Gaz lacrymogène

Les risques, les effets, les dangers du gaz lacrymogène pour la santé, les yeux, la respiration. Ce composé chimique est souvent utilisé par les CRS ou la police lors de manifestations dans de nombreux pays. Que faut-il faire après avoir reçu du gaz lacrymogène dans les yeux ou au niveau des muqueuses (exemple : bouche) ? Nous vous mettons en garde contre ce gaz.


 
Pour gagner du temps, faites une recherche :
 

  • Gaz lacrymogène, les effets, les dangers de ce composé chimique utilisé dans les manifs

    Le gaz lacrymogène est un composé chimique qui provoque une irritation ou un écoulement des yeux avec des larmes.
    N’importe quelle substance ayant cet effet peut être appelée lacrymogène. Cependant un gaz lacrymogène est une substance chimique choisie pour sa faible toxicité et qui est considérée comme non létale.

    Gaz lacrymogène est un terme générique pour l’ensemble des composés causant une incapacité temporaire par irritation des yeux et/ou du système respiratoire.

    Le gaz est utilisé soit en aérosol (un spray) pour l’auto-défense, soit en grenades. Il est communément utilisé par les policierset les C.R.S lors d’émeutes et de manifestations.

    Ces composés sont souvent utilisés pour disperser les émeutiers. En effet, ils produisent rapidement une irritation ou une gêne physique incapacitante qui disparaît après la fin de l’exposition.

    Les effets du gaz lacrymogène à court terme sur la santé :

    Des problèmes respiratoires, une irritation des voies respiratoires.
    Des nausées, voir des vomissements.
    Une irritation des voies lacrymales et des yeux
    Des spasmes
    Des douleurs thoraciques
    Des dermatites et des allergies
    Il faut savoir que les effets sont accentués par temps chaud et humide.

    Les dangers des gaz lacrymogènes à long terme pour votre santé :

    Une nécrose des tissus dans les voies respiratoires
    Une nécrose des tissus dans l’appareil digestif
    Des œdèmes pulmonaires (trou ou bulle d’air dans le ou les poumons)
    Des hémorragies internes (hémorragies des glandes surrénales)