Nucléaire : risque nucléaire et accident nucléaire

accident nucléaire explosion

Article envoyé par un de nos lecteurs, Merci à David D. Vous pouvez participer à Danger-Sante.org en envoyant vos articles/documents à

Au niveau microscopique, l’énergie nucléaire est l’énergie associée à la force de cohésion des nucléons, la force nucléaire forte (protons et neutrons) au sein du noyau des atomes. Les transformations du noyau libérant cette énergie sont appelées réactions nucléaires.

Au niveau macroscopique, l’énergie nucléaire correspond, d’une part à l’énergie libérée par les réactions de fusion nucléaire au sein des étoiles, d’autre part aux usages civils et militaires de l’énergie libérée lors des réactions de fission ou de fusion du noyau atomique.

Une sécurité nucléaire totale est-elle possible aujourd’hui ?
Aucune installation nucléaire n’est à l’abri, tôt ou tard, d’une erreur humaine, d’un acte de malveillance, d’un événement climatique ou d’une défaillance technique.

De nombreux risques nucléaire ont été mal pris en compte :
Protection insuffisante en cas d’attentat
Surchauffe en période de canicule
Risques sismiques, sous-estimés sur certains sites.

La sécurité nucléaire doit être assurée :
Au niveau des réacteurs
Lors du retraitement
Lors de la fabrication du combustible
Lors des transports de matières nucléaires.

En cas d’accidents nucléaires majeurs, que se passerait-il ?
Dans un pays aussi peuplé que la France, un accident nucléaire majeur aurait des conséquences dramatiques.
Des conséquences dramatiques : décès, handicaps et maladies, perte de millions d’hectares de sols contaminés pour des siècles…

Pour le cas de la France, si elle devenait la cible d’attaques terroristes ?
Avec ses 58 réacteurs, la France détient le record du pays le plus nucléarisé au monde par rapport au nombre d’habitants.
Si une centrale nucléaire est percutée par un avion gros porteur, cela entrainerait des conséquences catastrophiques, plus important que Tchernobyl.
En France, les centrales nucléaires n’ont pas été prévues pour résister à l’impact d’un avion de ligne selon plusieurs sources.
De toutes les installations nucléaires françaises, c’est probablement l’usine de retraitement de La Hague qui représente le plus grand danger, on y trouve la plus importante concentration mondiale en substances radioactives.

Un grave incident nucléaire en Suède, le 25 Juillet 2006
L’Europe est passée à deux doigts de la catastrophe nucléaire le 25 juillet 2006 à cause d’un court-circuit qui a provoqué le black-out d’un réacteur à Forsmark en Suède. Selon un ancien responsable de cette centrale, « C’est l’événement le plus dangereux depuis Harrisburg et Tchernobyl ».

On pourra toujours nous raconter que cela ne peut pas arriver aux réacteurs français parce que leur conception est différente mais c’est un court-circuit hors du réacteur qui a mis à genoux le réacteur suédois.

EDF et la DGSNR (Direction Générale de la Sûreté Nucléaire et de la Radioprotection) doivent impérativement démontrer que ce risque n’existe pas en France. Jusqu’à preuve du contraire, l’accident majeur nucléaire est possible en France en raison d’un court-circuit sur le réseau électrique. En attendant, les 58 réacteurs nucléaires français doivent être inspectés minutieusement pour déterminer s’il y a, oui ou non, un tel défaut générique.

La technologie nucléaire est extrêmement fragile par essence parce qu’elle met en œuvre une infinité de procédés plus complexes les uns que les autres, rendant les sources d’accidents multiples et imprévisibles.

La crise nucléaire de Forsmark montre clairement que les réacteurs russes RBMK ne sont pas les seuls à être dangereux mais que, bien au contraire, tous les réacteurs nucléaires sont menaçants même s’ils sont construits par une des nations les plus développées au monde, la Suède. Le nucléaire nous fait prendre des risques ahurissants sans pouvoir assurer notre sécurité.

Simulation d’accident nucléaire à l’Ile-Longue : une mascarade et des questions fondamentales restent sans réponse

L’organisation le 29 avril par les autorités d’une simulation d’accident nucléaire à la base des sous-marins nucléaires de l’Ile-Longue est une véritable mascarade : les simulations d’accident nucléaire, de même que les distributions de pastilles d’iode, sont seulement destinées à faire accepter à la population l’éventualité pourtant intolérable d’une catastrophe nucléaire.

Avec ces exercices ridicules, les autorités reconnaissent néanmoins que le pire est possible. Il peut s’agir d’un drame accidentel ou causé par un acte terroriste, les deux pouvant occasionner un drame équivalent à Tchernobyl.

Les simulations n’apportent pas de réponses à des questions pourtant fondamentales :
– En cas d’accident nucléaire en France, que faire des millions d’habitants de la région ? Comment évacuer des millions de personnes ? Où les évacuer ? Pour combien de temps ?

– Le périmètre de quelques kilomètres concerné par les exercices officiels et les distributions de pastilles d’iode est proprement ridicule : le nuage radioactif de Tchernobyl a touché toute l’Europe !

– à Tchernobyl, 600 000 liquidateurs se sont sacrifiés pour stopper la catastrophe. Qui ira si une catastrophe nucléaire se produit en France ?
21 ans après la catastrophe de Tchernobyl, des zones entières sont évacuées pour des siècles, et des millions de personnes vivent toujours dans des zones contaminées, où la situation continue de s’aggraver: nourriture contaminée par le Césium, des milliers d’enfants touchés par des maladies de personnes âgées (cœur, foie, rhumatismes, etc.)…

Le nucléaire est un risque incomparable à tous les autres. La seule façon de se protéger contre ce risque est de fermer au plus vite toutes les installations nucléaires, et non d’organiser de dérisoires simulations et distributions de pastilles d’iode. Source : Réseau sortir du nucléaire

Centrale nucléaire de Fessenheim : trop, c’est trop.

Le 18 mars 2008 marque les 30 ans de fonctionnement du réacteur n°2 (*)

Ce mardi 18 mars 2008, il y a trente ans, le second réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim était mis en service. Conçu initialement pour durer une vingtaine d’années, selon les dires des ingénieurs de l’époque, ce réacteur et son « frère » n’auraient jamais dû être construits :

– installés en contrebas du Grand Canal d’Alsace, les deux réacteurs nucléaires de Fessenheim sont exposés au risque de rupture brutale de la digue. Et le refus obstiné d’EDF d’envisager une telle possibilité ne réduira certainement pas le danger….

– implantée sur une faille sismique active, la centrale de Fessenheim ne résisterait pas à un séisme identique à celui qui a ravagé la ville de Bâle en 1356 : le Réseau « Sortir du nucléaire » a rendu public en juin 2003 des documents confidentiels, issus d’EDF, qui montraient que l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) contestait formellement les calculs d’EDF. Plus récemment, une nouvelle expertise suisse a montré que ce sont les fondements mêmes de l’étude originale qui devraient être revus.

Après 30 ans de service, interrompus par des incidents à répétition, après des centaines de millions d’euros dépensés en réparations et maintenances diverses, le bilan de ce réacteur est particulièrement éloquent :

– les deux dernières années, pendant lesquelles ce réacteur n’aura été disponible qu’à peine sept mois par an, figurent parmi les huit plus mauvaises années de fonctionnement depuis 30 ans.

– en 2007, le réacteur n°2 a dû être arrêté du 18 octobre au 30 décembre 2007, pour rechargement de combustible, mais aussi pour « plus de 6000 activités de contrôle et de maintenance » (dixit EDF), activités qui ont généré pas moins de 5 incidents et 7 cas de contamination radioactive sur les travailleurs impliqués dans ces opérations.

– début 2008, après deux mois et demi de travaux de maintenance, une fixation de tuyauterie a lâché à peine une semaine après le redémarrage : 5 jours d’arrêt et un nouvel incident lors du redémarrage du réacteur.

– depuis le 18 février, le réacteur est à nouveau à l’arrêt à cause d’une fuite radioactive du circuit primaire …

Sur deux mois et demi en 2008, le réacteur n°2 aura fonctionné moins de la moitié du temps, avec un manque à gagner de l’ordre de 160 000 euros par jour de panne : depuis le 1er janvier, ce sont déjà plus de cinq millions d’euros qui ont été perdus.

Quel que soit l’acharnement d’EDF à prolonger ce réacteur au-delà de toute logique technique ou financière, il est temps de se rendre à l’évidence : après trente ans de pannes et d’incidents divers, le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim est arrivé au-delà de ses limites. Dangereux par nature, un réacteur nucléaire l’est encore plus lorsqu’il est vieillissant.

Il est bien dommage qu’EDF et les autorités françaises ne saisissent pas la date cruciale du 18 mars 2008 pour fermer définitivement cette centrale. Si le pire se produit, les « responsables » seront totalement coupables. (*) Cf http://www.asn.fr/sections/infos-locales/division-strasbourg/centrale-fessenheim – Source : Réseau Sortir du Nucléaire

Les records de consommation d’électricité consacrent l’échec de l’option nucléaire française

Malgré la nécessité d’économiser l’énergie, la France vient une nouvelle fois de battre son record de consommation d’électricité avec une puissance appelée de 88,9 GW à 19h, lundi 17 décembre et de 88,2 GW, mardi 18 décembre à 19h. Pourtant, si les températures sont fraîches, elles ne sont pas extrêmes. Alors comment expliquer une telle consommation qui contraint la France à importer de l’électricité ?

Cette situation est la conséquence directe du « tout nucléaire » imposé en France depuis trente ans : pour légitimer la construction de 58 réacteurs, EDF et l’Etat ont mis en place le plus grand parc de chauffage électrique d’Europe [1], qui entraîne une surconsommation d’électricité et qui, par ailleurs, est un mode de chauffage ruineux pour les consommateurs. Le chauffage électrique qui obère le pouvoir d’achat des ménages les plus pauvres est d’ailleurs interdit au Danemark dans toutes les constructions neuves.

Le nucléaire, dont la production manque de souplesse, est incapable de répondre aux pointes de consommation dont il est pourtant responsable. De fait, quand il fait froid comme actuellement, il faut faire fonctionner des centrales au charbon et au fioul fortement émettrices de CO2, mais aussi importer au tarif fort de l’électricité depuis les pays voisins. Mais ces derniers pourront-ils toujours fournir l’électricité manquante à la France ? La France n’est-elle pas sous la menace d’une pénurie d’électricité en cas de nouvelles baisses de la température et/ou d’indisponibilité de moyens de production ?

Or, il est possible de sortir rapidement de cette impasse énergétique. Selon l’étude sur des sorties du nucléaire en 5 ou 10 ans publiée par le Réseau « Sortir du nucléaire » [2], une campagne vigoureuse d’économies d’énergie et d’énergies renouvelables sur 5 ans pourrait diminuer la consommation électrique de la France de 20 %. Pour cela, il faudrait lancer un programme d’isolation du bâti ancien et remplacer les équipements les plus gourmands en énergie (électroménager et éclairage) par des appareils sobres. Il faudrait aussi remplacer le chauffage électrique et les chauffe-eau électriques par des installations de chauffage utilisant la biomasse (bois, résidus de récolte, déchets organiques) et par des panneaux solaires thermiques.

Economies d’énergie et énergies renouvelables permettraient à la France d’améliorer réellement son indépendance énergétique et diminueraient sensiblement sa facture énergétique. Ces programmes créeraient en outre beaucoup plus d’emplois que la construction du réacteur nucléaire EPR à Flamanville, un investissement inutile et dangereux.

Il est plus que temps de changer notre manière de produire et de consommer l’énergie pour éviter ces pics de consommation et les risques de pénurie.
Source : Réseau Sortir du nucléaire

Vente de nucléaire à la Libye et humanitaire ?

Les marchés envisagés avec la Libye hier dévoilent les véritables intentions du Président de la République. Les raisons humanitaires ou les droits de l’Homme ont bon dos.

Les réseaux de ceux qui veulent vendre du nucléaire français partout dans le monde, à n’importe quel régime, et à n’importe quel prix ont agi avec un cynisme sans limite. La précipitation avec laquelle les choses se sont conclues démontrent bien que cette « affaire » politico-commerciale a été envisagée, voire négociée, bien avant la libération des infirmières.

Et comme d’habitude, on va nous expliquer qu’il n’y aucun risque de passage du nucléaire civil vers le nucléaire militaire. En ce sens, la France joue avec le feu en se faisant, dans le monde, l’agent commercial sans scrupule du nucléaire. La Libye a beau être ré-integrée dans le « concert des nations », elle n’en reste pas moins un régime non démocratique.
Source :Yann Wehrling, Porte parole national des Verts

Des sites web avec de nombreuses informations sur le nucléaire :

http://nucleaire-nonmerci.net/

http://www.sortirdunucleaire.org/
http://www.sfen.org/
 

Partager cette page ! On compte sur vous :

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez..
Vous pouvez faire une recherche :  
 
Navigation
Danger Santé > Nucléaire > Nucléaire : risque nucléaire et accident nucléaire
 
Pour citer l'article sur votre site, votre blog ou sur un forum
Vous pouvez copier/coller le code suivant :



25 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre :

  1. eric :
    12 mars 2013

    toutes particules minime soit elles est dangereuses pour toute formes vivantes

  2. ramos :
    14 novembre 2012

    je voudrais aussi savoir les risques humanitaires du nucleaire

  3. ramos :
    14 novembre 2012

    je pense que l’on pourrait sortir du nucleaire en utilisant d’autre energie renouvellable tel que hydroelectricite(en utilisant les barrages dit BARRAGES HYDROELECTRIQUE)comme dans mon pays

  4. Caro :
    3 décembre 2011

    Oui nous pouvons sortir du nucléaire, bien sûr c’est une question de volonté à tous les niveaux politique, économique, etc. mais voilà il ya tant d’argent en jeux et autres intérêts…
    Ouil il faut en sortir en se « penchant » dès maintenant sur d’autres énergies écologiques, c’est aussi réduire notre consommation (terminer les éclairages abusifs encore actuels entreprises, commerces), mieux consommer en achetant moins… repenser notre façon de vivre.
    OUI C EST POSSIBLE SORTIR DU NUCLEAIRE

  5. juan pedro :
    27 juin 2011

    Beaucoup d’infos techniques et pratiques sur le fonctionnement du nucléaire sur ce site

    http://www.coordination-antinucleaire-sudest.org

    . avec des témoignages de salariés du nucléaire,
    . des documents internes (et inédits) des autorités sur les risques nucléaires,
    . le nombre d’accidents nucléaires en France,
    . les impacts sanitaires et sur l’environnement,

  6. Loic :
    20 avril 2011

    Et si pour éviter tous ces commentaires d’ignares, on expliquai un peu ce qu’est réellement le nucléaire et comment ça marche.
    Il n’y a pas une personne sur ce blog qui sait de quoi il parle.
    Dommage, le sujet est sérieux, et pas seulement dogmatique.
    Il serai intéressant de ce documenter et pas seulement auprès des associations anti nucléaire comme sortir du nucléaire qui ne diffuse ses messages que pour servir sa cause. D’ailleurs les positions et informations de ces associations pseudo compétentes ne les desservent elles pas? et oui, quand on réclame de la transparence et la vérité, on commence par se l’appliquer!

  7. helens :
    15 avril 2011

    j’aimerais savoir d’où viennent les sources qui disent qu’une centrale nuclaire n’est pas faite pour ésister à l’impact d’un avion de ligne…? Ce n’est certainement pas le cas pour les récentes.

    PAR CONTRE ,LES SCIENTIFIQUES DEVRAIENT SE PENCHER UN PEU PLUS SUR LES RISQUES SISMIQUES, ILS SONT VRAIMENT A L ORDRE DU JOUR

    Quant aux panneaux solaires, à vous mrs mes de rendre leur recyclage moins polluant….On a la mer et vent, utilisons les et réduisons tous nos effets toxiques, ça sera déjà ça ( tous veut bien dire les GRANDS aussi! )

  8. dr cherdoy :
    31 mars 2011

    bonjour messieur et medames, juste pour vous dires que si l’on va au Japon on ne craint rien tant qu’on n e boit pa d’eau du robinet ni mettre de couche japonaise a ses enfants mais surtout il ne faut jamais saproché des reacteur qui sont sur le point d’explosé car il y a deja eu des mort Japonais mais 1 ou 2 en plus c’est trop

  9. Pask :
    22 mars 2011

    Excellent article sauf l’omssion d’un passage qui eut été nécessaire sur le stockage des déchets et leur incidence sur l’environnement que l’homme dégrade rapidement.

  10. calitu2b :
    21 mars 2011

    lilianne , avec toutes les informations qui circulent et qui sont minimisées,difficile de répondre à une telle question,un conseil ,éviter ces zones à risques,de toute façon toute la planète va être contaminé et il n’y a pas échappatoire à moins de migrer sur la planète Mars,de toute manière 2012 c’est le début de la fin, alors prend cela avec philosophie et profite des derniers moment de la vie,car l’être humain trop irrespnsable est en train de détruire cette planète.

  11. lilianne :
    15 mars 2011

    dans une semaine ,je devrait passe en escale a Tokyo une journee,a aeroport Narita , et centre du Tokyo; je voudrait avis d une personne serieur connait bien au sujet nucleaire pour me dire si j aurai un risque ou non , comment je peux me proteger??la masque suffit ou non,comment consommer les bastille iode??
    Merci bien ;

  12. Vincent :
    15 mars 2011

    Aujourd’hui, mardi 15 mars 2011, la situation catastrophique du Japon à prouvé une nouvelle fois l’extrême dangerosité du nucléaire.
    Où sont donc passé les pro-nucléaires ? On ne les entends plus, bizarre…

  13. françois :
    6 février 2011

    bien dangereux ! y a t il d autres alternatives ? le public est maintenu dans l ignorance des mesures de sécurités ! nous sommes des moutons ……….

  14. galereman :
    22 janvier 2011

    quel forum dinamique… –‘

  15. galereman :
    12 décembre 2010

    nonjour à tous! voilà je suis en train d’élaborer un sujet de tpe sur la problématique suivante: « le nucléaire poura t’elle etre l’énergie de demain? »

    ma partie consiste à énoncer tous les opposants à cette solution.
    quels sont-ils selon vous?
    (effet sur la santé, l’environemment, problemes sociaux etc)
    une simple liste m’aiderai a avancer.

    merci à tous!!!

  16. Vincent :
    6 septembre 2010

    Je suis effaré de voir, dans certaines réactions, des gens pro-nucléaire qui minimisent dangereusement ce sujet brûlant. Le nucléaire est un danger énorme, une pompe à fric. L’histoire l’a montré et le montre jour après jour. Si la raison l’emportait enfin sur la soif d’argent, l’égoïsme et l’ignorance, alors nous serions heureux de nous éclairer à la bougie, dans un monde sûr et sain. Mais la bêtise humaine n’ayant pas de limites, jouer avec le feu pour son petit confort personnel est bien entendu toujours plus important. On aura bien le temps de s’indigner bêtement à la prochaine catastrophe… Merci pour cet article, succin certes, mais qui au moins a le mérite une nouvelle fois de souligner les dangers de cette bombe à retardement.

  17. Deedoff :
    15 août 2010

    Bonjour,
    Pour en savoir un peu plus sur le nucléaire, visitez mon blog radioprotection.unblog.fr

    Cordialement.

  18. lysianne :
    20 juin 2010

    Je ne crois pas que nous pouvons nous permettre de nous ridiculiser les uns, les autres, mrs Arvel. Ils est vrai que plusieurs sont pour et plusieurs sont contre, dont moi. C’est sur qu’il est faux de dire qu’il n’y a que des aventages ou que des inconvénients. Cela ne sert a rien d’entamer de petite gueguerre. Les centrals nucléaire donne de l’énergie pour l’électricité, c’est vrai. Elles aide a faire rouler léconomie, c’est vrai. Mais il y a aussi certains risque que personne ne peu se permettre d’ignorrer. Pour l’instant, oui c’est vrai, c’est tres pratique, mais a quel pris… puisque nous ne savons pas vraiment quel seront les résultat au long terme. Meme si plusieurs guarentisse qu’il n’y a aucun véritable risques, aucun véritable dangers. Qui sommes nous pour prédire l’avenir… et plusieurs qui pense comme moi se plairons a dire qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

  19. Lysianne D. :
    17 juin 2010

    Il est certain que temps que les chercheurs n’auront pas trouver le moyen de faire fonctionner une central nucléaire à base de fusion et non de fission, les gouvernements ne voudrons pas changer leurs fusil d’épaule. Les recherches et tout travail se rapportant au nucléaire on créer plus de 100 000 emplois seulement au Canada. Il est donc claire que malgré tout les inconvénients, que se soit les risques de cancer, les mal formations congénitales, la diminution de spermatozoïdes chez l’homme et se sans conter les millier de déchets radioactifs, les gouvernements vont prioriser le roulement de l’économie. C’est dommage mais c’est comme ça. Se n’est comme ça que cela devrai être évidemment et c’est pour cela que nous devons continuer de luter pour faire comprendre notre point de vue.  » Nous voulons offrir a nos déscandents une planète saine où il fais bon vivre !! »

  20. Michel :
    20 mars 2010

    Je pense que photo de cet article est juste une illustration mais absolument pas une centrale nucléaire ça c’est sur je suis d’accord avec babou.

  21. babou :
    20 mars 2010

    sur la photo c et totalement faux les tour de refroidisement la seul chose qui s echapper c et de la vapeur d’eau

  22. stephanie :
    8 mars 2010

    Dans toutes centrales nucleaires la securite reside dans l’automatisation des barres de controles et de securites du reacteur.Je pense que le probleme doit etre dans les logiciels du controle commande a partir d’ordinateurs lors des operations de divergences ou alors des mesures de radioprotection liees a la securite

  23. calitu2b :
    27 février 2010

    il y a des personnes qui ne vivent pas les évènements et qui ne lisent aucun article en entier,qui ne sont pas les victimes , qui critiquent ceux qui défendent les bonnes causes, et qui devraient se taire,la CORSE a été touché par le nuage de Tchernobyl en 1986,le gouvernement comme d’habitude,a minimisé les choses par la suite,le nuage ne s’est arrêté à aucune frontière comme l’affirmais le gouvernement de l’époque,il a continué sa route sur la FRANCE et nous a contaminé aussi en CORSE,je félicite DAVID,pour son article,car en CORSE nous sommes opposés à ce genre de centrale. http://www.france24.com/fr/20100207-sante-cancer-thyroide-corse-tchernobyl-radioactivit%C3%A9-environnement-recyclage-adolescent

  24. Arvel :
    24 novembre 2009

    Bonjour,

    Je n’ai pas lu l’article en entier pour préserver mes nerfs et ainsi éviter de vous insulter.
    En écrivant cet article je suis persuadé que vous ne connaissez pas un brin de notion de radioprotection ou que vous connaissez très mal c’est qu’est la radioactivité. Il faut arrêter les films de science fiction où la radioactivité transforme les gens en monstres mutants dégoulinant d’un liquide verdâtre.

    Les sources que vous citez sont complètement ridicules et non objectives « sortirdunucléaire » ; « nucléaire nonmerci ». Aucune source dans votre article alors qu’il est parfois marqué « d’après nos sources »…
    Aussi je vous ferez remarquer que les liquidateurs de Tchernobyl n’étaient pas 800 000 mais 600 000.

    Le plus drôle dans votre création reste tout de même l’histoire de l’attaque terroriste avec des avions… Alors là, on touche les bas-fonds de l’argumentation inutile… Mais ça a le mérite de m’avoir fait sourire.

    Après ne parlons pas de l’hypothèse de la fermeture des centrales française ! Alors là, encore plus drôle ! Si le centrales fermaient, vous ne pourriez plus tenir votre blog à jour parce que vous n’auriez plus de courant =( Ca vous empêchera peut-être de dire n’importe quoi sur à peu près tout.

    Encore un site qui mouline pour rien dire et faire de « l’écologie »…
    Soit dit en passant, l’Allemagne qui était contre le nucléaire s’y est « remis » ;)

    D’après les écologistes, il faut arrêter le nucléaire, arrêter le pétrole, arrêter le charbon, arrêter le gaz. Mais moi je vous dis, allez vivre sur la lune, vous ne vous plaindrez pas du réchauffement climatique là bas, et y’aura pas de CO2 ! Même pas d’atmosphère, c’est pour dire.

    Allons, arrêtez de dire n’importe quoi et comme vous dites « prenez du recul » sur les sources que vous citez.

Si vous avez une remarque, vous êtes libre de laisser votre avis.
 
Articles relatifs

Article : Nucléaire : risque nucléaire et accident nucléaire
Mise en ligne sur Danger Santé.
Nombre d'avis : 25
Mois de publication : mai
Année de publication : 2008
Retour à la catégorie : Nucléaire.
Retour à la page d'accueil : Danger Santé.
Vous pouvez suivre l'actualité du site avec notre flux RSS et sur notre compte twitter.