Allergies

Le nombre de personnes allergiques ne cesse d’augmenter ! Vous pouvez souffrir d’allergies respiratoires ou d’allergies alimentaires, ce sont les deux principaux types d’allergies. Les allergies affectent la santé des personnes touchées. Notre hygiène de vie, notre alimentation et notre environnement sont les principales causes de nos allergies. Il existe de nombreux traitements pour faire face aux allergies.


 
 
Pour faire une recherche sur le thème Allergies :
 

  • Recettes spéciales Noël pour les allergiques

    Les fêtes de fin d’année sont autant d’occasions de se régaler entre proches. Mais quand on est allergique à certains aliments, il est parfois compliqué…

  • Animations sur les allergies en France

    Du 30 juillet au 4 août le Laboratoire des allergènes sillonne la France Du lundi 30 juillet au samedi 4 août, le laboratoire des allergènes,…

  • Témoignages sur les allergies respiratoires

    Mon allergie respiratoire au quotidien : la parole est donnée aux malades Afin de comprendre le vécu des patients atteints d’allergies respiratoires, la société Stallergenes…

  • Les allergies respiratoires en Europe

    Mise en place de deux initiatives majeures entreprises au niveau européen, qui mettent les allergies respiratoires au cœur de l’agenda européen et sur le contexte français dans le cadre de la candidature des allergies respiratoires au label « Grande Cause Nationale ».

    23 % de la population européenne souffre d’allergies respiratoires, soit environ 115 millions d’Européens. Pourtant 45 % d’entre eux n’ont jamais été diagnostiqués. 100 millions de jours de travail et d’école sont perdus chaque année à cause de la rhinite et de l’asthme allergiques. Du fait du fardeau socio-économique qu’elles représentent, les allergies respiratoires sont devenues une priorité dans l’agenda européen. Deux initiatives, entreprises respectivement par la Fédération Européenne des Associations de Patients Allergiques (l’European Federation of Allergy and Airways Diseases Patients Associations – EFA) et par la Présidence Polonaise du Conseil de l’Union Européenne, ont vu le jour. Leurs objectifs consistent à encourager la mise en place d‘actions visant à renforcer la prise de conscience de ces maladies chroniques et en améliorer la prévention et la prise en charge.

    En France, où un quart de la population est concerné, le Collectif « Les Allergies Respiratoires, Grande Cause Nationale 2012 » vient de déposer un dossier de candidature pour l’attribution du label « Grande Cause Nationale » pour les allergies respiratoires en 2012.

  • La place des allergies respiratoires en France

    Une conférence sur les allergies respiratoires a été organisé par le Comité Français d’Observation des Allergies (CFOA) début octobre 2011 à Paris.

    Quinze citoyens ont présenté une charte de recommandations pour une meilleure prise en compte de ces pathologies.

    Cette charte a pour but de sensibiliser les médias, le gouvernement et le grand public à l’impact des allergies respiratoires en France.

    - Un tiers des Français souffrent de rhinite et/ou d’asthme allergique
    – Les allergies respiratoires sont classés au 4ème rang des maladies chroniques par l’OMS
    – Ces allergies concernent 500 millions de personnes dans le monde.
    – 16 millions de français (un quart de la population) serait concernés par ce type d’allergie.

  • La désensibilisation aux acariens

    Présentation de la désensibilisation
    La désensibilisation (ou immunothérapie allergénique) est le seul traitement disponible actuellement qui est succeptible de modifier l’évolution de la maladie allergique.
    Il permet de réduire rapidement et durablement les symptômes et de traiter la cause de l’allergie.

    Aujourd’hui la désensibilisation est administrée (majoritairement) sous forme de goutes à déposer sous la langue de façon quotidienne (voie sublinguale)
    Les piqures se font de plus en plus rares en France.

  • Premiers signes et symptômes pour une allergie aux acariens

    On observe dans un premier temps une altération des éléments suivants :

    - Sommeil : avoir des difficultés à dormir, début ou augmentation des ronflements
    – Concentration : avoir du mal à se concentrer ce qui va avoir des conséquences sur l’apprentissage et les performances au travail.
    – Humeur : modifications bénins de son humeur.
    – Physique : augmentation de la fatigue, apparition de cernes, toux et éternuement..

  • 33 conseils pour les personnes allergiques aux acariens

    Quelques astuces pour combattre les acariens dans votre logement !
    Ces petites modifications peuvent avoir des conséquences positives pour votre état de santé au quotidien.

    1) Il faut aérer votre maison/appartement 30 minutes par jour, été comme hiver.

    2) Il ne faut pas chauffer vos pièces au dessus de 20°C.

    3) Le taux d’humidité ne doit pas dépasser les 50% dans votre logement.

    4) Poser une housse « anti-acariens » pour votre matelas et vos oreillers.
    Opté pour une housse validé par un organisme professionnel, il existe de nombreuses housses en vente en grandes surfaces qui ne sont pas très efficaces. De plus vous devez vous assurer que votre housse se ferme avec un système de zip.

    6) Laver vos draps une fois par semaine à 60°C.

  • La production des acariens pour un diagnostique ou une désensibilisation

    Voici un court article pour vous présenter la production des acariens qui sont utilisés pour diagnostiquer une allergie (test chez un allergologue pour savoir si oui ou non vous êtes allergique) ou pour un traitement thérapeutique (désensibilisation).

    Les différentes étapes de productions des traitements d’immunothérapie allergénique aux acariens

    1) Après deux à trois mois d’élevage en fonction des espèces, les acariens sont récoltés.

    2) Les acariens sont congelés à -30°C pendant 24h.

  • Allergies sur la peau : femmes et hommes

    1 personne sur 2 se déclare allergique et/ou intolérante.
    L’OMS classe l’allergie au 4è rang mondial des maladies et considère que ce phénomène représente un « problème majeur de santé publique ».*

    La peau est le premier support des manifestations d’intolérance
    De nombreuses études épidémiologiques ont démontré que plus de 50% des femmes souffraient d’une hyperréactivité de la peau et que 32% des hommes se plaignaient d’inconfort cutané.

  • Pour les français qui ne tolèrent plus le « pain » et la « pâtisserie »

    De plus en plus de Français ne tolèrent plus le pain ni la pâtisserie

    Nouveau : des mélanges sans gluten pour le pain et la pâtisserie

    Au moins 1 Français sur 200 souffre de la maladie cœliaque ou intolérance au gluten. Ils sont intolérants au gluten, une protéine végétale présente dans le blé, le seigle, l’orge et l’avoine. Les pains et pâtisseries traditionnels leur sont donc interdits. Les patients atteints de la maladie cœliaque éprouvent souvent des difficultés à trouver une solution à ce problème. C’est pourquoi la société Soezie lance une nouvelle gamme de mélanges sans gluten pour le pain et la pâtisserie qui répondent aux normes européennes très sévères, ainsi qu’un nouveau site internet : dibro.be

    Selon les conclusions de l’Association de la cœliaquie, Un Français sur 200 souffre de la maladie cœliaque (prononcez ‘séliaque’) et ce chiffre ne cesse de croître. Selon les estimations, entre 50.000 et 100.000 personnes sont atteintes par la maladie cœliaque dans notre pays. Chez un grand nombre d’entre elles, le diagnostic n’a pas encore été établi. Les personnes victimes de cette maladie auto-immune doivent proscrire en permanence le gluten de leur alimentation. Chez ces patients, la consommation de gluten endommage les fines muqueuses intestinales, entraînant une mauvaise assimilation des nutriments, des diarrhées, des constipations, des retards de croissance, de l’anémie, et augmente le risque de cancer des intestins, d’ostéoporose, de stérilité ou de fausse couche.

  • Solution pour l’intolérance au lactose

    Lactolérance® : une solution à l’intolérance au lactose

    Tout le monde le sait : le lait, première source de calcium, contient des protéines, des lipides, des glucides, des minéraux, sans oublier les vitamines A, D, E et K. Autant dire qu’il est indispensable à une alimentation équilibrée. Cependant, ce n’est pas aussi simple pour tout le monde. En effet, près de 5 millions de Français souffrent d’intolérance au lactose (le sucre du lait) et à ses dérivés. Cela pose de nombreux problèmes dans la vie quotidienne, car la plupart des produits alimentaires (yaourts, fromages, vinaigrettes, plats préparés, pâtisseries, sauces, chocolat, crèmes glacées, charcuterie, etc.) ainsi que 21 % des médicaments, en contiennent.

  • Intolérance au lait

    Le saviez-vous ?

    Maux de ventre, ballonnements, diarrhée…. Et si c’était le lait ?

    5 millions de Français souffrent d’intolérance au lait et à ses dérivés. Et cela pose de nombreux problèmes dans la vie quotidienne, car la plupart des produits alimentaires (yaourts, fromages, vinaigrettes, plats préparés, pâtisseries, sauces, chocolat, pâte à tartiner, crèmes glacées, charcuteries…) et 21 % des médicaments, contiennent du lactose.

  • Produit naturel contre les puces pour chat et chien

    Lancement de nouveaux produits antiparasitaires pour chiens et chats, à base d’extraits naturels.
    Des produits de traitement et de prévention naturels aussi efficaces que les produits chimiques, et 30% moins chers.

    Une efficacité et une sécurité pour l’animal, et une sécurité également pour les membres du foyer (enfants, maîtres, proches…) car l’animal n’a pas besoin d’être isolé après le traitement.

    Ces produits sont distribués en pharmacie.

  • Allergies et climatisation

    Le manque d’entretien des systèmes de climatisation dans les entreprises et les lieux publics induit aujourd’hui de nombreux troubles pour la santé (allergies, légionellose, champignons, syndrome des bâtiments malsains…). Ce problème grandissant a d’ailleurs récemment été souligné par Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie.

    Il existe des sociétés qui proposent un nettoyage total des systèmes de climatisation (et pas seulement des filtres, comme pratiqué jusqu’à ce jour par la plupart des entreprises en charge de l’entretien).

  • Allergie acariens, un combat contre la poussière chaque jour !

    C’est quoi un acarien ?

    Il s’agit d’arachnides mesurant moins d’un demi-millimètre et qui se comptent par millions dans nos literies où ils se nourrissent des débris de peau et de poils.
    Il en existe plus de 50000 espèces répertoriées.
    Celles qui se trouvent dans la « poussière de maison » sont essentiellement les « dermatophagoïdes pteronyssinus et dermatophagoïdes farinae ».
    Bien souvent les personnes qui souffrent d’allergies aux acariens pensent souffrir d’allergie à la plume ou d’allergie à la poussière.
    Ceci est dû à une vieille confusion entre l’endroit où on en trouve beaucoup (les oreillers en plumes) et les allergènes.

    Comment diminuer les acariens et la poussière dans sa maison ?

    Il existe des acariens partout, même dans les maisons les plus propres.
    En diminuant leur nombre ou en les faisant disparaître, l’allergique aux acariens sera moins ou pas du tout gêné.
    Pour diminuer leur nombre ou les faire disparaître plusieurs moyens sont possibles.

    On peut les détruire par de très fortes températures (plus de 55°C). Il existe aussi des produits qui les tuent (les acaricides).
    En limitant l’humidité de la pièce et en diminuant le chauffage de la chambre les acariens auront du mal à vivre et à se multiplier.
    On peut aussi les enfermer dans des housses spéciales, ainsi ils ne peuvent pas sortir du matelas et de l’oreiller.
    Bien sûr il ne faut pas oublier de supprimer les « niches » d’acariens comme les coussins et les nombreuses peluches ou bibelots.

    Nos conseils(…)

  •  » Allergie au gluten « , les symptômes et le traitement (Allergie alimentaire)

    Le gluten est une protéine qui se trouve dans les céréales, comme l’avoine, le blé, l’orge et le seigle.
    Donc, bien sûr dans le pain, les pâtes à pizza et les pâtes alimentaires, mais attention le gluten se trouve aussi dans d’autres aliments tels que la sauce soja, le vinaigre de malt et un grand nombre d’assaisonnements, d’aliments préparés, de conserves cuisinées, de bouillons et de soupes préparées.

    La liste des céréales interdite pour une « allergie », une intolérance au gluten est : le blé, le seigle, l’orge et l’avoine.

    Malheureusement, certaines variantes de ces céréales portent d’autres noms dans la composition des produits.
    Le blé dur et la semoule sont des noms pour certaines sortes de blés cultivées pour un usage spécifique.
    Le spelt et le kamut sont des variétés de blé. (On les trouve aussi sous les noms suivants : spelta, blé polonais, etc).
    Le boulgour est un blé travaillé de façon particulière par l’industrie agroalimentaire.
    Le triticale, une céréale issue du croisement entre le blé et le seigle, est à mettre dans cette liste.

    Le maïs est une des céréales dont on pense qu’elle n’altère pas les villosités intestinales. Cette céréale est tolérée par la plupart des malades.

    Parmi les céréales usuelles, le riz n’engendre que très rarement des troubles, c’est donc la plus recommandée pour les personnes atteintes de maladie coeliaque.

    A part le riz et le maïs, il y a beaucoup d’autres céréales utilisées dans les régimes sans gluten.

    Les céréales suivantes peuvent être utilisées et transformées en farines : l’amaranthe, le sarrasin (ou kasha), les pois chiches, les « larmes de Job » (Hato Mugi, larmes de Juno, grain du fleuve), les lentilles, le millet, les pois, le quinoa, le ragi, le sorgho, le soja, le tapioca, le teff et le riz sauvage .
    La plupart de ces farines sont disponibles dans les magasins d’alimentation biologique.
    Certaines comme la farine de riz peuvent se trouver dans les magasins d’alimentation.

    Pour améliorer la texture des produits sans gluten, la plupart des recettes incluent un ou plusieurs de ces ingrédients : la gomme xanthane, la gomme de guar ou la méthylcellulose.
    Ces ingrédients peuvent s’acheter dans les magasins d’alimentation biologique, ou dans des magasins spécialisés.

    Pour cuisiner, il existe des huiles sans gluten comme les huiles de maïs, de noix, d’olive, graine de colza (canola), carthame, soja, et tournesol.

    Le traitement de  » l’allergie  » (intolérance) au gluten :

    Il n’existe pas de médicaments que les malades puissent prendre en espérant guérir.
    En fait, il n’y a pas de guérison mais l’opportunité pour les malades de vivre normalement et en bonne santé en suivant un régime sans gluten.
    Cela signifie bannir tout produit dérivé du blé, du seigle, de l’orge, du seigle et de quelques autres céréales moins connues.

    Les symptômes de l’allergie au gluten :

    Il n’y a pas de symptôme type.
    Certains malades ne présentent presque aucun symptômes (formes asymptomatiques ou latentes de la maladie), tandis que dans certains cas extrêmes, des patients se présentent à leurs médecins avec des gaz, des ballonnements, des diarrhées et une perte de poids dus à la mal-absorption des nutriments.

    Voici une liste de symptômes possibles :

    La diarrhée
    La constipation
    Des Statorrhées
    Des douleurs abdominales
    Des flatulences excessives
    Touts les problèmes associés à une déficience en vitamine
    Déficience en fer (une anémie)
    Une fatigue chronique
    Des douleurs osseuses
    Une fragilité osseuse
    Des sensations anormales ou altérées de la peau (parasthésie), y compris des brûlures ou des chatouillements.
    Des œdèmes
    Des maux de tête
    etc.

    Une recette sans gluten(…)

  • Allergie au lait, informations sur cette allergie alimentaire

    L’allergie au lait de vache ou le plus souvent l’intolérance aux protéines du lait de vache, est une pathologie fréquente qui touche surtout les nourrissons mais également les adultes et les enfants.

    L’allergie aux protéines du lait de vache (APLV) correspond à une hypersensibilité immunologique aux protéines lactées bovines.
    Le test de provocation, ou l’épreuve d’éviction-réintroduction authentifie l’APLV.
    Les modalités de réintroduction sont variables selon les équipes, et l’âge de première ré-introduction est en moyenne de 12 à 15 mois après le diagnostic.
    Une allergie alimentaire associée, une évolution vers des signes respiratoires, un taux d’IgE sériques spécifiques et/ou une réactivité cutanée à une ou plusieurs protéines du lait s’élevant dans le temps, sont les éléments notés dans le groupe des formes « fixées », avec une différence statistiquement significative entre les deux groupes.
    Une meilleure connaissance des mécanismes du développement des maladies atopiques pourra permettre d’assurer des mesures préventives efficaces.

    Il existe d’authentiques formes chez l’adulte ou le grand enfant mais celles-ci sont rares ce qui fait qu’en général l’allergie au lait de vache est considérée comme une allergie de bon pronostic. Optez pour du lait de soja ou du lait de riz.

    L’éviction chez l’adulte ou le grand enfant doit être complétée d’une compensation en calcium.
    S’il ya des allergies alimentaires autres associées l’aide d’une diététicienne est indispensable.

    Attention, ne pas confondre allergie(…)

  • Allergie alimentaire : informations sur les allergies alimentaires

    Depuis quelques années, différentes études dans le monde indiquent une augmentation du nombre de personnes souffrant d’allergie alimentaire.
    On estime qu’aujourd’hui en France entre 3 à 10 % des personnes en sont atteints et le nombre d’enfants allergiques ne cesse d’augmenter.

    Une allergie alimentaire est une réaction d’hypersensibilité immédiate de type I (selon la classification des réactions d’hypersensibilité en 4 types de Gell et Coombs).
    Elle est provoquée par l’ingestion d’une substance alimentaire qui inclut aussi les additifs alimentaires.

    Les effets négatifs de la mondialisation alimentaire vis à vis des allergies :

    Le gluten, les fraises, les pommes, les pêches, avocats, kiwis, bananes, châtaignes, céleri, carottes, noix, noisettes, arachides, sésame, tournesol, levure, soja, figues, pommes de terre, blé, orge, lentilles, petit pois, charcuterie, porc, volailles, riz…

    La liste des aliments susceptibles d’être allergisants est interminable aujourd’hui !

    Les laits en poudre pour bébés, la diversification précoce de l’alimentation du nourrisson, la nourriture de type « fast-food », notre alimentation a considérablement évolué pour le meilleur comme pour le pire.

    Ajoutons à cela les modifications des techniques de l’industrie agroalimentaires dont la pasteurisation, la désaromisation, la congélation, l’ajout d’exhausteurs de goût et colorants, etc.
    Si, pour la majorité d’entre nous, ce changement d’habitudes présente de nombreux bénéfices, pour les personnes ayant hérité d’un patrimoine génétique allergique, c’est rapidement « l’enfer »

    Les causes des allergies alimentaires :

    En théorie, tous les aliments sont susceptibles de provoquer une allergie.
    Dans les pays industrialisés, les aliments les plus fréquemment associés aux allergies sont les oeufs, le lait de vache, les arachides, le soja, les noix, les poissons et crustacés.
    D’autres allergies apparaissent ou sont en augmentation. C’est le cas des allergies aux fruits exotiques, aux épices et condiments, aux huiles de tournesol et sésame, au psyllium contenu dans les barres diététiques, au latex, aux nouveaux allergènes comme le lupin qui représente 1 % de la farine totale dans la baguette et les acariens (des symptômes peuvent par exemple apparaître lors de l’ingestion d’aliments préparés avec de la farine de blé contaminée par les acariens).

    Les œufs : On retrouve principalement les allergènes au niveau des blancs d’œufs.
    Les antigènes majeurs du blanc d’œuf sont l’ovalbumine et l’ovomucoid lesquels conservent leur antigénicité après la cuisson.
    Certaines personnes sont allergiques au jaune d’œuf. Il existe même certains antigènes croisés entre le jaune et le blanc d’œuf.

    Les arachides sont au deuxième rang des allergies alimentaires en France après l’allergie à l’œuf.
    Elles représentent un tiers des allergies survenant chez l’enfant de moins de 15 ans.
    Les arachides semblent posséder plusieurs molécules antigéniques dispersées dans les fractions d’arachin et de conarchin, les deux globulines majeures de l’arachide.
    Les allergies alimentaires à l’arachide sont considérées comme très sévères dans un quart des cas avec risque d’un choc anaphylactique pouvant entraîner la mort. Il faut être prudent car l’arachide se trouve souvent sous forme masquée.

    Le lait de vache : la beta-lactoglobuline est la protéine du lait la plus allergisante et son antigénicité est peu altérée par la chaleur.

    Les poissons : l’allergie au poisson est très fréquente.
    L’antigène principal responsable de l’allergie est la parvalbumine.

    Les additifs alimentaires : on rapporte de nombreuses réactions et des témoignages dues aux additifs alimentaires mais une seule de type allergique n’a été démontrée que dans quelques cas dont les gommes karaya, tragacanth et arabique, et la papaine.

    Les signes (…)

  • Allergie pollen : informations sur l’allergie au pollen

    L’historique de l’allergie au pollen :

    L’allergie au pollen est décrite vers 1800, elle s’appelle alors fièvre des roses.
    En 1815, la première communication consacrée à l’allergie au pollen est présentée à la société royale britannique.
    En 1828, John Macculoch crée le terme de rhume des foins.
    En 1873, Charles Blackley recueille du pollen à l’aide de cerf volant et met en évidence une relation entre la quantité de grains de pollen présents dans l’atmosphère, les signes cliniques et les tests cutanés.
    En 1911, Freeman réalise une désensibilisation au pollen de graminées.

    Les allergies au pollen :

    Heureusement, tous les pollens ne déclenchent pas une réaction allergique, tous les pollens ne sont pas synonymes d’allergie.

    En principe, ceux qui occasionnent des symptômes respiratoires sont plutôt anémophiles, c’est à dire transportés avec le vent.

    Le pollen des plantes entomophiles, transportés par des insectes, est peu allergisant.
    Le très gros pollen, comme ceux du pin, n’est pas allergisant et pourtant il est bien visible !

    Variété d’allergie susceptible d’entraîner une inflammation des muqueuses nasales appelée également rhume des foins ou pollinose, correspond à une forme saisonnière de rhinite causée par les allergènes suivant :
    Les pollens transportés par le vent
    Les acariens
    Les poils et squames d’animaux
    Les spores de champignons
    etc…

    Comment reconnaître une allergie au pollen :

    Le rhume lié à la pollinose est en général plus tardif que l’allergie qui revient chaque année.
    Elle atteint le plus souvent les ados et l’adulte jeune, mais elle peut apparaître à tout âge, notamment lors des changements d’habitation avec un environnement différent.

    La récidive et l’aggravation des symptômes allergiques notamment au niveau nasal et oculaire, chaque année à la même saison et dans les mêmes conditions d’environnement, orientent le médecin vers le diagnostic de pollinose.
    Lors de sa première apparition, ces signes sont souvent confondus avec un rhume causé par un virus (rhinite virale).

    En pleine saison de graminées, le diagnostic est facile à évoquer.
    Il l’est moins lorsque des espèces précoces ou tardives, dont la date est nettement plus variable d’une année à l’autre, dépendant fortement des conditions climatiques antérieures, sont en cause.
    Il est également difficile lorsqu’on est face à une sensibilisation à multiples causes.

    Les symptômes au niveau du nez et des yeux(…)

  • Allergie iode : l’allergie à l’iode

    Certaines personnes peuvent être allergiques à des produits contenant de l’iode, comme par exemple au produit contrastant injecté pour des examens de radiologie ou encore certains fruits de mer.
    Une information à été répandue que l’on pouvait être allergique à l’iode, c’est faux.

    Les produits susceptibles d’induire une « allergie à l’iode » contiennent tous de l’iode, mais ce sont des substances différentes qui interviennent dans le cas de l’allergie.
    Pour la Bétadine, c’est la povidone (le véhicule de l’iode) qui est responsable, pour les produits de contraste iodés, l’osmolalité est mise en cause, et pour les produits de la mer (poissons et crustacés) ce sont des protéines musculaires.
    Il n’existe donc aucune réaction croisée ni de facteurs de risques.
    De plus, il n’y a aucune allergie rapportée dans le cas d’utilisation de solution alcoolique ou aqueuse d’iode (solution de Lugol, teinture d’iode, etc.)

    Il existe trois entités cliniques distinctes qu’on semble retrouver sous la dénomination « allergie iode »: la réaction pseudo-allergique aux produits de contraste radiologique (PCR) qui est très fréquente, l’allergie de contact ou dermite de contact aux désinfectants à base d’iode qui est très rare et les réactions aux fruits de mer qui sont relativement fréquentes.

    Pourtant, tous les individus présentant l’une ou l’autre de ces réactions puisent leur iode dans la nourriture, sans avoir de réaction indésirable : c’est donc qu’ils n’y sont pas allergiques.
    L’iode est un atome essentiel à la vie, et les besoins minimaux quotidiens en iode sont de l’ordre de 50 µg.

    En fait, c’est l’expression allergie à l’iode qui est erronée et qui entretient la confusion à ce sujet : on devrait distinguer clairement chacune des trois entités mentionnées ci-haut, et les appeler par leur nom distinctif.

    Ces réactions peuvent être classifiées en trois catégories :
    Légères (nausées, vomissements peu abondants, urticaire légère, prurit et diaphorèse)
    Modérées (faiblesse, vomissements graves, urticaire importante, oedème facial ou laryngé ou bronchospasme léger)
    Graves (oedème pulmonaire, arrêt respiratoire, chute grave de la tension artérielle, arrêt cardiaque, perte de conscience ou convulsions).

    Les articles sur l’allergie à l’iode ont été nombreux ces dernières années et les erreurs d’interprétation l’ont été tout autant.
    Il peut donc sembler opportun aujourd’hui de refaire un point sur cette fameuse supposée et traquée « allergie à l’iode »

    Pour évoquer le phénomène allergique en radiologie, on parlera désormais d’hypersensibilité allergique ou non allergique, avec un effet immédiat, c’est-à-dire observé en moins d’une heure, ou retardé (de 1h a 7 jours)

    Réactions aux fruits de mer et iode : attention !

    Il s’agit, soit(…)

  • Les allergies, les maladies allergiques et traitement allergie

    L’allergie est une maladie due à une réponse excessive et inadaptée de notre organisme vis à vis de l’environnement (alimentaire, chimique ou aérien).

    Cette réponse nécessite un premier contact qui est suivi de la fabrication d’anticorps de l’allergie puis, après un temps variable ces anticorps silencieux deviennent réactifs et déclenchent des allergies (asthme, rhinite, urticaire, oedèmes ou conjonctivite).

    Les allergies dont nous souffrons sont le fruit d’une réaction exagérée et inadaptée de l’organisme vis à vis de l’environnement.

    Globalement on fait la distinction en allergologie entre trois types d’allergènes.

    Les aériens, appelés parfois pneumalllergènes, il s’agit là des substances en suspension dans l’air soit de façon continue (exemple : les acariens), soit de façon saisonnière (exemple : le pollens). La fréquence des personnes sensibilisés a considérablement augmenté ces dernières années.
    Les facteurs qui sont responsables de cette augmentation de prévalence ne sont encore que des hypothèses de travail, il semble cependant que certains soient mieux établis :

    Les alimentaires, notre industrialisation a beaucoup évolué de façon négative en matière d’agro-alimentaire.
    Certains grands groupes industriels ne se rendent pas compte des dangers qu’ils prennent en termes juridiques our leurs entreprises en négligeant de mentionner la présence d’allergènes potentiellement mortels. Il y aura très certainement quelques procès un de ces jours.
    Notre alimentation a effectivement considérablement évoluée, certains le regretteront, d’autres s’en réjouissent, peu importe, le contact avec les allergènes alimentaires est différent pour les jeunes générations de ce qu’il était pour(…)