suivre une thérapie mais c’était un peu tro cher et donc j’ai arrété je ne sais plus quoi faire je veux juste etre une fille normale manger normalement mais c’est plus fort!!

  145. CX :
    19 mai 2009

    J’ai bien cet article qui démontre aux gens une réalité complexe, mais exprimé d’une manière à ce que l’on puisse comprendre. C’est une trouble très complexe et qui cache bien plus qu’un mauvais rapport avec la nourriture. Merci pour ceux et celles qui partagent leurs témoignages, chapeau pour ce premier pas qu’est d’en parler. Bien sur, la société nous pousse à être plus mince et tout, la beauté n’est pas dans la minceur, croyez moi. Vous êtes tous beaux et belles, tous autant que vous êtes. Je vous souhaite à tous une belle guérison et je vous encourage à ne pas lâcher. (En passant, je ne veux pas insulter Yolande, mais je crois que le signe astrologique n’a rien à voir avec la boulimie.)

  146. karine :
    29 avril 2009

    Après 2 ans d’ une hygiene de vie alimentaire très saine contrôlée par un nutritioniste pour perdre du poids après un sevrage tabagique, me voici depuis 6 mois boulimique (sans vomissements) je contrôle mes pulsions au travail, et dès que je rentre chez moi, je me jette sur la nourriture. Je suis capable d’ingurgiter des quantités impressionnantes de gâteaux, sucreries et autres aliments très caloriques sans aucune sensation de satiété.Après ces crises,une grande tristesse m’envahie ainsi qu’ un profond dégoût de moi même… Je me dis à chaque fois que je ne recommencerai pas le lendemain et puis… je recommence encore et toujours. J’ai 36 ans et les troubles alimentaires ne sont pas que des pathologies d’ adolescents… Je suis fatiguée…….

  147. celine :
    16 avril 2009

    la boulimie est une sorte de porte de secour quand nous n avons plus le courage de continuer un regime.pour ma part ca a vraiment declencher une grosse boulimie lorsque ma ma belle mere m as dit que l ex femme de mon compagnon etait beaucoup mieu que moi et que j etait zero a coter. il m est arriver dans le passer d avoir recour a se genre de pratique mais tres peu souvent. mais depuis cette histoire je me sent detruite

  148. yolande :
    2 avril 2009

    J’ai été boulimique suite à un régime alimentaire mais difficile de garder ce poids idéal.Ensuite si l’entourage fait des remarques lors de la reprise de poids , cela pousse l’être à devenir boulimique vomisseur.
    Après le recul de plusieurs années , je pense que cela est du à un problème de personnalisation et de sensibilité, manque de confiance en soi .
    Pour en sortir, il est important de se poser les questions suivantes:
    Qui suis-je? quel est mon lien avec ma famille? pourquoi m’ont-il donné ce prénom?
    Quels sont les non -dis de la famille?
    De quel signe astrologique suis-je?
    puis-je accepter d’être imparfaite?
    puis-je me regarder dans la glace sans détourner le regard?
    en résumé, il est important de s’arreter et d’apprendre à se connaitre
    je vous souhaite un long et beau chemin

  149. Anonyme :
    15 mars 2009

    souvent la boulimie débute a la suite d’un régime l’orsqu’on a bien maigrie et qu’on a obtenu le poid idéal nous sommes obsédés par les kilos nous apréhendons l’idée de reprendre du poid et a force de restriction la moindre contrariété fait que nous craquons et nous voulons punir notre corps de nous avoir privé de petit plaisir en mangeons tout et n’importe quoi surtout des aliments sucrés et en grande quantité puis ensuite nous culpabilisons de notre exsé de nouriture soit en se faisant vomir soit en ne mangeant plus rien la journée suivante en résumé par expérience je reste convaincu que cette maladie est liée par le poid et le mal ètre de la personne

Si vous avez une remarque, vous êtes libre de laisser votre avis.
 

Articles relatifs

  • Il n'existe pas d'articles relatifs pour le moment.

Article : Le trouble psychique de la boulimie et ses causes
Mise en ligne sur Danger Santé.
Nombre d'avis : 150
Mois de publication : février
Année de publication : 2008
Retour à la catégorie : Boulimie.
Retour à la page d'accueil : Danger Santé.
Vous pouvez suivre l'actualité du site avec notre flux RSS et sur notre compte twitter.