L’interdiction de l’amiante et ses conséquences

L’amiante est un terme industriel désignant des minéraux à texture fibreuse utilisés dans l’industrie. Ce sont des silicates magnésiens ou calciques ayant des propriétés réfractaires.

 

On distingue deux types de fibres d’amiante :
Le chrysotile : c’est la moins dangereuse et la seule autorisée actuellement de manière très réglementée
L’actinolite, l’amosite, l’anthophyllite, la crocidolite (ou amiante bleue) et la trémolite, qui sont totalement interdites

L’amiante peut provoquer des maladies très graves alors que l’exposition n’a été que relativement ponctuelle ou peu intense.
Il suffit donc d’avoir été exposé à l’amiante ponctuellement mais relativement intensivement, ou de manière continue dans l’atmosphère, pour encourir un risque pour la santé.

Un article de presse rappelait, il y a peu, les conclusions d’une réunion d’experts tenue au ministère du Travail, qui précisait : «Etant donné l’accroissement exponentiel de la production d’amiante pendant les trente à quarante dernières années, qui est passé de 500.000 tonnes à 5 millions de tonnes, on peut prévoir, pour les années à venir, une augmentation progressive des cancers liés à l’amiante, notamment le mésothéliome ». Cette déclaration date de 1976…

amiante

L’amiante peut entrainer des pathologies graves : abestose (cancer du poumon après 10 à 15 ans), fibrose et plaque pleurale, cancer broncho-pulmonaire ( après 15 à 25 ans) et mésothéliome (cancer de la plèvre après 30 à 50 ans). (Extrait d’un communiqué de Sos-net.eu.org)

Les produits avec de l’amiante :

Il existe neuf rubriques caractéristiques de types de produits ou matériaux, leurs noms commerciaux classés par famille d’utilisation. Dans certains cas, il nous a été possible d’indiquer la date approximative jusqu’à laquelle le produit a été fabriqué avec de l’amiante, lorsqu’aucune indication de date n’est mentionnée, il y a lieu de considérer que le produit ait pu en contenir jusqu’à la fin de l’année 1996.
Beaucoup d’équipements industriels (fours, étuves, sécheurs, canalisations, coffrets électriques, etc…), domestiques (cuisinières, fers à repasser, sèche-cheveux, radiateurs et appareils de chauffage, cheminées industrialisées, etc…), des véhicules (joints de moteurs, freins, embrayages, batteries d’accumulateur, etc…) et de composants de la construction (portes coupe-feu, cloisons industrialisées, etc…) peuvent comporter l’un ou plusieurs de ces produits ou matériaux, mais nous ne disposons pas d’éléments suffisants pour en dresser une liste plus détaillée.
Les 9 rubriques de classification de l’amiante :

I Amiante brut en vrac : Bourre, Flocages, Isolant, Protection thermique et acoustique
II Amiante dans des poudres, des produits minéraux (sauf amiante-ciment) : Enduits, Enduits de façade, Enduits-plâtre de protection incendie, Mortiers colles, Mortiers de protection incendie, Mortiers réfractaires, Poudre à mouler
III Amiante dans des liquides ou des pâtes : Colles, Enduits, Mastics, Mousses, Pâte à joint, Peintures
IV Amiante en feuilles ou en plaques : Cartons, Cloisons, Coquilles, Faux-plafonds, Feuilles, Feutres, Filtres, Panneaux, Papier, Plaques
V Amiante tissé ou tressé : Bandes, Bourrelets, Cordons, Couvertures, Matelas, Presse-étoupe, Rideaux, Rubans, Tissus, Tresses, Vêtements
VI Amiante dans une résine ou une matière plastique : Embrayage, Freins, Isolateurs électriques, Joints, Matériaux composites, Matière plastique, Mousses, Nez de marches, Revêtements muraux, Revêtements de sols en dalles ou en rouleaux
VII Amiante-ciment : Bacs, Bardage, Canalisations, Cloison, Eléments de toiture, Gaine, Plaque, Plaques de toiture, Tablettes, Tuyaux, Vêtures
VIII Amiante dans des produits noirs : Bardeaux bitumeux, Bitumes, Colles bitumineuses, Enduit de protection anticorrosion (voitures, wagons), Enduit de protection d’étanchéité (écluses, bassins, canaux…), Etanchéité de toiture, Mastics, Revêtements routiers
IX Amiante dans des matériels et équipements : Chaudières, Clapets coupe-feu, Etuves, Fours, Portes, Portes d’ascenseur, Radiateurs

Pour voir cette liste c’est ici : http://andeva.fr/?-Liste-de-produits-contenant-de-l-

Extrait des métiers, des fonctions à risques :

– fabrication d’article contenant de l’amiante

– isolation avant 1996

– raffinerie, pétrochimie avant 1996

– construction navale avant 1980

– réparation navale (jusqu’à actuellement)

– réparation automobile avant 1996

– centrales thermiques (hors centrales nucléaires) (jusqu’à actuellement)

– chantiers du bâtiment (jusqu’à actuellement)

– sidérurgie : haut-fourneaux- cokeries- aciéries

– élaboration des métaux non ferreux (méthode thermique)

– industrie verrière (Extrait du rapport du groupe d’experts mis en place par la Direction des Relations du Travail – novembre 1999

Les maladies de l’amiante :

L’amiante peut provoquer plusieurs types de maladies :
– des fibroses (plaques, épaississements pleuraux, asbestose)
– des cancers (mésothéliome, cancer broncho-pulmonaire)
– des pleurésies asbestosiques

Elles peuvent être reconnues en maladie professionnelle dans le régime général de sécurité sociale ou – avec des conditions particulières – dans les régimes spéciaux (fonctionnaires, marins, militaires, etc.). Le régime de base des artisans ne reconnaît aucune maladie professionnelle.

Pour plus d’informations : http://andeva.fr/
Pour les procédures, le dossier technique vis à vis de l’amiante : http://sos-net.eu.org/medical/amiante.htm

Partager cette page ! On compte sur vous :

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez..
Vous pouvez faire une recherche :  
 
Navigation
Danger Santé > Amiante > L’interdiction de l’amiante et ses conséquences
 
Pour citer l'article sur votre site, votre blog ou sur un forum
Vous pouvez copier/coller le code suivant :



27 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre :

  1. Yves :
    4 février 2015

    @ Mickael (9.12.2008) Non, mon vieux, tu rêves. D’entrée. L’État, lui-même, refuse toujours de faire l’inventaire des établissements scolaires amiantés (alors que les enfants sont
    10 fois plus sensibles au mésothéliome que les adultes). Ton optimisme serait-il de commande ?
    @ Yann (19.8.2010) a entièrement raison, les finasseries prétendant qu’il y a des amiantes plus dangereux que d’autres ont retardé le peu de réglementation française de 20 ans au profit de nos maîtres, les empoisonneurs.
    @ Sophie (27.6.2009) Demandez leur enlèvement par une entreprise spécialisée allemande (les françaises, travaillant encore comme des sagouins, exemptes de contrôles sanitaires, en ficheraient partout : elles ne sont même pas obligée de faire chiffrer l’exposition avant et après leur travail de désamiantage, pardon Yann, 19.8. 2010, deuxième intervention, mais ta santé compte aussi, ami). Sinon, prenez les devants et fichez le camp une semaine.
    @ à tous, savez-vous que les inspecteurs du travail n’ont jamais fait, depuis leur fondation, il y a plus d’un siècle, un seul procès-verbal d’exposition à l’amiante ? Cela donne la mesure du sérieux de la réglementation (absconse), que l’État fait semblant d’imposer (en se fichant éperdument de son inefficacité. L’essentiel est d’y faire croire).
    Les personnes exposées encore en bonne enté, ne vous laissez pas endormir, documentez au max votre exposition en prévision d’un emmerdement (ce qu’à Dieu ne plaise). Certains ont déjà bien commencé. Continuez à creuser vigoureusement. Les malades les plus combatifs, peuvent, avec l’assistance d’un pneumologue courageux (ils sont rares) se battre à coups de lavages broncho-alvéolaires. Je dis que ces médecins sont rares car, il y a 20 ans, le pneumologue-phare de Marseille (avec tous ses chantiers) m’avait avoué que, dans ses autopsies de mésothéliomes, il trouvait des fibrilles de moins de 5 µm (celles exclues comme par hasard réglementairement des comptages) mais il n’accepta jamais de me le confirmer par écrit (brave mais pas téméraire). En revanche j’ai un camarade atteint d’un mésothéliome à qui un pneumologue d’hôpital avait dit : « Ce n’est pas le tabac qui vous a donné cela » (évidemment car le mésothéliome est un cancer spécifique de l’amiante (il ne peut être donné que par lui). Retenez bien que les simples généralistes sont 3 fois plus courageux que les médecins du travail (ils déclarent 3 fois plus de maladies professionnelles qu’eux alors qu’ils n’ont pas le nez, eux, sur les expositions).

  2. paul :
    21 juin 2012

    J’ ai fais de la demolition de faux plafonds stirodur les jours derniers. Qui cachaient 30 ans de poussiere de fibro… un nuage de poussiere toute la journée, sans savoir qu’ il y avait une quantité importante d’ amiante, jusqu’ a ce qu’ un expert vienne et scelle le batiment. Quels sont les risques, et vers qui nous retourner dans une vingtaine d’ années? Et est- ce. Qu’ on risque vraiment sur un si court terme, 1/2 apres midi? Merci pour vos reponses. Et courage à vous tous.

  3. michel 54 :
    16 avril 2012

    Les plaisirs de l’amiante !
    Pour mon cas et peu après la retraite …:
    Adénocarcinome pulmonaire sup.droit : exérèse d’un nodule + lobectomie
    Plaques pleurales
    Epaississements pleuraux
    Emphysème et dyspnée
    Nodules basaux droit et gauche en surveillance rapprochée
    Broncho-pneumopathies à répétition
    Des problèmes gastro-intestinaux ( polypes à répétition ) probablement dus à l’ingestion d’amiante et/ou dus au transfert d’amiante dans le corps – transport par les macrophages,migration des macrophages, voie sanguine – .
    Au moins, mes ayant-droits n’auront pas de soucis à se faire sur les causes de ma mort qui interviendra au plus tard d’ici deux à trois ans et encore heureux qu’un concours de circonstances – accident de la vie ( grave fracture haute d’un fémur ) a aidé et fait mettre en évidence ces  » quelques problèmes « , sinon …

  4. Colette :
    23 février 2012

    C’est trés interressant de connaitre la vérité,surtout quand on est atteind de plaques pleurales.

  5. Anne-Laure :
    31 janvier 2012

    Bonjour, je suis correspondante Sécurité dans une entreprise qui est spécialisée dans la maintenance industrielle dans le secteur du nucléiare. Nous avons reçu la nouvelle réglementation concernant l’amiante, mais après des recherches approndies je ne sais pas si dans le décret 2011-629 et dans l’article R4412-139 (sous-section 4) les joints suceptibles de contenir de l’amiante sont concernés par la formation ?
    Merci d’avance.
    Cordialement.

  6. Jean-Louis :
    23 janvier 2012

    En réponse à Josée
    On est en plein délire!!
    Bien sur que votre voisin n’avait pas le droit de concasser 6 tonnes d’amiante ciment sous vos fenêtres.
    Bien sur que les gendarmes aurait du verbaliser.
    La campagne de mesure META qui est sortie fin 2010 révèle des taux d’empoussièrement énormes sur de la casse de matériaux non friable.
    Je vous conseille de porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui et d’alerter les services de la DDASS et si votre voisin est entrepreneur ou s’il a fait appel à une entreprise, contactez l’inspection du travail.

  7. Jean-Louis :
    22 janvier 2012

    Non seulement 35.000 personnes sont mortes, en France, d’une maladie de l’amiante, entre 1965 et 1995, mais entre 50.000 et 100.000 décès sont encore attendus d’ici 2025. Selon l’Organisation internationale du travail, 100.000 personnes meurent chaque année, dans le monde, du fait de l’amiante.

    L’amiante : entre 50.000 et 100.000 morts au cours des vingt prochaines années
    Au cours de son audition, le docteur Ellen Imbernon a estimé qu’au regard du nombre de malades qui allaient apparaître au cours des années à venir, le terme « épidémie » pouvait être employé.
    Le professeur Marcel Goldberg a dressé les perspectives accablantes de l’évolution du nombre de décès liés à l’amiante : « Deux études ont été réalisées à ce sujet. Leurs conclusions convergent sur les mêmes analyses. Nous attendons entre 50.000 et 100.000 décès par cancer en France durant les vingt prochaines années, dont les deux tiers seront causés par un cancer du poumon et le troisième tiers par les mésothéliomes pleuraux. Ces prévisions sont malheureusement inéluctables, à moins que survienne, entre temps, un progrès thérapeutique. Quoi qu’il en soit, le nombre de cas de cancers survenant jusqu’en 2025-2030 est fixé ».

    Source : http://www.senat.fr/rap/r05-037-1/r05-037-19.html

    Les donneurs d’ordres sont tenus à des obligations.

    1. « Dans une perspective de travaux, le code du travail actuel exige que soient faits préalablement à la charge du donneur d’ordre des repérages exhaustifs adaptés à la nature et au périmètre des travaux envisagés et assortis de sondages destructifs selon la norme NF X46-020. »

    Source : Direction Générale du Travail, « Amiante: Actualité et perspectives réglementaires de septembre 2010 ».
    Pour les grosses réhabilitations en milieu occupé, le maître d’œuvre, le maître de l’ouvrage et le coordinateur SPS, présentent un dossier qui est en général bien fait et qui ne sert à rien concernant les sols, puisqu’en milieu occupé, on ne retire pas les sols, on les recouvre.

    2. Lorsque les opérations consistent à remettre en état des logements pour la relocation, les obligations du donneur d’ordre sont définies dans le décret 2011-629 du 03 juin 2011, protection de la population contre les risques d’amiante.
    « Extrait :
    CHAPITRE II
    Dispositions transitoires et finales
    Art. 4. − I. – …..
    II. – Les matériaux de la liste B n’ayant pas fait l’objet d’un repérage préalablement à la date d’entrée en vigueur du présent décret font l’objet d’un repérage complémentaire effectué :
    1o…
    2o …
    3o Dans les autres cas, avant tous travaux réalisés à titre gratuit ou onéreux, ayant pour conséquence une sollicitation de matériaux ou produits de la liste B, et au plus tard dans les neuf ans à compter de l’entrée en vigueur du présent décret. »

    Ne pas confonde DTA qui est le dossier technique amiante que vous devez tenir à jour et le repérage amiante. Ce dernier est défini dans la norme NF X 46-020 et regroupe cinq repérages :
    1. Le repérage pour le DTA
    2. Le repérage avant vente
    3. Le repérage des matériaux friables
    4. Le repérage avant démolition
    5. Le repérage avant travaux
    Ces deux derniers étant destructifs et exhaustifs. et le cinquième n’est pas appelé par la réglementation.

    Le code du travail défini 2 sous-sections concernant le traitement de l’amiante :

    La sous-section 3
    Article R4412-114
    Les dispositions de la présente sous-section s’appliquent aux activités dont la finalité est le retrait ou le confinement par fixation, imprégnation ou encoffrement de l’amiante ou de matériaux en contenant, et qui portent notamment sur des bâtiments, des navires, des structures, des appareils ou des installations, y compris dans les cas de démolition.
    La sous-section 4
    Article R4412-139
    Les dispositions de la présente sous-section s’appliquent aux activités ne relevant pas de la sous-section 3 ainsi qu’aux interventions susceptibles de provoquer l’émission de fibres d’amiante, qui portent notamment sur des bâtiments, des navires, des structures, des appareils ou installations.

    Pour les travaux relevant de sous-section 3, l’entreprise doit posséder:

    • une certification de qualification 1513 ou AFAQ ACERT pour le friable ;
    • Une certification de qualification 1512 ou AFAQ ACERT pour le non friable en intérieur ;
    • Une assurance environnementale ;
    • Un conseiller ADR.

     A partir du 01 Janvier 2012, la formation du personnel est définie par l’arrêté du 22/12/09.
     Un plan de retrait doit être envoyé un mois avant le début des travaux à l’inspection du travail, de la CRAMIF et de l’OPPBTP et à l’organisme certificateur qui pourra effectuer un audit inopiné. Le PRC aura été préalablement visé favorablement par les ERP et le médecin du travail.

    Pour les travaux relevant de sous-section 4, le personnel de l’entreprise doit :

    • être formé ;
    • être apte médicalement et suivi ;

     L’entreprise doit tracer les déchets ;
     l’entreprise doit envoyer un mode opératoire à l’inspection du travail, de la CRAMIF et de l’OPPBTP. Il aura été préalablement visé favorablement par les ERP et le médecin du travail.

    Dans tous les cas une analyse de risques doit être effectuée.

    Suite au rapport de l’ANSES et à la campagne de mesure META, la réglementation amiante va être modifiée au 1er semestre 2012, voir le communiqué de presse.

    • Abaissement de la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) qui est actuellement de 100 fibres par litre à 10 fibres par litre à une échéance de 3 ans ;
    • Contrôle de l’empoussièrement en milieu professionnel selon la méthode META. La France sera ainsi le premier pays au monde à rendre obligatoire, en milieu professionnel, cette technique de mesure qui permet de réellement prendre en compte toutes les catégories de fibres ;
    • Suppression, dans le code du travail, de la dualité de notions friable/non friable ;
    • Généralisation de la certification des entreprises à l’ensemble des activités de retrait et d’encapsulage de matériaux contenant de l’amiante ;
    • Conditions d’utilisation, d’entretien et de vérification des moyens de protection collective (MPC) et équipements de protection individuelle (EPI), en particulier les appareils de protection respiratoire (APR) adaptés aux niveaux d’empoussièrement sur les chantiers.

    La connaissance des FFA cancérigènes qui n’étaient pas prises en compte et l’émission très importante de fibres d’amiante qui a été mise à jour lors de la campagne META ont modifiée considérablement les risques d’inhalation.
    Le port de masques à adduction d’air va devenir systématique pour des travaux courants de retrait de MPCA et les travaux sur les plâtres amiantés vont devenir un vrai casse tête.

    Le ministère du travail a rédigé une instruction le 23 Novembre 2011, DGT 2011/10 qui précise aux différents intervenants – maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, SPS et entreprises.
    La DGT préconise aux maîtres d’ouvrage de réexaminer l’opportunité du retrait envisagé au profit du maintien en place des MCA en procédant à un encapsulage étanche.
    A défaut, il devront s’assurer… que l’employeur peut démontrer, par un chantier test réalisé selon le protocole de la campagne META, sa capacité à satisfaire le respect de la VLEP

  8. Josée :
    1 décembre 2011

    J’ai du mal à comprendre ceci : il n’est pas interdit de vendre, céder, transporter, concasser de l’amiante dans le privé, c’est juste pas recommandé, j’ai appris ça par la gendarmerie parceque mon voisin à achété, transporté et concassé 6 tonnes de fibro ciment amiante eternit sous mes fenêtres pour faire le remblai de son chemin. La gendarmerie n’a pas verbalisé parce que c’est juste une recommandation et non une interdiction. Le gars qui cassait les plaques avec sa pelleteuse sous mes fenetres pendant deux jours pour en faire des petits morceaux m’a dit : « a l’âge que vous avez vous allez pas creuver de ça ! » Donc conclusion amiante pour les travailleurs c’est encadré et surveillé, mais pour les particuliers c’est la jungle puisqu’on ne peut pas verbaliser. J’ai juste eu le temps de bien respirer de gros nuages de fibres pendant deux jours pour lesquels ont m’a dit : circulez y’a rien à voir !!! Alors allez y ! cédez, transportez, concassez, broyez de l’ETERNIT, faites-en du remblai pour vos chemins puisque vous ne risquez RIEN dans notre Société. Le fait de faire respirer en grosses quantités des fibres d’amiante à autrui n’est même pas un délit c’est juste pas recommandé…..

  9. Patrick :
    3 octobre 2011

    En 2011, la réglementation distingue 2 cas différents :

    1. le retrait d’amiante friable ou non friable qui ne peut être réalisé que par des entreprises certifiées qui demande pour opérateur une formation d’1 semaine et encadrants 2 semaines
    2. L’intervention à proximité d’amiante n’ayant pas comme objet le retrait d’amiante qui demande aux opérateurs et encadrement d’avoir une formation de 2 jours sur le risque amiante et qui exige de déposer à la médecine du travail des modess opératoires spécifiques d’intervention.
    Pour Flora, l’employeur qui vous a exposé à l’amainte est sous le cout de la mise en fdanger de son personnel et encourt du pénal.
    Il est sûr que médicalement parlant, plus on est exposé, plus le risque est grand. Cependant, il suffit d’une fibre d’amiante pour déclencher certaines des maladies liées à l’amiante. Donc 3 semaines d’exposition sans protection et sans formation est une faute grave de l’entreprise.
    N’étant pas aux Etats unis, il n’y a pas de niveau d’indemnité. Cependant, vous pouvez contacter un avocat du travail qui pourra vous indiquer les procédures à suivre selon votre cas.
    De plus, signalez toute exposition au médecin du travail qui pourra vous aider aussi dans les démarches et analyses médicales.

    Enfin, toute personne travaillant sur toiture, sur système électrique, sur peinture, sur charpente devrait, même si la réglementation ne l’oblige pas, être formé au risque amiante car il est évident qu’ils ont et auront à travailler à proximité ou sur de l’amiante.

  10. gilbert :
    10 août 2011

    Avant1977,les vins étaient tous filtrés avec des plaques d’ amiante.La vente fut
    interdite,mais les vignerons qui avaient des réserves pouvaient toujours les utiliser.On a analysé une bouteille de 75 c,et on y a dénombré 100.000 fibriles
    d’amiante.Les poudres blanches recouvrant certains saucissons secs,des produits injectables,dans le talc,le polissage du riz glacé par enrobage de talc contiennent ou contenaient de l’amiante.Voir le livre terrifiant de antoine ROIG,Guide des additifs et des pollants ALIMENTAIRES AU editions du ROCHER(pages615-616).Attention,des bouteilles de vin après1977 peuvent être contaminées,l’utilisation des plaques n’ étant pas interdite.

  11. flora :
    5 mai 2011

    j ai travailler pour une societe pendant 3 semaines, apres mon depart j ai appris dans le journal que les plaques que j enlevais sur le chantier etait en fait de l amiante mais mon patron ne nous en a pas informer et aucun equipement ne nous a ete fournis, je voulais savoir si pour trois semaines de travail la poussiere d amiente peut avoir des consequence sur ma sante, si oui quel indemniter puis je demander a mon employeur ? Sachant que je n etais pas au courant

  12. bon :
    15 janvier 2011

    l’amiante est dangeureux

  13. François :
    12 janvier 2011

    Merci pour cet article très complet.

    j’ai un ami qui a développé un cancer bronco-pulmonaire et de la plèvre. Le garage dans lequel il stationnait sa voiture était couvert de panneaux isolant contenant de l’amiante,murs et plafond.

    Je pense qu’il a inhalé les micros poussières d’amiante par la ventilation de sa voiture.

    Donc ne pas oublier : AMIANTE = CANCER

  14. yann :
    19 août 2010

    pas de lois internationnal sur l amiante

    en france , l inportation d amiante est INTERDIT et controler par les douanes
    toutefois le proprio et seul responsable des produit et matiere qu il utilise

    pour info l amiante sur les lieu du travail ,le patron reste resposable de la securite et la santer de ces salariers en cas de maladie pro meme avec des sous traitents

    je suis formateur dans les metiers du desamiantage et superviseur de chantier amiante

  15. yann :
    19 août 2010

    depuis le decret 96/97 l amiante est INTERDIT sur le teritiore francais sous toutes c forme

    pourquoi parler vous d amiante plus grave et moin grave

    le cancer qu il donne cerait moin mortel?

    pour info: nouveau decret le 2006/761 relative a l amiante

    merci

  16. Anonyme :
    5 mai 2010

    je demande la loi international qui interdite les plaque en amionte

  17. calitu2b :
    13 février 2010

    POURQUOI LES SIROPS ET PLUS LES VINS ?
    Clarification du vin en le faisant passer à travers une couche filtrante ( terre Procédé de clarification pour rendre le vin plus limpide, il existe plusieurs types de filtres : à plaques (quelquefois stérilisantes pour le mal du vin), à membranes ou à kieselgur Dans le passé, les plaques étaient le plus souvent en AMIANTE ; sous la poussée de technocrates écologistes, arguant qu’elles étaient cancérigènes, elles furent interdites, La presse, à l’époque, avait parlé de dangereuses fibrilles subsistant dans le vin ! Rien de sérieux dans tout cela. Des études ont d’ailleurs démontré qu’un homme buvant journellement un litre de vin filtré à l’amiante pendant cinquante ans de sa vie, aurait ingéré moins de 2 mg au bout de cette période. En revanche, curieusement, la plupart des SIROPS vendus en pharmacie continuent à être filtrés avec ce type de plaques, puisque aucun texte à ce jour ne l’interdit.

  18. calitu2b :
    9 février 2010

    L’usine d’amiante de Canari en Corse la plus importante d’Europe , de 1930 a 1965 époque ou elle fonctionnait.
    cette usine ne fonctionne plus de nos jours,mais a fait des dégâts très considérables au niveau de la SANTE et de l’environnement :
    http://levante.fr/amiante/amiante-canari96.html

  19. Amandine :
    6 février 2010

    Je viens d’apprendre que le bâtiment dans lequel je travaille depuis 1 an est bourré d’amiente. Je trouve ça inadmissible de ne pas avoir été au courant avant. Surtout quand on connaît les dégâts. On interdit la cigarette sur le lieu de travail c’est bien mais ne devrait-on pas interdire l’amiante également car ça provoque des cancers au même titre que la cigarette. Existe t’il une procédure pour imposer aux entreprise une mise au norme ?

  20. sophie :
    27 juin 2009

    je nettoie les classes dans 1 collège et ça fait 5 ans que je me bats pour savoir si 1 des classes de physique contient de l’amiante(en ce qui concerne les dalles du sol). Résultats hier positif . Aujourd’hui je suis ttrès inquiète . Que me conseillez-vous de faire ?

  21. joelle :
    4 juin 2009

    Actualité sur les dangers de l’amiante :

    Un « certain degré d’amiante » a été découvert dans les déchets de construction entreposés dans l’enceinte d’une entreprise en belgique et la pollution à l’amiante « n’est cependant dangereuse ni pour la santé de l’homme ni pour l’environnement », a indiqué dimanche une porte-parole de Siemens.

    Comme quoi même aujourd’hui les dangers de l’amiante sont présents !

  22. brigitte :
    29 avril 2009

    je suis de tout coeur avec Daniel, je connais le problème, mon père a été exposé à l’amiante. On parle peu ou pas de ce fléau, et il est inadmissible qu’en France aujourd’hui des gens qui souffrent ne soient pas indemnisés correctement.

    Les chanteurs se mobilisent pour le sida, mais pas pour les ouvriers français qui sont malades d’avoir travaillé.

    J’ai enregistré une chanson et un clip dont voici le lien :

    http://www.dailymotion.com/search/amiante/video/x8qhcc_non-a-lamiante_news

    les maigres recettes tirées de mon CD je les reverse à la recherche, mais je suis toute seule. Alors cette vidéo c’est pour montrer qu’il y a quand même en France des personnes qui pensent aux victimes de l’amiante.

  23. Daniel :
    21 avril 2009

    Après avoir été arrêté dans mon travail par de nombreuses affections pulmonaires,et ensuite reconnu comme malade de l’amiante,grace à l’ADEVA du finistère,je suis maintenant à bout et désespéré!!!!
    L’état me laisse vivre avec une retraite momentanée de 680 euros+260 euros de pension d’invalidité soit:moins de 1000 euros/mois(en attendant la retraite officielle dans 3 ans si….).Je voulais par ces quelques mots renseigner des personnes de la largesse de l’etat,de sa générosité,après tant de souffrance au travail:donc de leur estimation à mon égard,c’est pour mon avis tout simplement honteux!!!!!!

  24. Mickael :
    9 décembre 2008

    Heureusement qu’aujourd’hui on trouve de moins en moins d’amiante !
    Mais il doit sans doute en rester dans de très vieux bâtiments abandonnés…

Si vous avez une remarque, vous êtes libre de laisser votre avis.
 
Articles relatifs

Article : L’interdiction de l’amiante et ses conséquences
Mise en ligne sur Danger Santé.
Nombre d'avis : 27
Mois de publication : juin
Année de publication : 2008
Retour à la catégorie : Amiante.
Retour à la page d'accueil : Danger Santé.
Vous pouvez suivre l'actualité du site avec notre flux RSS et sur notre compte twitter.